webleads-tracker

A la Une

Formation | À la rencontre de l’Ensemble scolaire La Salle

Formation | À la rencontre de l’Ensemble scolaire La Salle
Hervé Rossignon, Marie-Noëlle Bonnafoux et Bruno Marquant nous présentent l’Ensemble scolaire La Salle, le plus vaste établissement de formation en Auvergne

L’Ensemble scolaire La Salle – Clermont-Ferrand est né du rapprochement de plusieurs établissements clermontois et de la volonté de créer un ensemble cohérent offrant une variété de formations allant de la maternelle jusqu’au post-bac. Le Journal de l’Eco est allé découvrir cet Ensemble scolaire qui place ses élèves au cœur de son dispositif.


L’Ensemble scolaire La Salle présente un projet éducatif en trois axes : d’abord sur l’épanouissement et la réussite de ses élèves durant leur parcours scolaire ; sur l’encouragement à la cohésion, à la fraternité et à la solidarité ; enfin, sur la promotion d’un cadre de travail pour le bien-être des jeunes et des adultes.

Il est réparti sur 4 sites d’enseignement dispersés dans Clermont-Ferrand, et comprend deux écoles, un collège, un lycée d’enseignement général et technologique, un lycée professionnel et un campus. Au total, ce sont près de 2800 élèves qui évoluent au sein de cet ensemble scolaire.

A partir du lycée professionnel, l’offre de formation peut s’articuler autour de trois grands pôles : un pôle communication, un pôle industrie et un pôle tertiaire. Pour certaines formations, l’offre de formation peut être poursuivie jusqu’aux études post-bac, avec des cursus CAP ou BTS par exemple.

Au cours de leur formation en lycée professionnel, les étudiants sont invités à connaître le monde du travail grâce à des immersions en entreprise à travers des stages de plusieurs semaines.

Hervé Rossignon, chef d’établissement coordinateur, affirme : « Il est essentiel que les jeunes soient formés en accord avec les attentes de l’entreprise : c’est pour cette raison que nous souhaitons leur donner l’opportunité de connaître le monde de l’entreprise et ses réalités en complément de l’offre de formation théorique que nous leur proposons. »

Il ajoute : « L’esprit Lassalien, en référence à notre fondateur il y a plus d’un siècle, Jean-Baptiste de La Salle, c’est d’accompagner tous nos élèves jusqu’à leur meilleur niveau : lorsqu’un de nos élèves obtient un CAP électricien, nous sommes extrêmement fiers, au même titre que lorsqu’un de nos élèves de classe préparatoire rentre dans une très bonne école d’ingénieur. L’essentiel, c’est de les accompagner vers leur propre réussite. »

En effet, la mise en avant des parcours de chacun des élèves et la valorisation de leurs compétences est une valeur essentielle de l’Ensemble scolaire. Bruno Marquant, directeur délégué aux Formations Professionnelles de la filière industrielle, explique que les jeunes sont accompagnés par des professionnels pour pouvoir être orientés sur la suite de leur cursus.

 

Bruno Marquant nous présente l’atelier des étudiants en formation professionnelle de la filière industrielle

D’autre part, les élèves de terminale ont la possibilité depuis 2014, en fonction de leurs compétences et de leurs résultats, d’être inscrits au Concours Général des Métiers. Cette expérience permet aux jeunes de se motiver durant leur cursus secondaire afin d’être reconnus et valorisés pour leur travail lors de ce Concours dédié aux lycéens.

Bruno Marquant a également pris le temps de nous expliquer la mise en place du dispositif mixité publique. Le dispositif mixité publique prévoit qu’un jeune qui rentre en bac professionnel puisse avoir la possibilité, à partir de la classe de première, de choisir son cursus : rentrant sous statut scolaire en seconde, il peut choisir de poursuivre son parcours en apprentissage en première ou en terminale.

Pour Bruno Marquant, le dispositif est intéressant à la fois pour les étudiants, mais aussi pour les professeurs et les entreprises : « Les jeunes gagnent en maturité et en compétences durant leur année de seconde au lycée et sont beaucoup plus en accord avec les réalités de l’entreprise lorsqu’ils entrent en apprentissage. »

«  L’idée de mixité, c’est que les jeunes en apprentissage puissent aussi se retrouver en cours avec leurs camarades sous statut scolaire. Nous faisons en sorte que leur temps en entreprise se fasse essentiellement sur des périodes de vacances scolaires. », ajoute-t-il.

Il nous explique par ailleurs que l’une des formations de la filière industrielle est labellisée Campus des Métiers Aéronautique de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, ce qui permet à l’Ensemble scolaire d’avoir une autre approche du milieu des entreprises de la région.

En effet, l’Ensemble scolaire La Salle s’ancre réellement dans le territoire en créant un réseau d’entreprises et de professionnels locaux liés par le cursus scolaire ou les formations en entreprise des étudiants.

Marie-Noëlle Bonnafoux, directrice déléguée aux Formations Professionnelles et Technologiques de la filière artistique, s’est quant à elle prêtée au jeu de l’interview vidéo pour nous expliquer comment, dans la filière communication et graphisme, les jeunes sont amenés à mettre en œuvre leurs compétences pour s’accorder avec les attentes du monde de l’entreprise.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !