webleads-tracker

Immobilier

Immobilier Lyon : des prix en hausse

Immobilier Lyon : des prix en hausse
RMB coins stacked in front of the housing model (house prices, house buying, real estate, mortgage concept)

Sur l’année, la hausse des prix immobiliers reste de mise à Lyon (+ 7,6 % d’après une étude de Seloger.com). Et intra-muros, on constate une augmentation de 10 % minimum dans quatre arrondissements sur neuf. Les VIe et IXe sont respectivement l’arrondissement le plus cher et le moins cher. Décryptage.


Forte hausse du prix de l’immobilier : + de 10 % dans 4 arrondissements

Le Ier lyonnais (Terreaux, Pentes de la Croix-Rousse, les Chartreux, Saint-Vincent Croix-Paquet) a beau être le plus petit des neuf arrondissements dont se compose la capitale des Gaules, tout porte à croire que les prix de ses logements subissent une véritable poussée de croissance. Jugez plutôt, les données compilées par le baromètre LPI-SeLoger indiquent qu’en l’espace de douze mois, les prix y ont progressé de 12,2 %.

Il est toutefois intéressant de souligner que le Ier lyonnais n’est pas le seul arrondissement de la Ville aux Deux Collines à voir ses prix immobiliers prendre de l’altitude. Lui sucent la roue les IIIe (+ 10,4 %, la Part-Dieu, la Préfecture, la Villette, Moncey), VIe (+ 10,6 % / Brotteaux, Bellecombe, Masséna) et VIIe (+ 10,4 % / la Guillotière, Gerland, Jean Macé) arrondissements.

Seul le IVe arrondissement se distingue par une légère croissance négative des prix de son immobilier. Du Plateau de la Croix-Rousse aux quartiers de Serin-Gillet et du Gros Caillou, les prix au m² perdent 0,3 % sur l’année.

Le m² lyonnais se monnaye aux alentours de 4 298 €. En France, devenir propriétaire dans l’ancien coûte 3 897€ du m².

 

Des prix moins élevés dans le XIe

Affichant des prix inférieurs à la moyenne nationale (3 à70 €), le IXe lyonnais (Saint-Rambert-l’île-Barbe, Vaise, Gorge-de-Loup) est meilleur marché, immobilièrement s’entend, que les huit autres arrondissements de Lyon.

Seuls le VIIIe (3 294 € / le Bachut, Monplaisr, Mermoz) et dans une moindre mesure, le VIIe (3 934 € / la Guillotière, Jean Macé, Gerland) pourraient le déloger de la première marche du podium. En revanche, le m² reste cher (plus de 5 000 €) dans les IIe (Cordelliers, Bellecour, Ainay, Sainte-Blandine, Perrache, Confluence) et VIe (les Brotteaux, Belecombe, Cité Internationale, Masséna) arrondissements.

Une marge de négociation inférieure à la moyenne nationale

Avec une marge de négociation constatée de 2,6 % en moyenne, négocier un appartement à Lyon ne devrait pas être une partie de plaisir. Comme le fait remarquer Michel Mouillart, Professeur d’économie à l’Université Paris-Ouest et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger : « Avec l’arrivée de l’automne, la pression de la demande devrait se relâcher et les marges se redresser durant l’hiver. ». Mais pour l’instant, les propriétaires-vendeurs lyonnais semblent peu enclins à consentir des rabais aux futurs acheteurs…

 

Source : seloger.com
Photo : www.freepik.com – Designed by xb100



Communiqué de presse

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !