webleads-tracker

Numérique et informatique

Akerz, Samir Bounab : « Il existe une demande croissante d’entreprises soucieuses d’innover

Akerz, Samir Bounab : « Il existe une demande croissante   d’entreprises soucieuses d’innover

D’ici 5 ans, jusqu’à la moitié de l’activité des entreprises devra être réalisée à partir de services ou de produits qui n’existent pas encore ! Confrontées à ce nouveau challenge, les entrepreneurs découvrent que le lien entre le budget consacré à la R&D et la réussite d’un programme d’innovation n’est plus aussi naturel. D’autant plus qu’en bout de course, subsiste un dernier juge de paix : le client.
Samir Bounab est associé au sein d’Akerz, un cabinet qui accompagne ETI et grands comptes dans leurs projets d’innovation au moyen d’une méthode originale qui place « l’entrepreneuriat » au cœur du process !


Trop souvent l’entreprise installée depuis de nombreuses années sur son marché n’est pas structurée pour explorer et innover. Pour Samir Bounab, il est indispensable de créer un « esprit start-up » afin d’imaginer de nouveaux business models et de mobiliser les équipes. Recourir à une approche entrepreneuriale de l’innovation pour identifier de nouveaux axes de création de valeur, des besoins latents ou de nouvelles manières de s’adresser au marché, est la méthode imaginée par le cabinet Akerz pour répondre aux attentes de ses clients.

Armé de son diplôme d’ingénieur INSA Lyon, Samir Bounab a débuté sa carrière en travaillant plusieurs années dans les télécoms. Expatrié à Buenos Aires pendant trois ans, il gère l’ensemble des projets de plates-formes de services pour un fournisseur télécom en Argentine, au Brésil, en Uruguay, et au Chili. « Lorsque je suis revenu en France, ma principale volonté était d’entreprendre » déclare le futur associé du cabinet Akerz. « J’ai toutefois commencé par compléter mes compétences par un diplôme de l’EMLyon, afin de disposer de la double compétence technologie et business ».

Sa nouvelle expertise Samir Bounab la développe en travaillant au sein d’Axeleo, l’accélérateur de start-up B2B numérique créé par 25 entrepreneurs du digital. « J’ai accompagné beaucoup de start-up dans la définition de leur business model tout comme dans leur développement commercial. Cela m’a permis d’explorer les modèles innovant du numérique. »

 Créateur de business innovant

Samir Bounab rejoint alors la société Akerz, cabinet de conseil de trois personnes, accompagnées d’une vingtaine d’experts pluridisciplinaires. « J’ai rejoint cette société car cela me permettait d’assouvir mon envie d’entreprendre tout en participant à ce bouillonnement de création que j’ai vu en rentrant en France où, depuis trois ans on ne parle plus que de start-up. Je considère qu’il y a réellement quelque chose qui se passe actuellement. Avec, d’une part une nouvelle volonté d’entreprendre au sein de la société française, et d’autre part, un réel élan dans de plus en plus d’entreprises qui ont compris que pour continuer de s’accroître ou améliorer leurs niveaux de marges, il fallait innover ».

Akerz développe pour ses clients, des grands comptes ou des ETI, de nouveaux business models innovants grâce à une méthode start-up.

«Dans une société qui tourne, les process mis en place afin d’optimiser la production sont souvent antagonistes avec la nécessité d’agilité indispensable au processus d’innovation. Notre rôle sera de créer une cellule de travail comprenant les ressources et la culture nécessaires au projet. Nous allons ensuite « prototyper », tester le marché, concevoir des scenarii de développement … bref, se comporter comme le ferait une start-up ambitieuse et méthodique».

Une fois ce travail terminé, la jeune société ou le projet seront prêt à prendre une place sur son marché, sous la forme d’une Business Unit, d’une spin-off, ou d’une filiale.« Nous avons différents niveaux d’implication, soit nous réalisons la totalité du process, de l’idée jusqu’à la livraison clé en main, soit certains de nos clients souhaitent se faire accompagner tout au long du process. Tout dépend de la typologie du projet.

La perception de la nécessité d’innovations ?

« Il existe une demande croissante d’entreprises soucieuses d’innover. C’est un sujet brûlant dans beaucoup d’entreprises, ayant des typologies très variées contrairement à ce qu’on pourrait penser : PME, ETI, Grands groupes). A titre d’exemple, le cas se présente souvent pour des entreprises qui évoluent dans des métiers très traditionnels, dont les marges se tassent, qui voient leur savoir-faire de plus en plus copié, avec pour conséquence une valeur ajoutée détruite, dans une guerre concurrentielle qui ne se joue plus que sur les prix. Exactement ce que décrit Schumpeter finalement ! Lorsqu’un dirigeant commence à sentir les prémices de ces menaces et qu’il se tourne vers nous pour l’accompagner dans son processus d’innovation, il a déjà franchi un cap important. Nous rencontrons également de plus en plus de sociétés qui prennent les devants et souhaitent anticiper les évolutions pour surperformer sur leurs marchés».

Les quatre temps du process

L’accompagnement du cabinet Akerz s’articule autour d’un programme en quatre temps.

Une phase appelée ‘reset –remise à zéro’ qui vise à développer un esprit créatif et à imaginer sans limite les challenges d’innovation de l’entreprise. La phase ‘design’ qui permet à partir des challenges identifiés, de créer plusieurs ‘business models’, puis d’en sélectionner un ou plusieurs à fort potentiel. La phase ‘proto’ (prototype) qui a vocation à tester rapidement et à moindre coût, de manière à ajuster en fonction du retour terrain réel et des premières ventes les éléments du modèle économique (offre, relation client, canaux de distribution, segment client, etc.)

Enfin, comme le précise Samir Bounab : «une fois que nous avons réussi à déterminer par une validation terrain/client le modèle le plus porteur, la phase ultime appelée ‘scale’ consiste à préparer les ressources et l’organisation à de fortes croissances. De plus, à la fin de ce process en 4 temps, nous poursuivons notre mission de conseil en accompagnant les dirigeants afin que se poursuive la bonne démarche innovation. »

Le numérique comme outil plus que comme finalité…

Si le numérique peut figurer au cœur des transformations opérées avec le cabinet Akerz, Samir Bounab se montre très clair sur son utilisation : « le numérique n’est pas un secteur, c’est un outil transverse qui doit aider les entreprises à saisir un ensemble d’opportunités. On peut innover sur l’offre, sur la relation client, sur les canaux de distribution, sur son modèle ou sa structure de coûts… grâce au numérique toutes les cartes sont rebattues ».

Akerz engagé dans le réseau Up numérique :

Engagé au sein du réseau Up numérique depuis sa création, le cabinet Akerz propose aux adhérents des séminaires pour aider les dirigeants à identifier les pistes d’innovation ouvertes par le numérique. « Mais pas seulement… » précise immédiatement Samir Bounab, « si le numérique est le lien fédérateur des adhérents du réseau Up Numérique, leur ADN commun reste avant tout leur désir d’innovation dans tous les secteurs de l’entreprise. L’innovation est avant tout une idée nouvelle qui doit trouver son marché ! »

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !