webleads-tracker

Art, culture, divertissement

Création d’un institut de restauration-conservation d’œuvres d’art au château de Parentignat

Création d’un institut de restauration-conservation d’œuvres d’art au château de Parentignat
Château de Parentignat

Le château de Parentignat, disposant d’une des plus riches collections d’œuvres des XVIIe et XVIIIe siècles en Auvergne, accueille depuis près de 20 ans des stages d’été autour de la restauration-conservation. Le but de cet institut est de pérenniser le patrimoine culturel et transmettre le savoir-faire français, associer le monde académique à l’expertise professionnelle en créant le premier atelier d’expérimentation de France et renforcer la visibilité d’une dynamique de territoire autour de la restauration-conservation.


Sous l’encadrement de William Whitney, Maître de conférences à l’UFR03 « Histoire de l’Art et Archéologie » de l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, des étudiants ont ainsi pu entamer la restauration de nombreux tableaux, et grâce à un travail de fond considérable, dresser l’inventaire étoffé des 400 œuvres abritées au sein du château, une collection réunie par Georges de Lastic (1927- 1988), historien d’art et conservateur de musée. Fort de cette collaboration fructueuse alliant pratique et théorie, à la jonction de l’art et de la science, Anne-François de Lastic, propriétaire du château et fils de Georges de Lastic, a porté l’idée d’abriter au sein même de ce monument historique, un institut de restauration-conservation d’œuvres d’art.

Grâce à la création du PRES héSam Universités, communauté d’établissements rassemblant en plus de l’Université Paris 1, l’Institut national du patrimoine, l’Institut national d’histoire de l’art, l’École du Louvre, l’École nationale des chartes et l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette, la nécessité d’un tel institut à Parentignat est apparue comme de plus en plus évidente. Le château pourrait être en effet le théâtre d’une mise en pratique des savoirs de futurs restaurateurs. Cela favoriserait le dialogue entre plusieurs domaines de compétences (peintures, documents anciens, architecture historique…) tout en tenant compte d’une transversalité exceptionnelle, liée à une collection riche intégrée dans un monument historique.

A ce volet académique s’ajoute évidemment l’expertise technique développée par les professionnels de la restauration situés autour de Parentignat et notamment à Issoire. Un tel institut permettrait à ces experts de transmettre leur savoir-faire mais aussi d’être un lieu d’innovation via la création du premier atelier français d’expérimentation en la matière : un moyen d’inventer de nouveaux procédés de restauration-conservation d’œuvres d’art, remettant en relief l’importance du faire et non plus que le résultat du faire.

En somme, cet institut renforcerait la visibilité d’une réelle dynamique de territoire existant dans le Puy-de-Dôme autour de la restauration-conservation avec en perspective une ouverture internationale

Des modules de formation continue ou des certificats reconnus seraient par le prolongement mis en place en plus des séminaires que cet institut abriterait. Les activités qui se dérouleront à l’institut de restauration-conservation de Parentignat sont enfin les précurseurs de l’émergence d’un doctorat européen de la restauration-conservation dont les établissements français précités sont pleinement parties prenantes.

Afin d’avancer dans la mise en place de ce projet, une rencontre entre acteurs d’Ile-de-France et d’Auvergne a été organisée le 4 juillet 2014 au château de Parentignat, mêlant représentants du monde académique, experts professionnels et institutionnels.

Cette étape décisive précède l’arrivée fin septembre 2014 d’une équipe d’étudiants pluridisciplinaires des établissements d’héSam Universités qui seront encadrés et chargés, pendant 6 mois, de réfléchir à la préfiguration des espaces du château dédiés à l’institut : des avant-projets indispensables au recueil de nouveaux soutiens tant institutionnels que privés et à l’appui de mécènes soucieux de pérenniser le patrimoine français.



Communiqué de presse

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !