webleads-tracker

Industrie

Fusion des structures représentatives des industries agro-alimentaires en Auvergne Rhône-Alpes

Fusion des structures représentatives des industries agro-alimentaires en Auvergne Rhône-Alpes

Suite à la fusion des régions, les associations représentatives des industries agro-alimentaires ARIA en Rhône-Alpes et URIAA en Auvergne se sont rapprochées pour créer l’ARIA Auvergne Rhône-Alpes. La nouvelle entité qui compte 200 adhérents souhaite fédérer toutes les entreprises du secteur.


50 000 emplois en Auvergne-Rhône-Alpes

Les entreprises du secteur agro-alimentaires représentent prés de 50 000 emplois pour un chiffre d’affaires de plus de 11 milliards d’euros en Auvergne Rhône-Alpes, faisant de la nouvelle région la deuxième de France derrière la Bretagne. Ce secteur économique majeur compte quelques poids lourds comme Sodiaal, Socopa, Limagrain ou encore Evian, et des entreprises de taille plus modestes. Pour les représenter auprès des pouvoirs publics et les accompagner dans leur développement, elles peuvent désormais s’appuyer sur la nouvelle Association Régionale des Industries Agro-alimentaires (ARIA) d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Lors de la création de l’association, le 6 juin à Lyon, le président de l’ARIA Auvergne Rhône-Alpes, Jean-Claude Guillon, retraité de chez Limagrain, a présenté les objectifs de la structure. Si l’association compte seulement 200 établissements sur les 1.200 entreprises du secteur, ces derniers représentent prés des 2/3 du chiffre d’affaires. L’association, qui s’appuie sur deux équivalent temps plein, en plus du temps mis à disposition par les membres du conseil d’administration et le président souhaite, notamment mettre en place des « contrats de filière alimentaire ».

Encourager les entreprises à s’approvisionner localement

« L’association encourage ses entreprises à s’approvisionner localement et régionalement dans une démarche de “circuits courts industriels”, afin d’assurer à ses clients traçabilité, proximité et qualité », présente Jean-Claude Guillon. « Compte tenu du territoire, il faut chercher des marchés de niche pour supporter des coûts de production qui peuvent être élevés », poursuit-il.

Accompagner les entreprises vers l’excellence industrielle

Une autre mission de l’ARIA est l’accompagnement des entreprises vers « l’excellence industrielle ». «  Nous accompagnons les entreprises dans une montée en professionnalisation et nous développons des procédés de haut niveau de manière à sortir des produits en conformité avec les attentes de nos clients », lance le président de l’association. Un travail est également mené sur l’attractivité des filières agro-alimentaires. L’association est notamment partenaire du campus des métiers de l’agro-alimentaire à Aurillac.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !