webleads-tracker

Institutions, collectivités

Caisse des Dépôts, agir sur les territoires

Caisse des Dépôts, agir sur les territoires
Francis Cubeau-Rousseau, directeur régional de la Caisse des dépôts.

La Caisse des dépôts est régie par un statut unique qui fait de cette « banque » un peu spéciale, un groupe public puissant « au service de l’intérêt général et du développement économique du pays ». Quelles sont ses missions, quelles sont ses ressources et comment agit-elle auprès des collectivités territoriales et des entreprises ? Rencontre au Club de la presse avec Francis Cubeau-Rousseau, directeur régional Auvergne.


Un gestionnaire avisé

La caisse des Dépôts gère une partie importante de l’épargne sur livret (Livret A notamment) pour financer le logement locatif social par des prêts à long terme et à taux réduit. Ces fonds permettent également d’intervenir dans les programmes de réhabilitation de quartiers en rénovation urbaine et dans le financement de la politique de la ville. A Clermont-Ferrand, les investissements de la Caisse des Dépôts ont porté sur l’aménagement urbain dans les quartiers sensibles.

Mais la Caisse des dépôts gère également plus de 47 régimes de retraite et de solidarité ainsi que des fonds privés confiés aux professions juridiques et à des organismes d’intérêt général.

Enfin, c’est la Caisse des Dépôts qui gère, pour plus du tiers, les fonds du Programme d’investissements d’avenir dont les 5 priorités intéressent particulièrement la région Auvergne : enseignement supérieur, recherche et formation, filières industrielles et PME, développement durable, développement de l’économie numérique.

Partenaire des collectivités pour le développement des territoires

On croirait entendre parler René Souchon mais c’est Francis Cubeau-Rousseau qui parle : « Le développement des territoires ne pourra se faire s’il n’y a pas du très haut débit partout. On nous a confié des fonds de l’Etat pour construire la société numérique, et ici, l’ensemble des collectivités, réunies autour d’un même projet ont travaillé ensemble ». Alors la CDC a accompagné le développement du numérique en Auvergne à hauteur de 46 millions d’euros pour les infrastructures des réseaux de Très haut Débit (THB), condition essentielle pour que la région puisse jouer à l’échelle de l’Europe dans la cour des grands. A Aurillac, la CDC est également intervenue pour couvrir 50 % des besoins d’emprunt de la ville dans le cadre de son partenariat avec Orange, un financement sur 30 ans, qui permet de propulser la ville au rang des villes numériques.

En 2013, l’enveloppe de prêts sur fonds d’épargne au secteur public local pour le financement des projets régionaux a également permis de financer la reconstruction de l’hôpital de Bourbon l’Archambault et de l’EPHAD (prêt de 3,2 M€), et d’injecter 35 millions d’euros de prêt pour le financement des infrastructures de transports ferroviaires régionaux.

Des investissements « durables »

Au terme de sa construction en 2015, la Centrale Biomasse de Commentry aura bénéficié d’un investissement de 80 M€ de la part de la Caisse des Dépôts. Pour Francis Cubeau-Rousseau, il s’agit « de travailler à fixer les entreprises sur leur territoire. La construction de la Centrale sur le site d’ADISSEO, l’un des leaders mondiaux en additifs pour la nutrition animale, va contribuer à renforcer l’économie locale ». Grâce à son investissement, Biomasse Energie Commentry (BEC) est détenue à 49 % par la Caisse des Dépôts.

D’autres infrastructures ont bénéficié en Auvergne de fonds d’investissements de la CDC avec ce même objectif, le soutien et le développement de l’emploi : la rénovation des thermes et espace ludique de Néris-les-Bains, le train à crémaillère du puy de Dôme, le parc éolien de Laschamp, le développement photovoltaïque à Aurillac à côté de l’aéroport, la SEM Vulcania dont la CDC est actionnaire à 15 %.

Qu’il s’agisse de prêts à long terme ou d’investissements, les interventions de la CDC sont toujours décidées après analyse des risques : « La Caisse des Dépôts est un investisseur avisé. Nous vérifions toujours la viabilité du projet. Nous vérifions la pertinence économique, le chiffre d’affaires attendu et la fiabilité des intervenants. Il nous arrive de dire “non” plus souvent, “oui” parfois, “oui mais” et nous retravaillons le sujet. Nous sommes en veille locale constante, nous analysons, nous prenons des avis d’expert. » La décision se prend en inter-région ou à Paris. « Sur les prêts, nous avons une grande autonomie à hauteur de 30 M€ pour les bailleurs sociaux et 10 M€ pour les collectivités territoriales. »

Le secteur de l’économie sociale et solidaire

Le région Auvergne a une tradition ancienne du tourisme familial et social. De nombreux comités d’entreprise ont ici construit des centres de vacances pour les enfants, pour les familles et c’est dans la vocation de la CDC d’intervenir dans ce secteur de l’économie : « La Caisse des Dépôts – c’est la loi qui le dit – est un groupe public à caractère général. Elle est donc présente dans le secteur public local comme les hôpitaux, mais aussi dans le tourisme avec VVF Villages qui aménage son siège social avec 200 salariés dans les quartiers nord de Clermont. De par cette mission de service public, la CDC a vocation à financer l’économie sociale et solidaire comme les dispositifs locaux d’accompagnement des personnes en difficulté, les emplois associatifs et nous le faisons à hauteur de 3 M€ par an. »

L’ingénierie au plus près des territoires

La Caisse des Dépôts injecte donc directement dans l’économie locale des fonds que l’Etat et les épargnants lui confient. Au plan national, l’enveloppe est de 20 milliards d’euros. Vertigineux ! Or, « le résultat opérationnel est positif. C’est ce qui nous permet de contribuer au budget de l’Etat et d’injecter du financement dans l’économie locale. Mais notre ambition est plus grande encore : comment accélérer les investissements ? Comment être plus utile pour accompagner les entreprises et les collectivités territoriales dans leur développement ? Certes, nous sommes des prêteurs et des investisseurs mais nous sommes aussi des assembleurs. Nos 19 collaborateurs sont répartis sur les territoires à leur écoute et en veille sur les projets locaux. Le besoin en ingénierie territoriale est important pour faire passer de l’idée au projet. Il faut faire appel à des compétences, bâtir un cahier des charges, mener des auditions… Nous sommes là pour ça. »

Le dernier « bébé » de la Caisse des Dépôts

Avec ses nombreuses filiales, aucun domaine n’est étranger à la Caisse des Dépôts. Tout ce qui accompagne notre quotidien, notre bien-être est dans son champ d’action : logement, transports, loisirs, culture (à Clermont-Fd, la CDC est partenaire du Centre lyrique et de La Comédie), tourisme, eau, environnement, énergie, assurance, infrastructures, gestion des maisons de retraites, de caisses de retraite…

Dans cet inventaire à la Prévert, tellement vaste que l’on ne saurait être exhaustif, le dernier né des dispositifs s’appelle CERTIVIA. Il s’agit « de mettre en place du conseil aux propriétaires âgés qui veulent bénéficier du fruit de leur propriété en le mettant en viager. C’est CERTIVIA qui achète le bien et verse la rente mensuelle. Ce fonds apporte la sécurité et permet de trouver de la fluidité, particulièrement sur des marchés tendus de l’immobilier. »

Il fallait y penser, CERTIVIA l’a fait, pourrait être le titre de la campagne de communication qui sera lancée d’ici quelques jours pour faire connaître ce produit que nos aînés et leurs familles apprécieront.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !