webleads-tracker

Vidéo

Interview vidéo | Catherine Torchy, les opportunités du réseautage

Interview vidéo | Catherine Torchy, les opportunités du réseautage

Catherine Torchy, consultante et formatrice en stratégie digitale, répond dans cette vidéo aux questions du Journal de l’Eco concernant le réseautage. Qu’il soit physique ou numérique, le réseautage permet aux professionnels et aux entreprises d’entrer en contact avec d’autres professionnels et entreprises et créé ainsi des opportunités uniques.


Pouvez-vous vous présenter et présenter votre activité ?

Je suis Catherine Torchy et je suis consultante et formatrice en stratégie digitale. Je n’ai pas toujours exercé cette profession, j’ai dirigé pendant 25 ans une société de vente à distance d’articles pour bébés qui s’appelait « La petite grenouille ». J’ai vendu cette entreprise il y a trois ans et puisque j’avais toujours été très présente sur les réseaux, via le marketing et la communication, j’ai naturellement créé une agence conseil en stratégie digitale pour aider les entrepreneurs, les dirigeants et leurs équipes à performer et à gagner en visibilité grâce à ce support.

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le réseautage ?

Le réseautage c’est important, à la fois pour les jeunes pour chercher un emploi, mais aussi au cours de sa vie professionnelle pour rebondir, et également pour des dirigeants d’entreprise pour développer une activité.

Que l’on parle de réseaux sociaux ou de réseaux physiques, le point commun c’est la mise en relation. C’est-à-dire que l’on va utiliser ces supports physiques ou digitaux pour développer un objectif (qui peut être de trouver un emploi ou développer un chiffre d’affaires). Le networking en général va permettre de générer du business, mais aussi de sortir de l’isolement ou élargir son réseau pour connaître d’autres personnes et être davantage ouvert vers d’autres activités, métiers ou solution.

Un réseau ne s’improvise pas. Construire une stratégie de réseautage est extrêmement important. Il faut que le chef d’entreprise définisse une stratégie pour tenir ses objectifs sur le long-terme. Il n’est jamais trop tard pour bien faire ou pour commencer, mais il faut commencer le plus vite possible. Le réseautage demande du temps, de l’engagement et de la récurrence. Ces outils doivent être mis en place de sorte à avoir une vision qui va durer dans le temps.

Le temps est extrêmement important dans les réseaux car c’est ce qui va permettre la réussite. On ne peut pas manquer de régularité dans les réseaux : la concurrence est présente en permanence, il faut s’impliquer. Je pense que le plus important dans les réseaux, quels qu’ils soient, c’est de donner pour recevoir. Etre présent sur un réseau et seulement attendre que les choses se passent, ça ne fonctionne pas. Il faut donner. Par exemple, sur LinkedIn, il faut apporter du contenu, de l’expertise, des informations qui vont permettre à la cible de se rencontrer et de générer de la conversation. Dans les réseaux physiques, c’est le fait de mettre les gens en relation et d’aider les autres qui va faire que l’on pense à vous à un moment donné, et que tout cet engagement vous sera utile.

Nous vivons une période inédite depuis près d’un an en raison de la crise de la covid-19. Est-ce que nos nouveaux modes de vie à distance sont une opportunité pour les systèmes de réseautage en ligne ?

Complètement. En 2020 les réseaux physiques ou digitaux ont réellement pu tirer leur épingle du jeu. Le réseautage a toujours existé sous la forme de bouche-à-oreilles, mais en 2020, la notion de réseau a vraiment encore plus de sens avec le digital car les gens se sont retrouvés du jour au lendemain coupés de leurs habitudes et de leurs repères. Il a fallu trouver des sources d’agilité différentes et les réseaux digitaux ont été une réponse à ces changements.

Il a eu une réelle explosion de l’utilisation des réseaux avec la crise sanitaire. Les jeunes qui se sont rués sur de nouveaux supports comme Snapchat ou TikTok, et même les adultes et les grandes marques sont sur ces réseaux aujourd’hui, puisque ces réseaux ont su trouver une cible et une audience. Il y a un véritable panel de réseaux qui correspondent évidemment à des cibles particulières et qui permettent de communiquer différemment en fonction du support.

Par exemple, il y a aujourd’hui plus de 20 millions de français qui sont présents sur LinkedIn. Ce sont 20 millions d’opportunités pour des professionnels de se mettre en rapport avec d’autres professionnels.

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !