webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

Gilles Chatras – CAPEB 63 : « La concurrence déloyale mine les artisans du bâtiment »

Gilles Chatras – CAPEB 63 :  « La concurrence déloyale mine les artisans du bâtiment »
Gilles Chatras, président de la CAPEB 63.

La CAPEB 63 défend les intérêts des artisans du bâtiment qui subissent la crise depuis 5 à 6 ans. Pour résister, les quelque 3 650 entreprises puydomoises doivent déjouer le développement de la concurrence déloyale tout en se soumettant à l’inflation réglementaire et la pression fiscale. Le point avec Gilles Chatras, président de la CAPEB 63.


Gilles Chatras, « un artisan pour défendre les intérêts des artisans ! »

Issu de la filière apprentissage, Gilles Chatras a obtenu son CAP plâtrerie-peinture en 1977 avant de rejoindre l’entreprise familiale. En 1990, il reprend les rênes de la SARL Chatras à Cébazat.

Si Gilles Chatras a choisi de s’investir auprès de la CAPEB 63 c’est d’abord pour défendre les intérêts de l’artisanat et pour travailler sur des problématiques métiers. « J’ai adhéré à la CAPEB 63 en 1990 et je suis devenu maître artisan plâtrier-peintre quelques années plus tard. Je me suis impliqué au départ dans la section plâtrier-peintre à la CAPEB 63. Par la suite, je suis rentré au Conseil d’administration puis je suis devenu, au fil des années, vice-président. A l’arrêt du président Serge BAGEL, j’ai postulé au poste et ai été élu par mes pairs le 23 septembre 2013. Il m’a semblé indispensable que des gens de la profession défendent les intérêts de la profession.  »

La CAPEB 63, la voix des artisans du bâtiment

En tant que syndicat des artisans du bâtiment, la CAPEB 63 représente et défend les intérêts de près de 1 100 adhérents tous corps de métiers confondus (plâtriers-peintres, maçons, électriciens, plombiers, carreleurs, charpentiers-couvreurs, etc.). Avec la CAPEB 63, les artisans sont également informés des actualités par le magazine national mensuel « le Bâtiment artisanal » et par le bulletin  trimestriel « le Fil à plomb ». Dans son rôle de promotion des professions, la CAPEB 63 propose également de nombreuses formations qualifiantes : label RGE (1), FEE Bat (2), HANDIBAT (3) ou des formations à la gestion d’entreprise : GEAB (4) et REAB (5).

« Le label RGE sera obligatoire à partir du mois de juillet 2014. Les artisans labellisés pourront faire bénéficier à leurs clients d’avantages fiscaux. Le label HANDIBAT, quant à lui, permet aux artisans d’intervenir et d’adapter des logements pour accompagner les personnes dans le cadre du maintien à domicile ou de situations d’handicap. Ces formations rencontrent beaucoup de succès et nous complétons cette offre par des formations techniques que ce soit pour les métiers de l’énergie, appréhender les nouveaux matériaux, ou les formations obligatoires tels que les travaux en hauteur, les habilitations électriques ou les CACES (4)… », explique Gilles Chatras, président de la CAPEB 63

Clermont-Ferrand accueille les Journées professionnelles de la Construction les 25, 26 et 27 septembre 2014

Le rendez-vous annuel des professionnels du bâtiment se tiendra, cette année, à Clermont-Ferrand, à la Grande Halle d’Auvergne. « Organisé par la Confédération Nationale de la CAPEB, Clermont-Ferrand accueillera plus de 2 000 congressistes venus de toute la France et un salon professionnel qui réunira plus de 150 exposants (industriels et partenaires). 5 000 visiteurs sont attendus. Plus de 800 chambres d’hôtel ont été réservées. Les présidents des 8 Unions Nationales Artisanales et les délégués des CAPEB départementales se réuniront pour échanger sur les avancées et les évolutions de chaque métier. Cette année, le sujet commun traitera de la qualité de l’air intérieur qui impacte fortement l’habitat puisqu’il est plus pollué que l’air extérieur. »

La CAPEB mobilisée contre le développement de la concurrence déloyale, l’inflation réglementaire et la pression fiscale

Avec une conjoncture économique qui se dégrade de plus en plus, l’artisanat du bâtiment est pris en étau. « Tout comme au niveau national, le marché du bâtiment en Auvergne connaît un recul d’environ 3 % sur l’ensemble des travaux du bâtiment, de – 1 % en rénovation et de – 2 % en neuf. Beaucoup d’entreprises ont des soucis de trésorerie : actuellement, le besoin de trésorerie moyen est de 24 000 €. Les carnets de commandes n’excèdent pas deux mois avec une baisse des marges très importante. », précise Gilles Chatras avant d’ajouter :

« La CAPEB n’est descendue dans la rue que 8 fois depuis sa création en 1946 dont deux fois en 2013. Cela prouve bien qu’il y a un ras-le-bol des artisans qui rencontrent de grandes difficultés économiques. Les déclencheurs ont été l’augmentation des charges, la hausse de la TVA ainsi que la problématique de l’auto-entreprise. Les artisans subissent clairement la concurrence très déloyale des entreprises low cost et, dans l’état économique actuel, cela nous impacte fortement. Au chantier du Grand Carré de Jaude, nous avons trouvé des entreprises en 7e ou 8e rang de sous-traitance avec des salariés qui travaillaient à moins de 3 € de l’heure. 17 nationalités étaient représentées. Très peu sont assurées, ces entreprises ont ainsi des charges qui sont entre 30 et 40 % moins chères que nous, artisans locaux.

Toutes ces mesures ont déclenché les deux manifestations organisées par la CAPEB en 2013. Plus de 23 000 artisans sont descendus dans la rue. Nous avons mis en marche des négociations : nous avons ainsi obtenu une TVA à 5,5 % pour les travaux de rénovation énergétique. Pour le problème de la concurrence déloyale, nous avons essayé de faire bouger un peu les lignes. Le Sénat vient d’annoncer que le statut d’auto-entrepreneur serait fusionné avec le statut de micro-entreprise avec l’inscription obligatoire au stage de préparation et de l’installation d’entreprise à la Chambre des Métiers, et avec – j’attends la confirmation de la loi – une obligation de justifier d’assurance civile et de décennale avant le début du chantier, ce qui n’est pas le cas actuellement. Ce sont de petites avancées mais la CAPEB est l’un des initiateurs de ces changements. »

 

(1) RGE : à partir de juillet 2014, l’Etat n’accordera d’aide financière aux particuliers que si les travaux sont réalisés par des entreprises certifiées RGE. C’est, pour l’Etat, une manière de contrôler les dépenses en les réservant aux entreprises dont les compétences et le savoir-faire sont validés par des organismes indépendants.

(2) FEE Bat : formation aux économies d’énergie dans le bâtiment.

(3) HANDIBAT : marque de la CAPEB qui valorise et reconnaît les compétences des entreprises du bâtiment en matière de travaux et d’aménagements liés à l’accessibilité.

(4) GEAB : formation des gestionnaires d’une entreprise artisanale du bâtiment (niveau bac).

(5) REAB : formation des responsables d’une entreprise artisanale du bâtiment (niveau bac +2).

(6) CACES : formation à la conduite des engins de bâtiment et travaux publics.

Logo CAPEB



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !