webleads-tracker

#Metatag

Innover et créer de la valeur en transformant son business model

Innover et créer de la valeur en transformant son business model

Le 6 octobre dernier, les dirigeants du club APM Auvergne Nouveau Monde ont accueilli Isabelle Decoopman, docteur en Sciences de Gestion, professeur et chercheur qui intervenait sur le thème : « Innover et créer de la valeur en repoussant les frontières de votre business model : l’impact du web 2.0 et 3.0 ».


Les centres d’intérêt d’Isabelle Decoopman sont précisément, les nouveaux modèles de création de valeur, l’impact des nouvelles technologies de l’information sur la stratégie et les modèles économiques ou business model des organisations, ainsi que le rôle de la consommation dans la construction identitaire et dans la reconfiguration des rapports entre générations.

Isabelle Decoopman est une femme en avance sur son temps. Au-delà du web 2.0 voire 3.0 de ses avantages et de ses inconvénients, elle invite les adhérents à analyser comment les usages et pratiques de ces nouveaux environnements peuvent en venir à transformer le business model de l’entreprise. Elle rappelle au passage qu’un modèle économique ou business model décrit les principes selon lesquels une organisation crée, délivre et capture de la valeur.


L’impact du web 2.0 et 3.0 et bientôt 4.0 sur la création de valeur

Les mécanismes de création de valeur de l’environnement web 2.0 et 3.0 et très prochainement 4.0 diffèrent fortement des logiques de création de valeur développées précédemment.  Les nouveaux processus de création de valeur et la pertinence des Business Model s’intègrent aujourd’hui dans les stratégies de construction d’avantages concurrentiels durables, notamment pour les PME quel que soit leur secteur d’activité.


Comment en saisir toutes les opportunités ?

L’avènement du web 2.0 puis du 3.0 ont généré, pour tous les types d’entreprises, des différences significatives en matière de création de valeur. Certaines de ces différences sont directement liées aux technologies elles-mêmes ou à l’utilisation que nous en faisons. D’autres découlent de modifications sociétales et des nouvelles forces de marché qui coexistent dans l’environnement web 2.0 et 3.0.

Les technologies du Web 2.0 et 3.0, 4.0  (réseaux sociaux mobiles, Big Data, Cloud Computing, objets connectés, MtoM), par la création de nouvelles formes d’interactions entre les organisations et les individus, permettent aux organisations, aux individus de s’auto-organiser et de co-créer de la valeur de manière décentralisée. Cette capacité d’auto-organisation est soutenue par des technologies telles que l’impression 3D au service de l’objet libre et des modèles CtoC.

L’émergence de modèles collaboratifs et participatifs

La mise en place de nouveaux modèles collaboratifs et participatifs, quelles que soient leurs formes, est aujourd’hui directement associée au processus de création de valeur et à la mise en place de nouveaux avantages compétitifs pour l’ensemble des entreprises. L’avantage concurrentiel est directement lié à la pertinence du business model.

L’avantage compétitif des entreprises résidera en 2015 dans la capacité à mettre en place des modèles innovants qui intègrent l’ensemble des parties prenantes à la création de valeur (partenaires, consommateurs) et à tirer parti des différentes formes d’”intelligence collective” qui caractérisent les modèles collaboratifs (open-innovation, co-création, co-production, co-détermination, co-promotion…).

Une simple adaptation du business model des entreprises à ces nouvelles conditions technologiques, sociales, sociétales et conditions de marché peut renforcer de façon significative l’avantage compétitif des TPE, PME, Grandes Entreprises nationales et internationales.

Transformer son business model

Pour ce faire, Isabelle Decoopman invite les dirigeants de l’APM a bien intégrer que plus il y a du web, plus il y a besoin d’écoute et de contact et plus il faut faire appel aux nouveaux  mécanismes de co-création de valeur. Il s’agit pour eux de bien comprendre les comportements de consommation et de ne pas modifier leur stratégie sur des épiphénomènes.

Il leur faut, bien comprendre les tendances de fond et faire de la prospective en visant 2025 et comme il ne faut pas aller trop tôt sur un marché, elle les invite ainsi à se mettre en phase avec leur marché. Pour les y aider, elle les met en situation dans des ateliers où ils expérimentent ensemble une approche innovante concrète directement transposable dans leur entreprise afin qu’ils puissent modéliser, à l’issue de cette rencontre, leur processus de création de valeur et transformer leur Business Model.

Gilles Flichy

Photo : www.freepik.com – Designed by Jannoon028



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !