webleads-tracker

Société

COVID-19 | Une nouvelle économie voit le jour… 3

COVID-19 | Une nouvelle économie voit le jour… 3

Suite à l’apparition du virus en 2019, l’économie mondiale s’est trouvée fortement bouleversée. Elle a ensuite connu un arrêt mondial assez brutal lié aux différentes mesures pour freiner sa propagation. Cette crise sanitaire a cependant créé de toutes nouvelles opportunités sur le marché de l’hygiène et de la désinfection surtout, mais pas seulement. Une toute nouvelle économie a ainsi vu le jour et change la donne dans beaucoup de secteurs.
Pour traiter ce sujet, le Journal de l’Eco vous propose un article en quatre parties.


Pour consulter la première partie de cet article, cliquez sur ce lien.

Des murs de Plexiglas 

En plus de modifier considérablement nos habitudes, la crise sanitaire a également modifié l’aspect de nos commerces et de tous les lieux recevant du public. Des plaques de Plexiglas ont été installées dans bon nombre de magasins, et notamment aux caisses des supermarchés pour protéger les employés.

Au départ, le Plexiglas est une marque déposée par le groupe allemand Röhm mais adoptée depuis longtemps dans le langage courant. Il est également connu sous son acronyme PMMA (polyméthacrylate de méthyle), et est parfois appelé “verre acrylique”. Le Plexiglas est une matière plastique particulièrement plébiscitée depuis le début de la crise liée au Covid-19 car il a pour avantage d’être plus solide et plus léger que le verre mais également plus transparent.

Depuis le premier confinement, la demande de plaques de Plexiglas est en plein boom entraînant des retards dans les livraisons voire des pénuries de matières premières. Pour les entreprises spécialisées dans ce matériau, leur activité s’est profondément transformée tout en augmentant très vite. Avant la crise sanitaire, environ 90% des commandes concernaient la publicité, et les 10% restants la conception de mobilier et de hublots. Mais depuis 2020, plus de la moitié des commandes sont des protections en Plexiglas.

Ces plaques en Plexiglas sont aujourd’hui nécessaires en raison des mesures sanitaires mais il se pose tout de même la question du devenir de ces protections à la fin de la crise. A ce jour, on ne sait pas recycler entièrement le Plexiglas et il contient des produits nocifs pour l’environnement.

 

Le retour du plastique à usage unique

Le 1er janvier 2020, la loi anti-gaspillage entrait en vigueur interdisait la vente et la mise à disposition de certains produits en plastique à usage unique comme les gobelets, les assiettes, les cotons-tiges, les touillettes à café ou les pailles. Mais après plus d’un an de crise sanitaire, le plastique à usage unique ne semble pas prêt à disparaître de nos vies.

Masques en papier, lingettes désinfectantes, blouses en plastique, suremballage au supermarché… Les mesures sanitaires signent le grand retour de l’usage unique du plastique. Mais la percée du plastique ne concerne pas que l’agroalimentaire, le médical est aussi concerné. Masques, gants, visières… les protections sanitaires marquent le retour du tout jetable. Et avec lui, les déchets qu’ils génèrent, qui ont déjà commencé à salir les rues et polluer les océans.

Dès le début du confinement, les usines d’emballage plastique ont augmenté leurs cadences. Une hausse d’activité de 30% qui inquiète les associations qui se battent depuis des années pour une prise de conscience de la pollution plastique. Il est difficile de promouvoir le réutilisable au beau milieu d’une crise sanitaire. Les autorités préfèrent miser sur le plastique à usage unique afin de ne pas prendre de risque de contamination.

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !