webleads-tracker

Services aux particuliers

BabyTime : La garde de vos enfants sur-mesure

BabyTime : La garde de vos enfants sur-mesure
Sophie Bouyon, directrice de BabyTime

Depuis le mois de mai 2014, une agence de garde d’enfants à domicile a vu le jour à Clermont-Ferrand sous l’impulsion d’une jeune maman, Sophie Bouyon. Passionnée par son métier, elle met un point d’honneur à tout mettre en œuvre pour le bonheur des enfants, des parents et des salariés de l’agence. Une philosophie payante puisque l’agence BabyTime est en plein développement.


Sophie Bouyon est âgée de 38 ans. Elle est titulaire d’une licence de professeur d’éducation physique et sportive, métier qu’elle a exercé en tant que vacataire durant plusieurs années en collèges, lycées et en écoles primaires. Elle le dit elle-même : « J’ai beaucoup fréquenté le monde des enfants en tant qu’enseignante et en participant à des activités sportives à titre bénévole. » Sophie Bouyon tente ensuite une reconversion dans les métiers du commerce en décidant de passer un BTS d’assistante de gestion dans le cadre d’un congé individuel de formation. Cependant, en devenant maman d’un garçon de 4 ans et d’une petite fille de 8 mois, elle revient à ses premières amours et l’envie d’entreprendre dans le secteur de l’enfance lui permet de se lancer un nouveau défi personnel qui, elle l’espère, participera pleinement à son épanouissement.

C’est précisément en faisant de l’épanouissement de ses clients et de ses salariés un objectif prioritaire que Sophie Bouyon compte mener son affaire : « J’ai pris conscience de la galère que rencontrent certains parents pour faire garder leurs enfants et j’ai donc eu l’idée de me lancer un nouveau défi en créant cette entreprise tout en participant au bien-être des parents en trouvant des solutions à leurs problèmes de garde. » La phase de création d’entreprise aura duré un an, période durant laquelle la jeune créatrice multipliera les démarches auprès des banques et des organismes tels que Initiatives Clermont Agglo qui lui accordera un prêt d’honneur. « Tout cela prend du temps et ne se décide pas du jour au lendemain. Il faut réfléchir aux différents projets, aller à la rencontre des acteurs économiques, faire un business plan pour voir si le projet est viable ou pas. » , souligne Sophie Bouyon en revenant sur ce parcours d’entrepreneur.

BabyTime voit donc le jour en mai 2014 et démarre ses activités en juin. Il s’agit d’une agence spécialisée dans la garde d’enfants à domicile. « Notre volonté est d’aider les parents à trouver une garde pour leurs enfants, ce qu’il y a de plus cher à leurs yeux. Nous sommes là pour répondre aux besoins des familles. Tout est différent d’une famille à l’autre. Il faut sans cesse s’adapter et trouver l’intervenante qui corresponde à leurs besoins. Cela implique une longue phase d’écoute avec les parents pour cerner leurs attentes et trouver la perle rare. Voila mon job ! », explique Sophie Bouyon en ajoutant : « Nous voyons avec les clients ce qu’ils attendent, le nombre et l’âge des enfants, leurs créneaux horaires. S’il s’agit d’une garde régulière ou occasionnelle. Car tout est dans l’écoute pour satisfaire le client. Certains d’entre eux ont des exigences comme le recrutement d’une baby-sitter bilingue. BabyTime est en mesure de répondre parfaitement à ce type de demandes. »

BabyTime est une grande famille

BabyTime, qui fait partie d’un réseau de franchise dont le siège est à Bordeaux, se veut être une agence résolument proche des familles et des salariés. « Le réseau nous apporte un savoir-faire et un savoir-être ainsi que des logiciels adaptés à notre profession. Nous sommes guidés, orientés et ne partons pas dans l’aventure tous seuls. Dans un projet de création d’entreprise, c’est agréable. Nous cherchions une franchise qui correspondait à notre philosophie et c’est le cas de BabyTime. », souligne encore Sophie Bouyon. De ce fait, BabyTime se différencie de ses concurrents dans l’approche et dans la façon d’échanger avec les parents. « BabyTime est une grande famille et je veux que mes salariés se sentent bien, que les parents soient satisfaits des prestations et naturellement que les enfants s’épanouissent. J’attache beaucoup d’importance au relationnel. Je veux instaurer un climat de confiance et, pour cela, je fais en sorte de mettre en place un système de suivi rigoureux des employés. Je veux absolument que les baby-sitters n’hésitent pas à me contacter pour me faire remonter les informations sur leur travail. De même, je suis à la disposition des familles pour faire un point régulier sur le déroulé des prestations. », insiste Sophie Bouyon en détaillant sa méthode de travail.

Installée au cœur de Clermont-Ferrand, l’agence BabyTime intervient cependant sur tout le département du Puy-de-Dôme. Sophie Bouyon a pris soin de faire connaître son entreprise en créant une page Facebook et en distribuant des flyers. Le site Internet de BabyTime permet également aux parents de faire une demande de garde en ligne et aux futures baby-sitters de consulter des offres d’emploi. Mais c’est encore le bouche-à-oreille qui reste le meilleur vecteur de confiance : « Lorsque nous avons des parents qui rentrent chez eux le soir après le travail et qui trouvent leurs enfants qui ont pris leur bain, leur dîner et qui sont chouchoutés par leur baby-sitter, ces parents là peuvent alors avoir un moment privilégié en famille sans avoir à se soucier des tâches ménagères. Ce sont ces parents là qui vont nous recommander auprès de leurs amis et d’autres familles. »

Derniers avantages à prendre en compte : les avantages fiscaux. Toute famille peut bénéficier d’une aide de la CAF pour les enfants de moins de 6 ans en fonction du nombre d’heures de garde et de sa tranche de revenus. La CAF prend à sa charge au maximum 85 % des sommes engagées. Ce à quoi vient s’ajouter un crédit d’impôt à hauteur de 50 % après déduction des aides de la CAF. A titre d’exemple, pour des revenus moyens et pour une garde de 16 heures par semaine, après déduction des aides de la CAF la prestation revient à 48 euros et après crédit d’impôt à 24 euros par mois. Dans ces conditions, il serait vraiment dommage de se passer des services de BabyTime.



Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !