webleads-tracker

Services aux particuliers

Géraldine Allègre ouvre sa 2e micro-crèche « Koaline » à Saint-Genès l’Enfant

Géraldine Allègre ouvre sa 2e micro-crèche « Koaline » à Saint-Genès l’Enfant
Géraldine Allegre, créatrice des micro-crèches Koaline

La garde d’enfants en milieu rural n’est plus un problème grâce aux micro crèches. Encore faut-il trouver des porteurs de projets qui n’ont pas froid aux yeux ! Dans la périphérie de Riom, Géraldine Allègre, forte du succès de sa première crèche, en ouvre une seconde à quelques minutes de la zone d’activité de Mozac.


Deux projets en un

Dès sa conception, le projet de Géraldine Allègre comportait deux crèches l’une à Malauzat ouverte en 2012, la seconde à Saint-Beauzire, ouverte depuis septembre 2013, deux lieux stratégiques choisis en fonction des besoins de la population. Si la recherche d’un local fut aisée pour la première, ce fut un peu plus long pour la deuxième ce qui explique le décalage dans l’ouverture des deux sites : « Ce n’est pas plus mal » reconnaît Géraldine «  Ce laps de temps a permis de se roder sur la première crèche, d’avoir une première expérience », de se faire connaître également, même si, entre « le bouche-à-oreille » et les recommandations de la CAF, de toutes les démarches nécessaires à la création d’entreprise, le plus simple est de trouver sa clientèle. La demande est importante et le lancement du deuxième site n’a pas demandé d’effort : « pour la première crèche, j’ai mis des annonces, distribué des flyers et rencontré les autres structures et communiqué sur Internet avec un site web. ».

Aujourd’hui, les deux crèches atteignent sans difficulté des effectifs de dix enfants chacune, dix étant le nombre maximum d’enfants autorisé en mini-crèche.

Crèches Koaline, comme une grande famille

Le statut de « micro-crèche » existe depuis 2007. Ce mode de garde des enfants de moins de 6 ans est particulièrement souple car les exigences ne sont pas les mêmes que celles d’une crèche. Le porteur de projet n’a pas d’obligation de diplôme dans le secteur de la santé mais le personnel doit être composé de professionnels. Dans les crèches Koaline, les 9 employées ont toutes un diplôme : CAP petite enfance, diplôme d’auxiliaire de puériculture, éducateur de jeunes enfants. L’avantage d’une micro-crèche tient à sa taille : « C’est comme une grande famille. On privilégie la qualité de vie et on tient compte des besoins de chaque enfant. » Par ailleurs à l’inscription,« l’âge de l’enfant est pris en compte afin d’avoir une bonne harmonie des âges au sein de la micro-crèche. »
Ce mode de garde faisant l’objet d’un agrément1, les parents peuvent bénéficier des aides de la CAF et du crédit d’impôt.

Portrait d’une créatrice atypique

La parcours de créatrice de Géraldine Allègre a de quoi surprendre. Ingénieur chimiste responsable qualité dans l’industrie, son manque d’expérience dans le domaine de la petite enfance n’a jamais été un handicap dans ce virage professionnel à 360 degrés : « J’ai toujours eu envie de faire un métier en relation avec les enfants mais j’ai suivi une autre voie et ça m’a plu. On me confiait des missions intéressantes : gestion de projets, management d’équipes. ». Mais à 48 ans, elle décide de changer de vie : « J’avais envie d’être autonome et de me sentir vraiment utile. Je n’aurai jamais le même salaire que dans l’industrie mais j’ai plus de disponibilité pour organiser mon travail avec des enfants et je suis heureuse d’avoir fait ce choix qui me comble. Bien sûr, je travaille encore plus, mais j’ai une grande satisfaction. » . A raison de 10 heures par jour, Géraldine Allègre est « sur le pont » de 8 h à 20 h mais ce n’est rien à côté de l’« énorme » énergie qu’il lui a fallu déployer pour « chercher un local, trouver le financement, trouver des fournisseurs, rencontrer les organismes de tutelle, monter des dossiers d’agrément dans un cadre législatif extrêmement contraignant. ». Côté financeurs, la CAF, a aidé en grande partie au financement de l’installation, la CCI et le Conseil régional ont également participé. Les banques ont eu plus de mal à se laisser convaincre : « C’est difficile de rentrer en relation avec les banques, c’est compliqué mais ma banque m’a suivie sans hésitation et m’a aidée à entrer en relation avec d’autres organismes. ».

Il faut beaucoup de volonté, d’énergie mais c’est passionnant la création d’entreprise

1 L’ouverture d’une micro-crèche est soumise, comme tous les établissements d’accueil du jeune enfant, à un agrément. C’est le président du Conseil général du département qui donne l’autorisation d’ouvrir la micro-crèche, après l’avis favorable du médecin de la protection maternelle et infantile (PMI).



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !