webleads-tracker

Société

Acte 3 | Un confinement qui ne dit pas son nom

Acte 3 | Un confinement qui ne dit pas son nom

Mercredi, Emmanuel Macron s’est exprimé lors d’une allocution sur la situation sanitaire que nous traversons depuis plus d’un an. Pour la troisième fois depuis le début de la crise, des mesures restrictives semblables aux deux confinements précédents vont s’appliquer à l’ensemble du territoire métropolitain.


Après un confinement strict en mars 2020, une deuxième édition en novembre dernier, l’application d’un couvre-feu, et la régionalisation de récentes restrictions, c’est désormais à l’ensemble du territoire métropolitain que vont s’appliquer ces dernières mesures. Si la ressemblance avec les deux confinements que le pays a déjà connu en mars 2020 et en novembre dernier, le chef de l’Etat n’a cette fois pas prononcé le mot fatidique.

Depuis plusieurs semaines, 19 départements français connaissent de nouvelles mesures restrictives : non seulement, le même couvre-feu à 19h que l’ensemble du territoire, mais également une interdiction de déplacement en journée au-delà de 10 kilomètres du domicile, sauf motif impérieux ou professionnel.

« Les règles qui sont en vigueur dans les 19 départements en vigilance renforcée seront étendues à tout le territoire métropolitain dès ce samedi soir, et pour 4 semaines. », a annoncé le Président Macron lors de son allocution. Les territoires d’Outre-Mer sont eux épargnés par ces règles, la situation sanitaire y étant moins urgente qu’en métropole.

Dans un énième effort pour contrer l’épidémie, les habitants de métropole seront donc dès demain contraints de rester dans un rayon de 10 kilomètres de leur domicile en journée ; d’effectuer dans la mesure du possible leurs obligations professionnelles en télétravail et de respecter le couvre-feu à 19h.

Par ailleurs, dès lundi prochain, aucun déplacement inter-régional ne sera autorisé, à l’exception des motifs impérieux incluant les motifs familiaux comme la garde d’enfant. Les sorties et déplacements sans attestation dérogatoire seront ainsi interdits entre 6h et 19h, sous peine d’une amende de 135 euros, et jusqu’à 3750 euros en cas de récidive.

D’autre part, les commerces dits « non-essentiels » seront une fois de plus contraints de fermer leurs portes pour toute la durée de ce troisième confinement qui ne dit pas son nom.

Enfin, dès lundi, les établissements scolaires seront fermés pour une durée de 3 semaines. La semaine prochaine, les cours pourront être effectués en distanciel, et suivis par l’unification des vacances scolaires du 12 au 26 avril. Les écoles pourront ainsi reprendre l’enseignement en présentiel dès la rentrée scolaire, tandis que les collèges et lycées devront continuer à distance jusqu’au 3 mai, date prévue de réouverture des établissements et de la fin de cet « acte 3 ».

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !