webleads-tracker

Institutions

Marisol Touraine : Concertation régionale au nom de la santé

Marisol Touraine : Concertation régionale au nom de la santé
Marisol Touraine lors du Forum régional Stratégie nationale de santé.

L’Auvergne est l’un des meilleurs élèves dans le débat contributif sur l’avenir du système national de santé, selon Marisol Touraine. Les expériences et projets, présentés lors du Forum régional de la santé, illustrent l’affirmation de la ministre.


« Je tiens à souligner l’engouement des acteurs auvergnats pour apporter des propositions constructives qui ne manqueront pas d’enrichir les 200 débats menés partout en France sur l’avenir de notre système de santé, a déclaré Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé lors du Forum régional Stratégie nationale de santé, le 10 janvier dernier à Clermont-Ferrand.  Cette concertation dont je me suis rendu compte lors de mes visites dans la région, est très positive. L’action contributive est indispensable pour construire un plan sur plusieurs années qui permettra à notre système de santé de répondre aux grands enjeux du futur ».

Quatre séminaires et 400 participants

Le travail sur ces expériences et propositions a mobilisé plus de 400 personnes lors de quatre séminaires départementaux organisés à Murat, Yzeure, le Puy-en-Velay et Cébazat par la Conférence régionale de la santé et de l’autonomie et l’Agence régionale de santé. Elles ont été ensuite restituées dans le cadre d’une journée de débat à l’Auditorium Gaston Meyniel à la Faculté de Médecine et de Pharmacie devant quelques 600 participants et plusieurs intervenants. Parmi ces derniers, la ministre de la Santé, mais aussi Françoise Nouhen (Vice-présidente Union nationale des centres communaux d’action sociale), Edouard Couty (conseiller maître à la Cour des Comptes), Michel Doly (président de la Conférence de la santé et de l’autonomie d’Auvergne) et Dr Andrew Coull du centre hospitalier d’Edimbourg.

Six mesures phares

Afin que la réflexion dans les quatre départements aboutisse à des résultats concrets, le travail s’est déroulé selon une méthodologie stricte. Chaque séminaire a donné lieu à trois ateliers thématiques avec comme thèmes : «  la prévention », « les parcours » et « les droits des usagers ». Les participants devaient répondre à quatre questions : Quels freins ? Quelles bonnes pratiques ? Quelles priorités ? Quelles propositions pour faire évoluer le système de santé ? Des experts et des patients de toute la région ont pu « exporter » leurs expériences et vérifier ainsi si leurs réponses sont transposables d’un territoire à un autre, avant de les proposer au plan national.

Cette proposition se résume en six mesures phares pour l’Auvergne  : l’éducation à la santé dès l’école primaire, l’évaluation scientifique dans le domaine de l’éducation à la santé, la diffusion de messages clairs sur les effets sur la santé de la prise de drogues, la création de dispositifs locaux de veille active, l’extension à toutes les situations complexes des gestionnaires de cas, une codification unique sur les droits des usagers avec un chapitre sur la personne digne de confiance

Les bonnes pratiques

Dans ces domaines prioritaires, la concertation a permis d’identifier des bonnes pratiques qui permettront de mutualiser les expériences et d’aller plus loin.
Comme par exemple, la coordination gérontologique aidée par la télémédecine (COGERT). Ce projet a conduit à la création d’un point de contact unique entre le médecin généraliste libéral et un gériatre du CHU via une
« hot line » depuis le lieu de son domicile, EHPAD, hôpital. Le spécialiste en gériatrie étant en mesure de donner une réponse adaptée et rapide à chaque situation (avis téléphonique, avis d’une unité mobile, programmation d’une hospitalisation, orientation vers les partenaires adaptés, télémédecine).
Une autre expérience, le programme Ciboulette, mis en place dans les écoles clermontoise depuis 2008 par les infirmières scolaires, permet de prévenir l’obésité dès l’école primaire. Durant une semaine par école, par le biais de messages et ateliers adaptés à chaque âge, les enfants découvrent l’alimentation équilibrée, les bienfaits de l’exercice physique ou la lutte contre l’obésité.

Améliorer le parcours des patients

Enfin, de nouvelles pratiques décloisonnées à l’échelle d’un bassin de santé ont été mis en place dans le cadre du projet Hospitaldom à Moulins. Sur ce territoire, un réseau de télésanté transversal  associe désormais trois hôpitaux, trois établissements médico-sociaux autonomes, quatre maisons de santé pluridisciplinaires et trois cabinets médicaux. Le but étant d’améliorer le parcours des patients chroniques et des personnes âgées (700 patients potentiels) depuis l’hospitalisation jusqu’à leur retour à domicile ou en EHPAD. Ainsi, ils bénéficient d’une plus grande offre de services, notamment une éducation thérapeutique personnalisée, et peuvent éviter des hospitalisations trop longues ou des transports sanitaires inutiles.

 Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Théodora Yonkova


Des témoignages en provenance de Londres et d’Edimbourg ont également été apportés sur la formation des infirmiers et sur le parcours de la personne âgée, projet pilote COMPASS, pour articuler et équilibrer soins sociaux et soins sanitaires.

Plus de 600 participants à l’Auditorium Gaston Meyniel à la Faculté de Médecine et de Pharmacie.

Plus de 600 participants à l’Auditorium Gaston Meyniel à la Faculté de Médecine et de Pharmacie.

 



Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !