webleads-tracker

Santé, biologie, psycho, social

Atlantis Energy Institut à Lapalisse, la sagesse des pierres

Atlantis Energy Institut à Lapalisse, la sagesse des pierres

Ce n’est ni de la magie, ni de la sorcellerie, mais l’utilisation d’une connaissance ancestrale. « Ça ne s’apprend pas vraiment non plus, on l’a en soi ou on ne l’a pas ». Denis Périchon, et sa compagne Elisabeth Emery, sont lithothérapeutes. Un soin par l’énergie que ce couple de 62 et 61 ans pratique depuis un quart de siècle dans l’Allier.


La boutique de Lapalisse est toute récente, mais les habitants de l’Allier connaissent Denis et Elisabeth depuis de nombreuses années. Pendant 18 ans, leur institut de lithothérapie se trouvait à une vingtaine de kilomètres de là, à Chatel-Montagne.

Atlantis Energy Institut développe son activité sur trois lieux. La boutique, une sorte de caverne d’Ali Baba du bien-être par les pierres. Exposition et vente de cristaux, artisanat, huiles essentielles, encens, lampes de sel… Et puis deux cabinets. Un premier où officie Elisabeth Emery pour la remise en forme énergétique. « On pose des pierres à même le corps. Chaque pierre a ses propriétés qui répondent à un mal précis. C’est une connaissance ancestrale, mais les Indiens ou les Tibétains l’utilisent encore », explique Denis Périchon. À 62 ans, il est officiellement retraité, « mais j’aime trop ce que je fais et puis il faut répondre à la demande ». Parce que la lithothérapie, si elle est peu connue, a ses adeptes. « Quand les gens souffrent, ils essaient tout en plus de la médecine traditionnelle. Et puisque nous tournons depuis 25 ans, c’est bien que ça doit marcher ! »

Denis est d’ailleurs venu à la lithothérapie comme ses clients aujourd’hui. « Un accident de la route et deux hernies discales inopérables. La douleur était trop forte, je cherchais quelque chose pour me soulager. Les pierres m’ont répondu. J’avais déjà quitté mon poste de chef d’entreprise dans l’agro-alimentaire et j’avais ouvert un cabinet de voyance par les runes, que je tiens toujours. Et puis, les gens me demandaient de plus en plus d’utiliser mon don avec les pierres, alors on a ouvert la remise en forme énergétique ».

À 62 ans, Denis est en pleine forme. La preuve que la lithothérapie fonctionne ? « Oui, mais seulement, c’est aussi mon hygiène de vie. Je suis végétarien, pas d’alcool, pas de tabac, pas de produits laitiers. Quand on commence à emprunter ce chemin, le corps devient de plus en plus exigeant en bien-être. Et puis, il y a beaucoup de voyages pour partager avec d’autres pratiquants et certains voyages sont devenus totalement initiatiques. Ça m’a complètement ouvert la vision que j’ai du monde ».

Après tant d’années de pratiques, Elisabeth et Denis ne s’inquiètent pas du manque de connaissance de la lithothérapie. « C’est toujours compliqué quand on doit remplir les déclarations. Le code INSEE officiel, c’est donc « commerce spécialisé ». Mais peu importe la reconnaissance officielle, les gens sont en demande. Aujourd’hui, on va à reculons. Nos anciens ont respecté la nature, pour le moment, on va dans le mur. Mais le changement se fait. Pas à pas ».



Un article de Simon Antony

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !