webleads-tracker

Industrie

Energies | La métropole mise au défi de réduire sa consommation

Energies | La métropole mise au défi de réduire sa consommation

Après l’habitat et les transports, le secteur tertiaire constitue le troisième consommateur d’énergie du territoire métropolitain. Avec comme premier objectif de réduire d’au moins 40 % la consommation énergétique de ses plus gros bâtiments, Clermont Auvergne Métropole active plusieurs leviers pour rendre ses équipements plus performants.


Situé à Chamalières, le centre aquatique des Hautes-Roches est, avec le stade nautique Pierre-de-Coubertin, un équipement phare de la Métropole. Construit en 1975, le bâtiment a cependant vieilli. Des fragilités au niveau des toitures sont apparues, l’accessibilité doit être améliorée, et le bâtiment, bien qu’entretenu, entraîne surtout des consommations d’énergie importantes.

Identifiée comme étant l’un des bâtiments les plus énergivores du parc de la Métropole, la piscine de Chamalières va connaître à partir de septembre d’importants travaux.

Avec l’objectif de réduire d’au moins 30 % ses dépenses énergétiques, Clermont Auvergne Métropole va entre autres remplacer le système de chauffage et installer une centrale de production solaire photovoltaïque pour alimenter en auto-consommation les 7 500 m² du lieu. À terme, grâce au système de raccordement qui sera mis en place, le centre aquatique des Hautes-Roches pourra même être relié au réseau de chaleur, si besoin.

Entré en vigueur en 2019, le “décret tertiaire” impose aux entreprises et aux collectivités de réduire la consommation énergétique de l’ensemble de leurs bâtiments à usage tertiaire (infrastructures collectives, santé, hôtels, bureaux…) qui dépassent les 1 000 m². Ambitieux, ce règlement stipule une réduction d’au moins 40 % en 2030, 50 % en 2040 et 60 % en 2050 par rapport à 2010. Pour y parvenir, Clermont Auvergne Métropole compte principalement renforcer l’isolation, changer les systèmes de chauffage et améliorer la ventilation de ses bâtiments.

Encouragée par son objectif de devenir à horizon 2050 un territoire à énergie positive, ClermontAuvergneMétropole et les communes qui la composent n’ont pas attendu la mise en place du décret pour impulser une dynamique volontariste en faveur du climat.

Communes modèles, Aulnat et Lempdes ont été parmi les premières il y a une dizaine d’années à investir pour améliorer leurs bâtiments à usage tertiaire. Le groupe scolaire du Bourgnon, à Lempdes, figure par exemple parmi la liste des réalisations exemplaires. Datant des années 50, le bâtiment a été complètement repensé grâce à des solutions innovantes : construction sur les façades d’une structure en bois alliant laine minérale et laine de bois pour l’isoler, remplacement de la chaudière fioul par une chaufferie bois-granulés, automatisation de l’ensemble des installations techniques au moyen d’une gestion technique du bâtiment permettant un pilotage à distance…

L’investissement financier peut être un frein au départ, mais il ne faut pas hésiter à investir dans cette démarche. En plus d’améliorer le confort de vie des usagers, cela se convertit en opportunité sur de nombreux plans, tant financier qu’écologique”, estime Laurent Malaval, directeur des services techniques de la Ville de Lempdes.

La Ville d’Aulnat, qui consacre 70 % de son budget investissement concernant les bâtiments aux actions générant des économies d’énergie, a par exemple réduit de 50 % la consommation énergétique du groupe scolaire Beytout. Une opération réussie qui leur a permis depuis d’économiser plusieurs dizaines de milliers d’euros.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !