webleads-tracker

Commerce

E-Leclerc | Campagne de communication ou véritable symbole ?

E-Leclerc | Campagne de communication ou véritable symbole ?

Véritable coût médiatique, la firme E-Leclerc vend sa baguette pour 29 centimes d’euro pour plusieurs mois afin de faire « un symbole » contre l’inflation. Alarmant et amenant la colère du monde céréalier qui y voit une atteinte aux valeurs et au travail de la filière.


Soulager le porte-monnaie des consommateurs ? 

Depuis le 11 janvier 2022, le Groupe Leclerc annonçait le prix choc de la baguette de pain à 0.29 centimes d’euros dans les magasins de la firme pour une durée de 6 mois. Affirmant ce choix, le Groupe veut à travers cette démarche soutenir les consommateurs dans cette période d’inflation en soutenant que la filière ne serait pas en danger.

Une filière en colère

Comme l’effet d’une bombe après l’annonce, le FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) ne cache pas son indignation avec l’appui de la filière des céréales, de la meunerie et de la boulangerie. Ils estiment que cette baisse de prix est « démagogique et destructrice ».

En 2021, avec une augmentation de 30% du prix du blé, la baguette affiche un prix de 0.90 centimes d’euros en boulangerie. Les fournisseurs s’inquiètent que l’entreprise augmente le prix d’autres produits pour compenser la faible marge sur les baguettes.

Pourtant le syndicat agricole Coordination Rurale estime que les céréaliers ne seront pas affectés car le coût d’une baguette de pain n’excède pas 5 centimes d’euros. Cependant, les craintes s’installent concernant les boulangers en zones rurales. Une baguette à 0.90 €, contient 0.18€ de matières premières, 0.53€ de coûts de main d’œuvre, 0.11 € d’impôts et de frais de transports. Il ne reste aux boulangers qu’entre 5 et 7 centimes d’euros de bénéfice.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !