webleads-tracker

Tourisme, restauration

Autour de Lyon, la crêperie ambulante Morgane & Co ravit les papilles !

Autour de Lyon, la crêperie ambulante Morgane & Co ravit les papilles !

Gourmand et mobile. Mathilde Chapelle et ses deux filles forment l’équipe de Morgane & Co. La crêperie ambulante propose des galettes traditionnelles sur fond de produits locaux, dans l’agglomération lyonnaise.


Après 10 ans dans l’industrie textile, Mathilde Chapelle décide de monter une franchise avec un ami, dans la vente de pain pour les boulangeries Paul. « Je me suis trouvée une vocation dans le commerce », annonce-t-elle. Une autre expérience, dans l’immobilier cette fois, se solde par un licenciement économique. Mathilde décide alors de se reconvertir. « Pour rebondir, j’ai choisi de reprendre une activité de commerce, basée cette fois sur la cuisine et la production. » Ainsi est née Morgane & Co, une crêperie ambulante aux saveurs de Bretagne.

Les recettes de grand-mère

Les Food Trucks, alias camions ambulants, tendent de plus en plus vers l’alimentation maison. Mathilde Chapelle l’a bien compris : « J’ai la chance d’habiter une région où il y a beaucoup de producteurs. Je travaille avec des produits locaux autant que possible. » Farine du moulin de Marion, fruits et légumes de producteurs, miel d’apiculteur… Loin du cliché du camion à pizza en bord de route, Morgane & Co favorise la bonne cuisine. « La crêpe et la galette, c’est un savoir-faire que j’ai. Bien que Normande de naissance, j’ai longtemps habité la Bretagne. Ma grand-mère m’a appris toutes ses recettes. »

A l’approche du camion bleu et blanc, les narines se dilatent pour humer l’odeur des bonnes crêpes de Mathilde. Chaque jour, trois galettes différentes sont proposées. Avertissement : votre ventre risque de gronder. « J’aime le mélange des saveurs et des épices. Je propose un menu le midi avec un velouté en entrée (par exemple le carotte-patate douce au lait de coco et curry), une galette et une crêpe sucrée (je fais moi-même le caramel). Pour les fêtes, nous proposons aussi la galette Sud-Ouest avec canard, chèvre frais et miel. » Et Mathilde de conclure : « Ma carte suit toujours les saisons ! »

Une affaire de famille

L’aventure de Morgane & Co est avant tout familiale. Mathilde précise : « Mes deux associées sont mes filles. Elles croient en moi », sourit l’entrepreneuse. « Mon mari m’a aidé pour la création du site internet et mon beau-frère a conçu le design du camion. » Morgane & Co, c’est aussi de l’accompagnement bénévole et associatif. « Je suis aidée par l’association Force Femme, précise-t-elle. Des bénévoles m’ont également accompagné pendant six mois. » La fille aînée de Mathilde devrait elle aussi être salariée dans l’entreprise, d’ici l’année prochaine. Au-delà du cercle familial, le soutien vient également des autres Food Trucks. « Nous avons le même métier, alors nous sommes très solidaires entre nous. » Une association de Food Truck devrait voir le jour, avec une douzaine de professionnels du secteur.

Je ne me suis pas trompée : j’adore ce que je fais

La bête noire de Mathilde : les emplacements du midi. Entre les charges financières et les difficultés administratives, l’entrepreneuse rattrape néanmoins son chiffre d’affaires grâce à l’événementiel. « Les événements peuvent être publics ou privés », précise-t-elle. « Nous avons fait quelques lendemains de mariage, et nous sommes actuellement sur le marché de Noël de la Croix-Rousse. Nous travaillons aussi avec les hôpitaux de Lyon. » Les retours favorables de la clientèle motivent plus encore Mathilde à développer son activité. « Je ne me suis pas trompée : j’adore ce que je fais », déclare-t-elle.

Dans un avenir proche, l’entrepreneuse souhaite monter une station pour l’été, dans un shéma commercial associatif. Mathilde et ses filles souhaitent également acquérir un deuxième camion, afin d’ « être présentes sur un plus grand nombre d’événements. »

P’tit bonus : 
Mathilde Chapelle est également l’une des dix finalistes pour un concours d’entreprise commerciale. Les prix seront décernés par Coca-Cola le 18 janvier. Le journal de l’éco lui souhaite bonne chance !

mandco



Un article de Marie Besse

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !