webleads-tracker

Institutions, collectivités

Focus sur les plateformes d’initiatives locales auvergnates !

Focus sur les plateformes d’initiatives locales auvergnates !
Bernard Villata, président de la coordination régionale des plateformes Initiatives Auvergne

Regroupées sous le réseau de France Initiative, les 12 plateformes auvergnates ont pour mission d’aider les porteurs de projets en leur accordant des prêts d’honneur. Le Journal de l’éco s’est entretenu avec Bernard Villata, président de la coordination régionale des plateformes Initiatives Auvergne ainsi qu’avec Daniel Farges, directeur de Clermont Agglo Initiative qui est revenu sur les réseaux de parrainage.


« En Auvergne il y a 12 plateformes d’initiatives locales et elles ont en moyenne entre 12 et 15 ans d’existence. Elles ont été créées pour répondre à des besoins liés aux territoires, aux bassins d’emploi et sont directement en relation avec l’aide à la création et la reprise d’entreprises. Ces plateformes sont intégrées au niveau national au réseau Initiatives France », indique Bernard Villata. Les différentes plateformes locales auvergnates ont été créées suivant des initiatives parfois diverses en fonction des territoires, même si la plupart l’ont été par les Chambres de Commerce. Mais, par exemple, au Puy-en-Velay la plateforme a été créée à l’initiative du comité d’expansion économique et la plateforme de Clermont-Ferrand le fut à l’initiative de Clermont Communauté.

« La mission des plateformes est double : la première est d’aider à la création d’entreprises par l’octroi d’un prêt d’honneur au porteur de projet. C’est un dispositif qui est aujourd’hui plébiscité dans l’aide à la création d’entreprises car il s’agit d’une véritable aide à la constitution de fonds propres pour le créateur. La deuxième mission des plateformes est d’accompagner le créateur aussi bien en amont de son projet qu’ensuite en aval pendant ses trois première années d’existence. » Tous les créateurs ou repreneurs d’entreprises peuvent faire appel à ces plateformes d’initiative locales. Un dossier doit être présenté devant un comité d’agrément.

Le financement de ces plateformes est à la fois d’origine publique et privée. Les financements publics sont assurés par les collectivités locales et territoriales : l’Europe, l’Etat, la Région mais aussi la Caisse des Dépôts. Des banques et certaines entreprises participent également au financement. Pour l’année 2013, les plateformes d’Auvergne ont validé 563 prêts d’honneur pour un montant de 4 670 000 euros. 44 créations d’entreprises ont été enregistrées (il peut y avoir plusieurs prêts d’honneur sur une même création en fonction du nombre de porteurs de projets). Le nombre de prêts d’honneur est toujours supérieur au nombre d’entreprises créées. 1 206 emplois ont vu le jour ou ont été maintenus dans le cadre de la création ou de la reprise d’une entreprise.

Pour 9 € prêtés par la plateforme, le créateur peut se voir attribuer jusqu’à 90 € par les banques

« Une des caractéristiques du dispositif des plateformes est l’effet de levier bancaire. Pour 9 € prêtés par la plateforme, le créateur peut se voir attribuer jusqu’à 90 € par les banques. Ceci s’explique sans doute par le fort taux de pérennité des entreprises (de l’ordre de 85% à trois ans) que nous suivons. », insiste encore Bernard Villata. Cet excellent taux de pérennité est indéniablement lié à l’accompagnement dont bénéficie le porteur de projet.

Au sujet de l’accompagnement, justement, Daniel Farges, directeur de Initiatives Clermont Agglo déclare : « Nous avons financé 97 projets en 2013 pour un montant de 655 000 euros. Notre taux de pérennité à 3 ans est de 92 %. Nous sommes en train de constituer un réseau de parrains avec des compétences diverses pour pouvoir répondre au mieux aux besoins des porteurs de projets. Ce réseau est constitué d’anciens bénéficiaires, de jeunes retraités et de toute autre personne de bonne volonté qui souhaiterait nous rejoindre. » Le parrainage part du constat que le principal écueil des repreneurs ou des créateurs d’entreprise est l’isolement. Le parrain est là pour faire profiter le filleul de son expérience, de ses connaissances, éventuellement de son réseau et amener un deuxième regard sur l’entreprise. Beaucoup de créateurs sont en effet souvent de très bons techniciens mais ont besoin d’une vision extérieure. Une charte de parrainage est signée entre le filleul, le parrain et la plateforme. Pour le moment, une cinquantaine de parrainages sont en cours, sachant qu’une personne peut parrainer plusieurs projets. Toutes les plateformes d’Initiatives Auvergne sont actuellement à la recherche de parrains.

Aujourd’hui, les Plateformes Initiatives Auvergne sont dans une dynamique positive. L’ensemble du territoire est couvert et la plateforme régionale intervient en complément des plateformes territoriales sur les dossiers plus importants ou sur les dossiers d’innovation. Que ce soit via leur conseil, via leur expert-comptable, les Chambres des Métiers ou les Chambres de Commerce, les porteurs de projets en Auvergne sont maintenant le plus souvent orientés vers les plateformes. De plus, les banques semblent avoir mis en place des montages financiers qui sont bien complémentaires des prêts d’honneur accordés par les plateformes.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !