webleads-tracker

Conseil, Audit, Expertise

Flightright : au retour des vacances de noël, que faire en cas de retard ou d’annulation de vol ?

Flightright : au retour des vacances de noël, que faire en cas de retard ou d’annulation de vol ?

Les vacances ont été formidables mais, ombre au tableau, le retour se complique. Surbooking, retard ou annulation de vol, il n’y a rien de pire pour vous miner le moral. Cela n’arrive pas qu’aux autres, malheureusement. Mieux vaut donc se renseigner à l’avance pour connaître les options à envisager dans une telle situation. Flightright, spécialiste des droits pour les passagers aériens, explique les recours possibles en cas de retard ou d’annulation de vol.


Les obligations de la compagnie aérienne

La compagnie aérienne est tenue d’aviser les passagers concernant toute perturbation. Des notices écrites seront distribuées à chaque passager concerné ou à défaut, être visiblement affichées dans la zone d’embarquement. Des communications vis SMS et e-mail sont également envisageables si le retard ou l’annulation est dû à une grève.

Les conditions d’octroi d’une indemnité

Les règles mentionnées ci-après s’appliquent exclusivement aux vols à destination ou au départ d’un pays membre de l’UE. Le passager réclamant un dédommagement ou un remboursement doit avoir une réservation confirmée sur le vol concerné. Un enregistrement effectif au moins 45 minutes avant l’heure prévue est exigé. Si ces conditions sont remplies, vous pouvez faire valoir vos droits.

Annulation de vol

L’indemnisation est envisageable, exception faite des annulations fondées sur des cas de forces majeures. En outre, une compagnie aérienne ayant informé ses passagers au minimum deux semaines avant le départ et qui peut prouver cette information, n’est pas obligée de verser une indemnité. Dans l’éventualité où le passager a pu arriver à destination à un horaire relativement similaire à celui prévu initialement (2h de retard au maximum), le transporteur peut également refuser le versement d’un dédommagement.

Il est possible d’utiliser un Calculateur d’indemnisation afin de connaître le montant précis que l’on peut se voir attribuer. Pour les vols jusqu’à 1500 km, le passager lésé peut recevoir une indemnité de 250 euros. Pour les vols dépassant les 1500 km au sein de l’UE ou compris entre 1500 km et 3500 km à destination d’autres pays, le montant s’élève à 400 euros. L’annulation d’un vol de plus de 3500 km ouvre droit à une indemnité de 600 euros.

Retard de vol

Les indemnités sont applicables aux retards d’au moins trois heures à l’arrivée et/ou d’au moins deux heures au départ. Elles sont octroyées sous forme de chèque bancaire ou par virement. Si le passager y consent, un bon de compensation peut également lui être attribué. Là encore, le refus d’indemnisation est envisageable si le retard est occasionné par des circonstances extraordinaires que le transporteur n’a pu anticiper. Les montants des indemnités sont similaires à celles appliquées aux cas d’annulation ou de surbooking.

La compagnie aérienne est tenue d’offrir son assistance aux passagers, incluant repas ou collation, hébergement et moyens de télécommunication. Le transporteur se réserve le droit de suspendre ces formes d’assistance si elles risquent d’occasionner un retard plus important encore.

En savoir plus sur : https://www.flightright.fr/



Communiqué de presse du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !