webleads-tracker

Tech & Innovation

Confinement | Des visites culturelles depuis votre ordinateur

Confinement  | Des visites culturelles depuis votre ordinateur

La météo clémente annoncée pour les prochains jours est accompagnée d’une certaine frustration de la part des citoyens, forcés de rester chez eux par les mesures de confinement prises par le gouvernement. Pas de promenades sous le soleil ni de visites culturelles au programme, sauf pour ceux munis d’une connexion à internet.


Le soleil n’y changera rien, les français doivent rester confinés chez eux jusqu’au 15 avril au moins. Cependant, les mesures de confinement n’enlèvent en rien les nombreuses possibilités de se cultiver grâce à une connexion internet. A son propre rythme, et depuis son canapé, les options sont infinies pour visiter les sites patrimoniaux et musées du territoire français.

A titre d’exemple, le site J’aime mon Patrimoine, accessible via ce lien, référence une grande partie du patrimoine à travers de nombreux articles, des vidéos, des jeux en ligne et des albums photos, recensant ainsi l’essentiel de l’architecture, des arts, de la faune, des paysages ou encore de la gastronomie française.

Les technologies actuelles permettent aussi de visiter virtuellement des musées ou sites patrimoniaux sur l’ensemble du territoire. Le Louvre, par exemple, propose des visites virtuelles de ses salles d’exposition, au même titre que le Musée d’Art Contemporain de Lyon ou le musée Roger Quilliot à Clermont-Ferrand. Une manière ludique, facile et gratuite d’avoir accès à la culture en un simple clic.

Néanmoins, la gratuité de ces visites en ligne ne permettent pas de contribuer au financement de ce patrimoine, de son entretien, de sa médiation et de sa restauration. J’aime mon Patrimoine rappelle à l’ensemble des citoyens que cette crise sanitaire impacte considérablement le monde du patrimoine et du tourisme. Ainsi, il invite l’ensemble des passionnés de culture à découvrir la France dès la fin du confinement à travers ses sites patrimoniaux afin de soutenir ces métiers dont l’activité a été suspendue pendant plusieurs semaines.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !