webleads-tracker

Tourisme, Hôtellerie, Restauration, Voyage

Clermont-Ferrand candidate au Tour de France

Clermont-Ferrand candidate au Tour de France

La commune auvergnate a fait acte de candidature pour devenir ville-étape dans les prochaines années.


La candidature de Clermont-Ferrand

Et si le Tour de France partait de Clermont-Ferrand à l’occasion d’une des prochaines éditions ? C’est en tout cas le souhait d’Olivier Bianchi, le maire de la commune, qui a fait acte de candidature. On parle même de la possibilité d’organiser le Grand Départ au pied du puy de Dôme.

Ce pourrait être en 2018 ou 2019, soit trente ans après le dernier passage de la Grande Boucle dans la capitale auvergnate (1988).

Le maire clermontois a apporté des précisions sur l’antenne de France Bleu Pays d’Auvergne : « Dans le cadre des réflexions que nous avons avec le président du Conseil départemental, Jean-Yves Gouttebel, sur l’évolution touristique du département avec la communauté urbaine qui va prendre cette compétence, nous pensons que c’est important d’avoir ce temps d’exposition et que ça pourrait être une bonne chose pour Clermont-Ferrand », explique-t-il.

“Départ, arrivée, puy de Dôme, tout est possible”

Pour se faire, Olivier Bianchi dit ne pas privilégier un scénario plutôt qu’un autre : « Je ne veux pas qu’on soit fermé sur une éventualité en disant “on va faire ci” ou “on va faire ça”. Ce serait idiot que l’on rate le coche parce qu’on n’a joué que sur une seule hypothèse. Aujourd’hui, j’ouvre le segment le plus large possible : que ce soit une arrivée ou un départ, qu’il y ait la montée du Puy de Dôme ou pas, que d’autres territoires de la métropole clermontoise soient intégrés comme Vichy ou Châtel-Guyon, … Peu importe. Aujourd’hui, ce que je propose c’est d’ouvrir toutes les hypothèses pour voir et on gagnera bien quelque chose à la fin. » L’équipe échangera à l’avenir avec les organisateurs du 3eme événement sportif le plus médiatisé au monde afin de concilier leurs ambitions avec le tracé du Tour.

Une ambition affichée

Christian Prud’homme, le patron du Tour n’a jamais caché son amour pour l’Auvergne, y passant même chaque année ses vacances d’été en famille. On peut dès lors espérer le Grand Départ à Clermont-Ferrand.

Donner le coup d’envoi du Tour à Clermont-Ferrand coûterait 2 millions d’euros (chiffre moyen ces dernières années). Une mise importante qui, selon les expériences précédentes, peut rapporter de 2 à 5 fois l’investissement initial.

La capitale auvergnate doit toutefois faire face à une concurrence des plus féroces, et notamment de nombreuses villes étrangères. On sait d’ores et déjà que le Tour s’élancera de Dusseldorf (Allemagne) l’an prochain et que Copenhague (Danemark), Bruxelles et Anvers (Belgique) ou Portsmouth (Angleterre) ont déjà fait acte de candidature. Les collectivités françaises ne sont pas en reste non plus avec la côte d’Opale, Nice, la Vendée ou Saint-Etienne.


Communiqué de presse

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !