webleads-tracker

Artisanat

Dany de Muyer a décidé de créer sa société de charpente dans le Puy-de-Dôme

Dany de Muyer a décidé de créer sa société de charpente dans le Puy-de-Dôme

L’entreprise Dany de Muyer a vu le jour en 2006, passant d’une activité de menuiserie à la charpente. Son propriétaire connaît les dessous de l’entrepreneuriat car il avait déjà une société dans son pays d’origine, la Belgique. Il travaille désormais en Auvergne, s’occupant également d’un site web où il vend des produits pour les charpentiers.


Dany de Muyer a 40 ans et est d’origine belge, où il a obtenu un diplôme de carrossier-mécanicien. Il a tout d’abord travaillé dans les garages automobiles puis a évolué. En effet, il est passé « à la peinture du meuble, puis à la peinture de la toiture, pour enfin devenir charpentier ». Dany a d’abord créé une entreprise en Belgique, pour ensuite se lancer dans une nouvelle activité lorsqu’il est arrivé en France en 2006, aidé par l’expérience de sa femme qui a créé sa société avant lui.

Pour sa première entreprise en Belgique, Dany a fait équipe avec un ami charpentier et ils ont créé ensemble une SARL dans la construction de meubles de cuisine en bois. Il a ensuite vendu ses parts pour venir s’installer en France et donner naissance à la société Dany de Muyer. Elle s’est faite connaître petit à petit par le bouche à oreille, principalement sur la région Auvergne, et s’est bien développée car Dany De Muyer avait, pendant un certain temps, embauché des ouvriers.

Entrepreneur français depuis 2006, Dany s’est d’abord occupé de la menuiserie extérieure (portes, fenêtres…) puis de la charpente chez des particuliers et notamment pour des personnes d’origine étrangère. Il nous en explique la raison : « Comme je suis d’origine belge, j’ai des contacts assez faciles avec les flamands, les hollandais, les anglais… Il n’y a pas de problème, pas de barrière de langue ! Certains de mes amis dans le domaine de la charpente me mettent en contact avec leurs clients, car il est difficile pour eux de communiquer. »

Un beau métier

Pour Dany, « c’est difficile de gérer une entreprise en tant qu’artisan car il faut trouver le bon équilibre entre les investissements que l’on fait et le temps qu’on veut passer à travailler. Il y a certaines années où l’entreprise fonctionne bien et d’autres où la demande est moins forte. Il faut savoir continuer à gérer et ne pas baisser les bras.»

Dany a récemment investi dans l’achat de sa première grue, qui devrait lui permettre de prendre en charge des projets un peu plus importants. Il s’occupe également, en plus de sa société, d’un site internet qu’il a créé l’année dernière sur lequel il vend un produit pour les charpentiers fabriqué en Hollande et qui est peu connu en France.

Dany De Muyer est, malgré les inconvénients qu’entraîne l’entrepreneuriat, content d’être à son compte : « C’est un vrai défi, on prend des risques en tant que chef d’entreprise, et si nos investissements n’aboutissent pas, c’est nous qui en pâtissons. Mais je pense profondément que c’est un beau métier. »



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !