webleads-tracker

Santé, biologie, psycho, social

Benjamin Héraut : « L’art et la culture ont aussi leur place à l’hôpital »

Benjamin Héraut : « L’art et la culture ont aussi leur place à l’hôpital »
Benjamin Héraut, chargé de communication et des missions culturelles au CHU de Clermont-Ferrand.

Dans le cadre de sa rubrique « Communicants à la Une », le Journal de l’éco est allé à la rencontre de Benjamin Héraut, chargé de communication et des missions culturelles au CHU de Clermont-Ferrand. Un communicant à l’actualité bien chargée avec l’organisation de la Semaine d’information sur la santé mentale du 17 au 22 mars 2014.


Historien de formation, Benjamin Héraut a connu quelques expériences dans le journalisme avant d’obtenir un master en Communication des entreprises et des organisations à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. A l’issue de ce diplôme, il effectue son stage de fin d’études au sein de la direction de la communication du CHU de Clermont-Ferrand où il obtient une embauche en CDD puis en CDI.

6 ans que Benjamin Héraut est chargé de communication et des missions culturelles au CHU de Clermont-Ferrand, poste qui l’amène avec sa collègue, Dominique Marchesseau, à gérer à la fois la communication interne et la communication externe. « Rattachée à la direction générale du CHU, la communication est une fonction stratégique. En interne, elle s’inscrit dans le projet de l’établissement que ce soit pour accompagner les projets architecturaux et immobiliers du CHU (restructuration du CHU Gabriel Montpied ou déménagement de l’Hôtel Dieu vers le CHU Estaing) que pour accompagner les changements de l’organisation. Nous disposons de plusieurs outils permettant de relayer les informations entre la direction et les 7 000 salariés : un site Intranet, une newsletter bimestrielle et un magazine diffusé deux fois par an. La frontière interne/externe n’est pas véritablement franche car les agents sont à la fois des patients potentiels et des salariés, ce qui constitue la particularité de la communication hospitalière. En externe, nous sommes là pour mettre en lumière notre offre de soin, les compétences de nos médecins et soignants, ainsi que la performance de nos équipements auprès du grand public. »

2e employeur de la région et 1er employeur public avec 7 000 salariés, le CHU de Clermont-Ferrand fait partie d’une communauté hospitalière de territoire (1) qui regroupe six hôpitaux : Clermont-Ferrand, Thiers, Issoire, Billom, Le Mont-Dore et Enval. Objectifs : « faire en sorte que les hôpitaux périphériques puissent bénéficier de l’expertise et du plateau technique d’un CHU et valoriser le service public hospitalier qui accueille 7 jours/7, 24 heures/24 tous les patients quel que soit leur état de santé et leurs revenus. »

A l’occasion de l’ouverture du CHU Estaing et du nouveau bâtiment du CHU Gabriel Montpied, la direction a décidé de profiter de ses nouveaux équipements pour proposer une programmation culturelle variée sur l’ensemble de ses trois sites (Montpied, Estaing et Cébazat). Cette politique culturelle se traduit par l’accueil d’expositions dans les halls, l’organisation de concerts ou de rencontres avec des professionnels. « En plus de tenter de rendre moins pénible la période de l’hospitalisation, ces manifestations permettent de faire connaître des artistes locaux. Virginie Basset, violoniste, intervient par exemple dans le service pédiatrie. Cette ouverture contribue également à tisser des liens avec des acteurs culturels locaux. Nous disposons par exemple de liens avec Sauve qui peut le court-métrage, la Comédie de Clermont, les Arts en balade et Horizon(s) en Sancy. Le CHU essaie de se positionner comme un lieu où la vie continue. L’art et la culture ne doivent pas s’arrêter aux portes de l’hôpital. ». Jusqu’au 10 mars 2014, François Groslière a rendu hommage aux femmes en exposant une série de portraits dans le hall du CHU Estaing. Du 31 mars au 28 avril 2014, ce sont les papillons de François Fournier qui égayeront l’hôpital.

« Aujourd’hui, tout le monde s’accorde pour dire que la fonction communication ne peut être gérée que par des professionnels formés. C’est un métier qui nécessite des valeurs fortes (transparence, équité), une grande capacité d’adaptation ainsi qu’un esprit créatif pour se démarquer et atteindre les publics cibles. »

Semaine d’information sur la santé mentale du 17 au 22 mars 2014 : à bas les préjugés !

Organisée par le CHU de Clermont-Ferrand, le Centre Hospitalier Sainte-Marie, l’Unafam, Espérance 63 et l’association Croix Marine, la 25e édition de la Semaine d’information sur la santé mentale (SISM) propose de bons moments d’échanges. Portes-ouvertes, expositions, conférences, concerts, théâtre, ciné-débat… Le grand public est convié à participer au débat sur les questions de santé mentale, lesquelles font partie des 5 priorités de santé publique de la Stratégie Nationale de Santé. Objectif de cette manifestation d’envergure nationale : lutter contre les préjugés. « La santé mentale est mal connue et souffre encore de préjugés. Dire que l’on a fait une dépression ou que l’on est atteint de troubles psychiatriques est encore mal perçu et n’est pas encore bien rentré dans les mentalités… alors que personne n’est à l’abri de rencontrer, un jour, des problèmes psychiatriques, un burn out ou une dépression. »

Tout le programme sur : http://www.chu-clermontferrand.fr/Internet/Pages/Sitehote/santementale/index.html

(1)   Dispositif mis en place par la loi Bachelot de 2009.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !