webleads-tracker

Non classé

Holy-Dis : chaque collaborateur peut être force de proposition numérique

Holy-Dis : chaque collaborateur peut être force de proposition numérique

Faire confiance aux collaborateurs et tester les nouvelles applications afin de trouver les solutions les plus adaptées au fonctionnement de l’entreprise, voici la préconisation de Holy-Dis pour sensibiliser les plus réticents au digital.


« Chacun de nous baigne dans le monde du numérique, dans la vie privée ou dans le milieu professionnel (Skype, outils collaboratifs pour gérer les congés, recevoir les fiches de paie, gérer les projets à plusieurs, travailler à distance) », explique Stéphane Chambareau, le responsable Communication et Marketing produits WFM chez Holy-Dis. « Nous sommes tous sensibilisés de près ou de loin sur le sujet et chacun peut être force de proposition. Qu’elles soient peu ou très avancées dans la transition numérique, les entreprises font confiance à ce qui fonctionne au quotidien. Comme le monde du numérique évolue rapidement, il est difficile de se tenir toujours informé des nouvelles  applications, il ne faut pas hésiter à les tester pour choisir les solutions les plus adaptées à chaque cas ».

Les liens entre la marque et le client
Editeur de logiciels de planification optimisée des Ressources Humaines depuis 1988, aujourd’hui leader en France, Holy-Dis développe également une activité d’intégration et de conseil. L’activité regroupe 3 secteurs : le commerce, la restauration rapide et la relation client (internalisée et outsourcée). Plus de 400 Centres de Relations Client et notamment près de la moitié du TOP 50 des outsourceurs bénéficient de  ces solutions.
Aujourd’hui, de nouveaux enjeux apparaissent et les canaux digitaux permettent d’assurer un contact continu entre la marque et le client, le long de son parcours. Mais le digital ne rend pas les hommes incompétents, bien au contraire. Du tout téléphone à l’omnicanal, la planification des RH devient encore plus capitale. Selon Bruno Delhaye, PDG de Holy-Dis, « les avalanches de changements technologiques et d’usages numériques renforcent depuis plusieurs années l’exigence d’anticipation qui pèse sur les entreprises. Prévoir, décider et s’adapter en toute flexibilité constitue un élément central de l’optimisation d’une activité. »
Au cœur des technologies
La nature des prestations de Holy-Dis plonge la société au cœur des nouvelles technologies. De plus, l’entreprise dont le chiffre d’affaires 2013 s’élève à  5,9 M€, pense le numérique comme une chance permettant à un établissement de sa taille de détenir une visibilité capable d’être en compétition avec les grands groupes. Par ailleurs, son activité est très influencée par les évolutions dans le secteur, notamment le mobile. Le rendant accessible par l’utilisation du téléphone pour la gestion des emplois  du temps, ces évolutions vont dans le sens de la stratégie du concepteur, qui plus est en matière de travail collaboratif. A travers les solutions proposées, il est même possible de faire coïncider les plannings de personnes qui pratiquent le covoiturage. Demain, les salariés pourront bénéficier des actions de covoiturage grâce au réajustement des plannings de chacun.
«Nous devons implémenter des solutions qui prennent en compte d’autres évolutions, comme la généralisation du télétravail. C’est un bouleversement dans nos habitudes, mais aussi dans notre environnement : le matériel, l’espace, la gestion du temps, les règles législatives et sociales. Dans ce domaine, nous faisons partie des éditeurs précurseurs en France. Notamment à travers le Livre blanc, que nous avons publié il y a quelques années afin d’aider les entreprises à concilier performance et bien-être des salariés .».Là encore, l’entreprise devine une évolution dans les attentes des collaborateurs et fait en sorte d’offrir des solutions adaptées.

Maturité variable selon les secteurs
Quant à l’adhésion des collaborateurs vis-à-vis du numérique, « rien n’est jamais acquis ». En interne, l’entreprise fait des efforts constants pour sensibiliser au numérique, « les évolutions sont si rapides qu’il ne suffit pas de les suivre pour les maîtriser. »
Chez les clients la réceptivité est variable selon le secteur d’activité.
« Dans la grande distribution, l’adoption du numérique en est à ses balbutiements, explique  Stéphane Chambareau. Leclerc vient d’annoncer un investissement de 10 milliards d‘euros pour rattraper son retard. Une prise de conscience qui a eu lieu avec l’arrivée du drive et la généralisation des commandes sur Internet. »

Les centres d’appel semblent beaucoup plus ouverts aux changements. Leur facilité à intégrer de nouveaux médias (le chat, les mails, les réseaux sociaux) est d’autant plus grande qu’ils ont l’habitude de travailler sur un outil virtuel : le téléphone. Quant à la restauration, l’ouverture au numérique est presque inexistante, seul un début d’ouverture est perceptible avec les précommandes en ligne.

Adapter l’offre aux nouveaux usages
« Avec la révolution mobile, la convergence entre le commerce physique et le web, les changements d’usages, de canaux de contact … nous avons assistés à une évolution importante des mentalités. Nous avons dû évoluer ainsi que nos logiciels. D’un point de vue technologique, en les rendant mobiles, multi-utilisateurs, accessibles en mode web … mais également d’un point de vue fonctionnel. » Aujourd’hui, les solutions d’Holy-Dis sont capables de prendre en compte les usages extrêmement variés des entreprises selon leur activité. Dans un centre d’appel par exemple, ces solutions facilitent le travail des collaborateurs sur des tâches de back-office, d’e-mails ou encore de chat, car l’éditeur est capable d’identifier précisément ces activités, de les quantifier et de les prévoir.  Aux Etats-Unis, ces méthodes sont d’ores et déjà très développées. Elles commencent à s’installer en Europe. « Cela illustre bien les changements que la technologie apporte régulièrement dans le monde du travail, conclut Stéphane Chambareau.  Nous en tenons compte constamment pour que nos logiciels soient au plus près de ces nouvelles réalités ».



Un article de Théodora Yonkova

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !