webleads-tracker

Industrie

Comment financer les projets énergétiques dans les territoires ruraux ?

Comment financer les projets énergétiques dans les territoires ruraux ?
Micro chaudière conçue et construite par ERE 43 en Haute-Loire

Le projet « Vers la neutralité énergétique des intercommunalités rurales du Massif central » est un projet développé et animé par Macéo et financé dans le cadre de la Convention Interrégionale de massif central (2007-2013).
Macéo est une structure destinée à rassembler et renforcer les relations entre les acteurs publics du Massif central pour permettre la construction de projets communs


Qui est Macéeo ?

L’association Macéo oeuvre en faveur du développement économique du Massif Central. Elle se définit comme «  un organisme référent au développement économique autour de cette «montagne habitée » en matière de projets innovants dans les domaines de l’éco-construction, l’écologie industrielle, les Technologies de l’Information et de la Communication, le tourisme, la transmission et la reprise d’entreprises.

Macéo met en réseau les porteurs de projets, les élus locaux et les associations intervenant à l’échelle du Massif Central : ADIMAC (Association de Développement Industriel du Massif Central ;   APAMAC (Association pour la Promotion de l’Artisanat du Massif Central) ; SIDAM, réseau des chambres d’agriculture du Massif central ; UCCIMAC (Union des Chambres de Commerce du Massif Central).

L’intercommunalité, une échelle pertinente 

En envisageant d’acquérir leur autonomie énergétique, les territoires ruraux sont confrontés à des problèmes de seuil, de taille et bien entendu de budget auxquels seul un regroupement d’intercommunalités est susceptible de répondre. C’est un premier obstacle que l’association Macéo, qui a pour vocation d’accompagner les acteurs du développement économique du Massif Central, peut aider à franchir.

L’un des axes de son intervention est la mise en réseau des acteurs à l’intérieur du massif, à l’échelle française TEPOS (réseau des territoires à énergie positive ) et européenne RURENER (réseau des territoires ruraux européens pour la neutralité énergétique ). Il s’agit de s’inspirer de bonnes pratiques développées ailleurs, pour les adapter et les diffuser sur le Massif Central. Le second axe d’intervention est l’accompagnement sur le terrain pour la recherche de solutions aux problématiques financières et juridiques.

Macéo a pour partenaires principaux l’ADUHME (Agence Locale des Energies et du Climat), HESPUL(1), le Parc Naturel Régional du Livradois-Forez, l’Agence Locale de l’Energie de la Loire, Quercy Energies, le Parc Naturel Régional des Causse du Quercy, l’Agence Locale de l’Energie de la Nièvre.

L’un des axes fort de la mise en réseau de Macéo est de diffuser l’information sur les solutions innovantes développées par des communes ou regroupements de communes pour le financement de projets énergétiques dans les territoires ruraux du Massif Central.

Expériences pilotes menées dans le Massif central

L’école d’architecture de Saint-Etienne (ENSASE)

Le point de départ de leur projet de recherches est la volonté de repenser notre dépendance aux énergies fossiles et nucléaires, pour aller vers la production d’« écosystèmes énergétiques territoriaux » en milieu rural. Comment lui substituer un substrat énergétique à l’échelle territoriale, à partir des éléments propres aux énergies renouvelables : l’énergie chimique contenue dans la biomasse ; l’énergie mécanique de l’eau ou du vent ; l’énergie géothermique ; l’énergie solaire.

Une micro chaufferie conçue et construite en Haute Loire

Lantiac, petite commune rurale de 1800 habitants, située sur le plateau du Mézenc est entourée de bois. Au moment de renouveler le système de chauffage de son EPHAD, la commune, attentive à la protection de l’environnement mais contrainte par un budget limité, a cherché à se tourner vers les énergies renouvelables. La solution leur fut apportée par la SCIC ERE 43 (Energies Renouvelables et Environnement), entreprise spécialisée dans le domaine du développement des énergies renouvelables, et plus particulièrement de la filière bois énergie. Cette société coopérative a choisi de travailler sur l’ensemble de la filière, depuis la collecte du bois jusqu’à la fourniture de la chaufferie, une micro chaufferie bois Modul’R (2) d’une puissance comprise entre 100 KW et 200 KW.

Le Parc Eco-Habitat du SIMOLY

Le Parc Eco-Habitat du SIMOLY (Syndicat Intercommunal des Monts du Lyonnais) constitue un modèle de la politique énergétique mise en place par les élus des Monts du Lyonnais engagés dans une démarche de Territoire à Énergie Positive à l’horizon de 2050. Il s’agit de produire localement au moins autant d’énergie qu’on en consomme. Reconnu Pôle d’Excellence Rurale par l’État, le projet comprend le bâtiment du Parc Eco-Habitat, construit par la communauté de communes, Les Hauts du Lyonnais, un bâtiment exemplaire en terme de performances thermiques et d’énergies renouvelables. C’est à la fois un espace d’informations et de conseils gratuits, une résidence d’entreprises et un centre de formation pour les professionnels du bâtiment.

Des projets à suivre :

Un rapport à destination des pouvoirs publics est proposé sur le site internet de l’Association Macéo : il propose des pistes d’actions pour le financement des projets énergétiques ruraux (consultez ce rapport).

Voir également l’article consacré à Macéo dans le Journal de l’éco

(1) – Hespul est une association à but non lucratif de type « loi de 1901 » dont le but est le développement de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

(2) – un dispositif clé-en-main, mis au point par ERE 43, comprenant une mini-chaudière et un silo de stockage de bois pour les bâtiments municipaux.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !