webleads-tracker

Industrie

Incubateur BUSI | Solu’nature, la solution pour une agriculture durable

Incubateur BUSI | Solu’nature, la solution pour une agriculture durable
Yvon Darignac, de Solu’nature déjà récompensé par le Journal de l’éco au Trophées de l’Innovation

Busi, précurseur des incubateurs d’entreprises innovantes liées à la recherche publique, a accompagné plus de 300 créateurs qui ont donné naissance à une centaine de start-up focalisées sur des enjeux d’avenir. Aujourd’hui, rencontre avec le fondateur de Solu’nature, Yvon Darignac, qui propose des alternatives naturelles aux antibiotiques et pesticides chimiques traditionnels utilisés dans l’agriculture.


Un an après sa création, il dépasse ses objectifs de 20%. Spécialiste des techniques agricoles et homme de défi, Yvon Darignac surfe sur un marché d’avenir qui prend une importance dans le contexte de la crise sanitaire de 2020 : des alternatives naturelles aux antibiotiques et pesticides chimiques traditionnels utilisés dans l’agriculture. Santé humaine, santé animale et environnement sont liés, c’est l’approche systémique qu’il faut appréhender.

« La conviction en votre projet est le point-clé ; j’ai quitté un groupe international, pour fonder Solu’Nature ; je voyais arriver la nécessité de procédés alternatifs, mais ce discours n’était pas audible au sein de ce groupe. », affirme Yvon Darignac, fondateur de Solu’nature.

« Je savais que le cap était bon et je me suis senti immédiatement chef d’entreprise, parce que je comprends la logique du marché : imaginer un produit, trouver les ressources, vendre. Nous avons dépassé nos propres attentes en cours de route, et si je ne raisonne que finances, c’est plus 20%. Il faut que l’innovation soit basiquement productive. ‘’L’idée du siècle’’ ne suffit pas à convaincre le banquier. BUSI a vraiment donné l’impulsion ; cette équipe-là – par rapport à tous ceux qui peuvent vous aider dans le cadre du lancement d’une entreprise – est d’un rare pragmatisme. Ils n’essaient pas d’imposer leurs idées, ils sont à l’écoute, ils posent les bonnes questions, ils amènent les bonnes corrections, ils ont poussé pour que le projet décolle. C’est la signature de BUSI. », déclare-t-il.

“Ce que nous offrons aujourd’hui, c’est une capacité d’évolution, une ligne de solutions profitables à tous, du producteur au consommateur ; nous sommes dans le durable, face à une demande sociétale de produits sains.”

“Nous sommes aujourd’hui un groupe de deux entreprises. Neobiosys, un laboratoire de génie fermentaire : santé humaine, santé animale, biocalsification, dégradation des plastiques – type film de paillages qu’on trouve dans les champs. Et Solu’Nature, une alternative aux traitements phytopesticides et antibiotiques ; on ne peut pas dire en même temps qu’il faut protéger la biodiversité et détruire toutes les espèces de ravageurs, n’est-ce pas ? Le pesticide doit être le dernier recours. Nous abordons trois grands marchés, le grand public, les agriculteurs, l’apiculture. Nous avons travaillé plusieurs années sur la mortalité des abeilles ; elles meurent de faim par le manque de biodiversité ; nous les aidons à mieux se nourrir. »

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !