webleads-tracker

Tendances Éco

Initiative France | Entreprendre pendant la crise sanitaire

Initiative France | Entreprendre pendant la crise sanitaire

En 2020, 848 200 entreprises ont vu le jour, un nouveau record et ce malgré la crise sanitaire. Selon une étude INSEE publiée le 3 février 2021, la création d’entreprise en France a connu une hausse de 4% par rapport à 2019.


Cette augmentation est en partie due aux entreprises individuelles immatriculées sous le régime du micro-entrepreneur : 22 400 sont nées en 2020 soit une hausse de 9% par rapport à 2019. La création d’entreprises individuelles a, quant à elle, baissé de 13%. Après une légère baisse en janvier 2021, la création d’entreprise augmente à nouveau avec près de deux tiers de micro-entrepreneurs. 

Essor des créations dans le transport, l’immobilier et le commerce

Le secteur « transports et entreposage » est celui qui contribue le plus à cette hausse (+22% en un an). Au sein de ce secteur, c’est dans les activités de poste et de courrier que la hausse est la plus importante.

Cet essor reflète notamment le développement des services de livraison à domicile. L’immobilier est le deuxième secteur contribuant le plus à la hausse globale des créations en 2020, avec une hausse de 10%.

L’accroissement le plus fort concerne les agences immobilières créées principalement sous forme d’immatriculations sous le régime du micro-entrepreneur depuis la fin du premier confinement. Autres secteurs concernés par l’essor des créations d’entreprises, le commerce (+9%), avec notamment les activités de vente à distance.

Initiative France, 1er réseau associatif d’accompagnement et de financement des entrepreneurs

Dans cette aventure et qui plus est dans ce contexte difficile, il vaut mieux être bien accompagné avant de se lancer dans la création d’entreprise. Initiative France, 1er réseau associatif d’accompagnement et de financement des entrepreneurs, présidé depuis 2020 par Guillaume Pepy, aide les nouveaux entrepreneurs à se lancer dans de bonnes conditions.

L’association France Initiative a été créée en 1985. Elle a pour vocation d’accompagner et de financer des entrepreneurs à travers la « Promesse Initiative France » composée des cinq éléments suivants : un accueil professionnel et bienveillant pour tous les entrepreneurs ; un accompagnement à la finalisation du business plan ; un prêt d’honneur à taux 0 ; un suivi personnalisé dans les premières années de vie de l’entreprise ; et un parrainage et l’ouverture à un réseau professionnel. Ces services sont mis à disposition gratuitement par l’ensemble du réseau Initiative France sur tous les territoires.

L’accompagnement proposé par Initiative France aux entrepreneurs, depuis la finalisation du business plan jusqu’aux premières années de vie de l’entreprise, fait aussi la différence. Trois ans après leur création, 93 % des entreprises soutenues par le réseau sont encore en activité.

Portraits d’entrepreneurs qui se sont lancés grâce à l’aide du réseau Initiative France 

Le rythme des créations et reprises d’entreprises reste plutôt soutenu en ce début d’année 2021. La crise sanitaire n’a pas freiné les entrepreneurs dans leur réalisation de projet et les a parfois même inspirés ou stimulés. De plus en plus d’entrepreneurs se tournent vers des activités qui intègrent une dimension écologique ou numérique. Certains se lancent dans des secteurs en plein essor et d’autres choisissent de miser sur des secteurs fragilisés par la crise sanitaire.

Malgré les fermetures et les restrictions (jauge maximum, couvre-feu), le secteur du commerce (alimentaire surtout) s’en sort bien grâce notamment au développement du e-commerce, l’utilisation du drive et le service « click and collect ».

Le drive a connu un très grand succès depuis le premier confinement et est devenu depuis l’un des moyens privilégiés par les Français pour faire leurs courses. Suite à cette dynamique,Drive d’ici, un drive alimentaire et non alimentaire bio, en vrac et local, a été créé en janvier dernier dans le Vaucluse par Vinciane Hugon, 33 ans.

Cette idée lui est venue d’un constat : entre sa famille et son travail, elle n’avait pas le temps de faire ses courses chez tous les producteurs locaux et trouvait le concept d’un drive parfait pour gagner du temps. Mais cette solution était jusqu’alors proposée exclusivement par les grandes surfaces. Après la perte de son emploi suite à la crise sanitaire, elle a décidé de se lancer dans ce projet : créer un drive bio, en vrac et local. 

Le secteur du transport et de l’entreposage, en particulier les activités de livraison à domicile, est en essor depuis plusieurs années et celui-ci s’est encore accéléré depuis le déconfinement en mai 2020. Le boom du e-commerce a bien sûr grandement participé à l’évolution du secteur du transport et cette tendance ne semble pas prête à s’essouffler.

La crise sanitaire a obligé les consommateurs a changé leurs habitudes et celles-ci semblent s’installer durablement. Ludovic Leveneur, 29 ans, expert-comptable de métier, lancera en juin 2021 K2L Transport, une entreprise de transport routier léger de marchandise dans un quartier prioritaire de la ville de Drancy (Seine-Saint-Denis). Il a passé sa capacité transport en 2020 pour opérer sa reconversion.

Le secteur du tourisme a été fortement impacté par la crise suite aux nombreuses restrictions (distanciation sociale, fermeture des frontières). On estime la baisse des recettes à 61 milliards d’euros. Mais le camping est une exception car il s’en est bien sorti par rapport à d’autres activités. Le caractère rural semble être un atout.

De plus, le tourisme vert a été largement plébiscité par les Français. La crise sanitaire a, en effet, été pour beaucoup une véritable prise de conscience sur le respect de l’environnement et l’impact écologique du tourisme de masse dans certaines régions. Dans ce contexte, Benoît Pireyre, 31 ans, a créé pendant l’été 2020 le Camping La Ramade (Creuse), un camping avec des hébergements sur pilotis. Parmi les projets, nous retrouvons également une piscine écologique et un parc d’accrobranche.

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !