webleads-tracker

Artisanat & services

André Piessat, créateur d’AP Agencement et maire de la commune de Sanssat

André Piessat, créateur d’AP Agencement et maire de la commune de Sanssat

Cette année aura été celle de la réussite pour André Piessat. À cinquante ans, cet habitant de Sanssat a ouvert son entreprise AP Agencement, au mois d’avril 2014. Il a aussi été élu maire de sa commune aux dernières élections. Des activités prenantes qu’il doit concilier avec son statut de président de la Comédie Musicale de Sanssat.


Une expérience certaine dans le domaine de l’agencement aura permis à André Piessat de débuter son activité avec plus de facilité. « J’ai toujours travaillé dans ce secteur. J’ai été responsable de chantier pendant vingt-huit ans pour une entreprise de Saint-Germain-des-Fossès. En 2013, j’ai été licencié en raison d’une cessation de paiement. J’ai trouvé un autre emploi peu après, mais cela ne me convenait pas » confie-t-il. C’était donc l’occasion de se lancer. Son entreprise propose des travaux d’agencement. « J’installe des dressings, des cuisines, des salles de bains, toutes sortes d’aménagements spéciaux » Pour lui, l’important est de savoir répondre aux demandes des clients et de s’adapter à chacun d’entre eux. « En réalité, c’est un projet qui date d’une vingtaine d’années. J’avais déjà commencé à acheter du matériel, à chercher un atelier. J’avais demandé à certains anciens collègues de me suivre, mais finalement, je me suis lancé seul. »

Quelques semaines avant la création de son entreprise, la commune de Sanssat entrait dans la période électorale, avec un nouveau maire à élire. « Je n’avais pas du tout prévu de devenir maire. Cette année devait uniquement être celle de la création de mon entreprise. Mais il fallait sauver la commune, je me suis donc présenté et j’ai été élu ». Un statut prenant qu’il doit concilier avec son statut de chef d’entreprise mais également de président de la Comédie musicale de Sanssat. « C’est parfois compliqué à gérer, mais on y arrive quand même. Il faut aussi savoir déléguer. »

« Travailler à cent à l’heure »

Les principales difficultés rencontrées par André Piessat se situaient au niveau administratif. « Les procédures sont lourdes, mais j’ai bien été guidé, notamment par la Chambre des métiers ». En revanche, pour se faire connaître, il n’a eu que peu de soucis. « Le bouche-à-oreille a bien fonctionné. Les réseaux sociaux et les cartes de visite sont aussi de bons outils pour accroître sa notoriété.» Le chef d’entreprise envisage également de participer à des salons professionnels et des foires comme celle qui se tiendra à Varennes-sur-Allier en septembre 2014.

Pour le moment, André Piessat travaille seul. « La première étape est d’essayer de survivre, je travaille donc à un niveau local. Quand l’entreprise sera bien lancée, je pourrais envisager d’embaucher. Je n’exclue pas de prendre des apprentis, je pense avoir des choses à leur apprendre car j’ai aussi été dessinateur industriel. » Il envisage de se développer sur un territoire plus vaste si le chiffre d’affaires le lui permet. « J’espère un chiffre d’affaires de 100 000 € pour l’année ».

Mais AP Agencement n’est pas la seule entreprise dans ce domaine dans le coin. « Il y a cinq ou six entreprises concurrentes, mais ce sont des sociétés conséquentes qui travaillent sur de gros marchés. De plus, elles sont axées sur une activité d’agencement et de menuiserie. Je suis surtout spécialisé dans l’agencement en tant que tel, il y a donc une place à prendre »

La liberté de travailler

Aujourd’hui, deux mois après le lancement de son entreprise, André Piessat affirme être satisfait : « Je tire un bilan plutôt positif. J’ai eu pas mal de contacts. Le plus important pour moi, c’est d’avoir l’esprit plus tranquille du fait de travailler à mon compte. J’ai la liberté de faire comme je veux, et dans les conditions que j’ai choisi. »

Maëlle Hamma



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !