webleads-tracker

Artisanat & services

Coutellia : 24e édition du salon international du couteau d’art les 17 et 18 mai 2014 à Thiers

Coutellia : 24e édition du salon international du couteau d’art les 17 et 18 mai 2014 à Thiers
Jean-Pierre Treille, président et organisateur du salon Coutellia depuis sa création

Les réunions de couteliers d’art sont nées aux Etats-Unis à l’époque de la guerre du Vietnam alors que les GI’s faisaient personnaliser leurs couteaux de combat avant de partir au front. Peu à peu, le phénomène a essaimé en Europe pour réunir de plus en plus d’exposants. En 1990, est né à Thiers le salon Coutellia qui est devenu, au fil des années, un salon international regroupant plus de 180 exposants venus de 24 pays.


Jean-Pierre Treille est un peu l’âme du salon Coutellia. C’est lui qui, en 1990, a insufflé la création de ce salon devenu depuis une référence internationale. A tel point que le concept s’exporte jusqu’au pays du soleil levant, chez nos amis japonais. Agé de 66 ans, ce retraité dynamique est un Thiernois pure souche, issu d’une famille coutelière de quatre générations. Mais, finalement, quoi d’étonnant à cela dans ce bassin ouvrier où la coutellerie occupe la principale activité de la ville depuis maintenant 6 siècles. A la tête de la coutellerie portant son nom, Jean-Pierre Treille a oeuvré durant de nombreuses années à la fabrication de produits destinés aux cadeaux publicitaires pour les vins et les spiritueux. La loi Evin de 1990 vient mettre un terme a cette belle aventure et Jean-Pierre Treille se reconvertit alors dans la production d’une coutellerie plus traditionnelle : les couteaux fermants.

L’heure de la retraite ayant sonné, la coutellerie Treille ferme ses portes, faute de repreneur. Victime un peu aussi de la mondialisation. D’ailleurs, Jean-Pierre Treille n’y va pas par quatre chemins : « La coutellerie souffre. En l’espace d’une vingtaine d’années, l’industrie coutelière a perdu près des deux tiers de ses employés. Aujourd’hui, ce sont un peu moins de 1 000 personnes qui travaillent dans ce secteur alors qu’après guerre ce sont 5 000 personnes qui vivaient de cette activité. Des entreprises comme Jean Couzon qui employaient jusqu’à 1 500 personnes ne sont plus. Les grandes entreprises du secteur emploient aujourd’hui 50 personnes maximum. » La ville de Thiers reste cependant la capitale de la coutellerie française et compte environ 70 fabricants de couteaux ainsi qu’une trentaine d’entreprises sous-traitantes spécialisées.

Le salon Coutellia est un événement qui permet de faire avancer la coutellerie dans le créatif

Jean-Pierre Treille raconte avec amusement comment est née cette idée de réunir des artisans couteliers : « Le concept nous vient des Etats-Unis. A l’époque de la guerre du Vietnam, les GI’s qui partaient au front faisaient personnaliser leurs couteaux de combat par des artisans couteliers. Ceux-ci se rassemblaient dans des petits salons d’hôtels pour proposer aussi leur fabrication. De là sont nés les salons professionnels du couteau d’art. Une dizaine d’années plus tard, le phénomène a essaimé en Europe en commençant par la Suisse et l’Allemagne. Ensuite est né Coutellia, en 1990, dont je suis toujours le président et l’organisateur. »

Coutellia est une manifestation qui appartient aujourd’hui à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Puy-de-Dôme qui est chargée de son organisation. La Ville de Thiers est partenaire et assure la logistique avec son service technique. L’association de la Confrérie du Couteau de Thiers est également liée à la manifestation et s’occupe des animations à l’intérieur du salon telles que des démonstrations de forge ou encore des ateliers qui permettent de monter son propre couteau. Pour les enfants, un concours de dessins est organisé et les croquis retenus par le jury sont ensuite fabriqués par les couteliers.

En 2013, 4 500 visiteurs ont participé au salon et le même nombre est attendu cette année. 180 exposants, venus de 24 pays (Japon, Afrique du sud, Russie, Etats-Unis, etc), animeront ce salon devenu une référence internationale dans le secteur de la coutellerie d’art. Cette année, le salon célébrera tout spécialement les 20 ans du couteau « Le Thiers », un modèle collectif créé à l’initiative de la Confrérie du Couteau de Thiers. Plus de 50 entreprises le fabriquent et l’ont décliné en 50 modèles. Comme le souligne encore Jean-Pierre Treille : « Le salon Coutellia est un événement qui permet de faire avancer la coutellerie dans le créatif. Certains des exposants ont parfois quitté leur métier pour se lancer dans une petite production de couteaux à l’unité. Certains d’entre eux deviennent relativement connus et sont contactés par des fabricants traditionnels qui leur demandent de leur créer un prototype qui sera fabriqué et commercialisé de façon industrielle. Ce salon sert de vitrine à notre coutellerie. Tous les ans, à travers cette manifestation, nous ouvrons une fenêtre médiatique.» Des délégations étrangères espagnoles et japonaises sont venues à Thiers pour reproduire le même type de salon dans leur pays. Coutellia est incontestablement un modèle du genre.

affiche_coutellia



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !