webleads-tracker

Institutions, Admnistrations et Collectivités, Territoires

A Rosières (43), « Le pays imaginaire »,est une crèche associative qui cultive l’éveil des saveurs et la convivialité, dés le plus jeune âge

A Rosières (43), « Le pays imaginaire »,est une crèche associative qui cultive l’éveil des saveurs et la convivialité, dés le plus jeune âge

Le développement du goût chez l’enfant est un processus complexe. Apprivoiser les saveurs relève d’une savante alchimie mélangeant diversité, goût du partage, respect des produits naturels. L’ensemble du personnel de la crèche « Le pays imaginaire » a toujours été sensibilisé par l’écologie et l’équilibre alimentaire. Depuis mai 2003, la transmission des valeurs autour du repas constitue la dynamique de la structure associative, dirigée par Fabienne Valantin.


Rompre la monotonie et susciter l’envie

Le repas peut susciter chez l’enfant des comportements variés, en fonction du cadre et de l’environnement. Ainsi l’inquiétude, la colère, ou la déception face à certains aliments peuvent se transformer facilement en bonne humeur et curiosité. Fabienne Valantin nous explique que les premières  actions  ont été  lancées lors de la mise en place des semaines du goût. Des jus de fruits naturels ont été proposés aux enfants, évitant ainsi la consommation de produits industriels. Ce premier succès incita les parents et l’association à investir dans une centrifugeuse afin que cette initiative devienne une habitude au petit déjeuner. Depuis plus d’un an, Eva Muller, passionnée de cuisine, apporte une véritable valeur ajoutée à la structure. Le projet « cuisinons les saveurs » prend alors une véritable dimension pédagogique autour du repas (autonomie de l’enfant, partage des tâches, informations liées au menu,  conception de plats ludiques…).

La persévérance, l’avant goût du succès

L’établissement de l’Emblavez peut prendre en charge des enfants de 10 semaines à 6 ans en fonctionnant à partir de divers financements. Le budget global (400 000 euros environ) se répartit entre les subventions d’organismes (CAF, MSA, intercommunalité…), les facturations et cotisations des parents (20%), les manifestations (5%). Au démarrage, l’association bénéficiait de 4 salariés et  d’un agrément pour 8 enfants. On comptabilise aujourd’hui 12 salariés et un agrément pour 22 enfants. Une persévérance dans la recherche de subventions (fondations…) a permis d’acquérir une enveloppe de 120 000 euros, nécessaire à la modernisation de la structure (nouveau bâtiment, renouvellement du matériel, diversification de la restauration et  prestations…).

Du bonheur dans l’assiette et du plaisir partagé

« Cuisinons les saveurs » est un concept basé sur la découverte, la consommation de produits naturels, assurant une alimentation saine et équilibrée. Eva Muller, à l’origine informaticienne, mais très sensibilisée au plaisir de la table (gagnante du concours Cuisine Cup), a pris rapidement en charge des responsabilités essentielles (contact avec des fournisseurs locaux favorisant les « circuits courts  », sélection de produits naturels sans pesticides, recherche d’originalité dans la présentation…). Ainsi, il n’est pas rare qu’une poire au sirop se transforme en « hérisson savoureux, prêt à être croqué ». Au-delà de ces aspects, le projet d’une équipe soudée, s’étend également sur des activités de jardinage, d’échanges avec les parents et une maison de retraite de proximité pour faire découvrir de nouvelles recettes. Avec pour ambition d’évoluer vers des ateliers de cuisine et la transmission de valeurs familiales, « Le pays imaginaire » est un bel exemple de réussite, ancré dans une politique de développement durable.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !