webleads-tracker

Industrie

Economie | La COVID réorganise la donne

Economie | La COVID réorganise la donne

Suite à l’apparition du virus en 2019, l’économie mondiale s’est trouvée fortement bouleversée. Elle a ensuite connu un arrêt mondial assez brutal lié aux différentes mesures pour freiner sa propagation. Cette crise sanitaire a cependant créé de toutes nouvelles opportunités sur le marché de l’hygiène et de la désinfection surtout, mais pas seulement. Une toute nouvelle économie a ainsi vu le jour et change la donne dans beaucoup de secteurs. Pour traiter ce sujet, le Journal de l’Eco vous propose un article en quatre parties.


Avant de consulter cette quatrième et dernière partie de cet article consacré aux économies nouvelles liées à la crise de la Covid-19, vous pouvez cliquer sur ce lien pour consulter la partie précédente.

La course aux vaccins

Dès le début de la crise sanitaire, les laboratoires ont commencé leurs recherches dans le but de développer un vaccin le plus rapidement possible. En décembre 2020, un an seulement après l’apparition du virus, Pfizer et BioNTech est le premier vaccin autorisé sur le marché européen suivi à peine un mois après par Moderna.

Ces deux laboratoires ont développé des vaccins à ARN messager, un procédé révolutionnaire qui ne consiste pas à inoculer le virus mais une part du code génétique du virus. Fin janvier c’est le vaccin du laboratoire AstraZeneca qui est validé et depuis mars le Johnson & Johnson.

La Covid-19 et la course aux vaccins qu’elle a entraînée pourrait très certainement rebattre les cartes dans le secteur très fermé du vaccin. Cette industrie est traditionnellement partagée par quatre mastodontes qui concentrent à eux seuls 90 % du marché, selon EvaluatePharma : les américains Pfizer et Merck, le britannique GSK et le français Sanofi.

La crise sanitaire a créé un marché à plusieurs dizaines de milliards de d’euros alors que, pour la plupart des firmes pharmaceutiques, les vaccins ne sont pas les produits les plus rentables. Ce nouveau virus et le développement des vaccins à ARN messager pourraient donc changer la donne et voir l’arrivée de nouveaux acteurs sur ce marché très restreint.

La commercialisation d’un vaccin contre la Covid-19 sera très lucrative pour les laboratoires. D’un point de vue économique, deux tendances se dégagent parmi les vaccins autorisés en Europe.

D’un côté, AstraZeneca et Johnson & Johnson qui produisent pour l’instant les vaccins à prix coutant et assure ne pas faire de profit à court terme. De l’autre côté, Pfizer et Moderna, qui assument un profit immédiat et important. Ils prévoient d’engranger respectivement 26 milliards et 18 milliards de dollars en 2021 grâce à leurs vaccins à ARN messager.

Après un investissement de 2 milliards de dollars dans les recherches liées au vaccin et une marge commerciale estimée entre 60 et 80%, Pfizer devait très rapidement trouver une rentabilité avec la production de son vaccin.

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !