webleads-tracker

Tourisme, restauration

Le Restaurant La Croix de fer rentre dans le cercle fermé du Collège Culinaire de France !

Le Restaurant La Croix de fer rentre dans le cercle fermé du Collège Culinaire de France !

Affaire familiale basée à Riom depuis plus d’un demi siècle, La Croix de fer vient d’être admise au Collège Culinaire de France, regroupement de professionnels des métiers de la restauration, présidé par des chefs tels que Joel Robuchon et Alain Ducasse.


Institution prestigieuse mais encore peu connue du grand public, le Collège Culinaire de France fut créé à l’initiative de 15 grands chefs français, ouvert à tous les professionnels de la gastronomie partageant les mêmes valeurs. Présidé par Joel Robuchon et Alain Ducasse, ce collège compte d’autres noms fameux : Paul Bocuse, Michel Guérard et Pierre Troisgros, membres d’honneur de ce regroupement.

Leur ambition ? Représenter, promouvoir et transmettre l’identité et la diversité de la gastronomie française, tant auprès des professionnels du secteur que du grand public, en passant par les politiques. Plus que la reconnaissance du savoir-faire des restaurateurs, ce regroupement met l’accent sur la qualité des produits, et entend développer un réseau de producteurs et restaurateurs, de talent et de confiance. Leur leitmotiv : « Pas de grande cuisine, sans bons produits ». Parmi les attributs demandés à un restaurateur accédant au collège : maîtriser les critères de sélection et de qualité concernant les produits, et privilégier les petits producteurs locaux.
Finalement, ce regroupement a pour but la création d’un réseau d’informations, d’échanges et de transparence au service des professionnels et des consommateurs.

Un signe de transparence de l’information et de qualité des produits

L’intégration au Collège Culinaire de France se fait sur proposition d’un parrain déjà membre du réseau. Présents dans toute la France, ces parrains se fondent sur plusieurs critères de sélection : accueil, partenariat avec des producteurs locaux, utilisation de produits de saison, passion du produit et, bien évidemment, la qualité des plats proposés. Par la suite, deux contrôles sont effectués anonymement de la part des chefs, leur approbation étant nécessaire à l’obtention du label, elle doit être renouvelée tous les ans. « Pour être honnête, nous ne savons pas qui a proposé La Croix de fer au Collège Culinaire de France, ni qui est venu dîner chez nous suite à cette candidature », nous explique Philippe Colzi, chef du restaurant, ajoutant : “personnellement, la cuisine est un peu ma religion, nous sommes donc très fiers d’obtenir la reconnaissance de nos paires, surtout quand ceux-ci représentent les grands noms de la gastronomie française.”

Ainsi, l’entrée dans ce collège est un signe de transparence de l’information, de qualité des produits et savoir-faire, et surtout la réaffirmation d’un véritable label « fait maison ». Comme l’explique Phillippe Colzi, La Croix de fer propose « une cuisine traditionnelle aux accents du terroir, qui se veut innovante et raffinée. Nous misons sur la qualité du produit en faisant tout « maison », et ceci avec un maximum de producteurs locaux, par exemple pour les fromages, viandes, champignons, ou épices telles que le safran de Limagne… Surtout, nous ne travaillons qu’avec les produits du moment, dans le respect des saisons, ainsi notre carte évolue tout au long de l’année. A ce titre, les retombées positives de ce label se font déjà sentir, puisque le réseau permet le contact entre producteurs et restaurateurs. J’ai pu trouver des produits de qualité que j’avais jusqu’à présent eu du mal à obtenir, comme le magret de canard, les huîtres ou encore certains poissons. »

Durant tout l’été, le restaurant La Croix de Fer fait profiter ses client de sa terrasse et du renouvellement de sa carte. Petite exclusivité pour le Journal de l’éco, les clients pourront désormais déguster un croustillant de truite à l’auvergnate.. !



Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !