webleads-tracker

Vidéo

Interview | Hervé Poher : 6 ans à la tête de la CCE Auvergne

Interview | Hervé Poher : 6 ans à la tête de la CCE Auvergne

Hervé POHER fait parti des Conseillers du Commerce Extérieur de la France depuis de nombreuses années et vient d’effectuer deux mandats sur 6 ans de Présidents du comité Auvergne et de Vice-Président Auvergne Rhône Alpes après être passé par les différentes fonctions dans le bureau.


Qu’est-ce que cette institution des CCE et qu’est-ce que les entreprises auvergnates peuvent en attendre ?

C’est une très ancienne institution spécifique à la France au bénéfice du développement des exportations des entreprises françaises. Aujourd’hui, il y a 4200 CCE chefs d’entreprises de par le monde (un peu plus de la moitié à l’étranger) qui sont nommés par décret du premier ministre CCE, bénévole pour trois ans avec 4 missions centrales. L

es CCE sont bénévoles, donnent de leur temps, et payent malgré tout une cotisation de l’ordre de 800€ qui permet d’organiser les actions !

Hervé POHER, vous êtes délégué EDF en Auvergne, quelle relation entre cette implication et EDF ?

Ma participation en tant que chef de projet Technique, Ressources Humaines ou clientèle suivant les projets que j’ai conduit dans 6 pays, complétée sur dix autres pays par la préparation de missions à l’étranger réunissant à chaque fois une dizaine d’entreprises m’ont amené à être repéré pour être proposé comme CCE.

Comment avez-vous pu maintenir un comité Auvergne à l’heure des régionalisations ?

Lors de ma prise de Présidence du comité, les CCE Auvergne m’avaient clairement alerté : ils ne pourraient pas faire des allers retours supplémentaires sur Lyon  pour continuer leur action compte-tenu de leurs activités: le maintien du comité Auvergne était donc une besoin impératif pour que les entreprises auvergnates puissent continuer à bénéficier de leurs appuis.

Nous avons tenu bon et avec l’aide de Dominique Andrieux nous avons été jusqu’à négocier un  mémorandum qui régit nos règles de fonctionnement avec Rhône-Alpes et que j’ai tenu à faire cosigner en plus du Président AURA par le Président national,  amenant en cela la caution de notre institution.

Nous avons par ailleurs obtenu le poste de vice-président du comité Auvergne-Rhône-Alpes pour le Président Auvergne en exercice. Notre comité a pu continuer à exercer son action dans la continuité de ce qui avait été engagé ces dernières années en perdurant dans le cadre d’un budget propre, sans subventions, issu de nos cotisations locales, nous permettant des actions spécifiques et des actions collaboratives avec Rhône-Alpes.

Alors dites-nous structuration, actions, qu’avez-vous pu développer dans votre comité ces 6 dernières années ?

Complètement dans mon rôle en tant qu’EDF, entreprise majeure acteur du territoire, j’ai impulsé,  accompagné ou accompagné de nombreuses actions :

  • Un livre blanc sur le potentiel de développement international des PME  pour éclairer les décideurs et poser nos recommandations
  • Un livre blanc donnant notre vision sur l’Attractivité demain du territoire auvergnat pour les investissements internationaux
  • Le conseil aux pouvoirs publics 
  • Le parrainage et l’appui d’entreprises, un point fort de notre comité
  • Un lead repris de Challengez-vous à l’international
  • Accompagnement de la stratégie régionale d’Export Direct sur les entreprises du numérique
  • L’annuaire Auvergne des formations proposant des stages liés au commerce international
  • Le transfert de méthode utilisée pour les groupes de travail sectoriels, en particulier sur l’Aéronautique.
  • Une solidarité du comité Auvergne avec son territoire à l’occasion de la crise sanitaire
  • L’organisation par notre comité de nombreuses visioconférences thématiques avec des experts du réseau international des CCE ouvertes aux entreprises auvergnates
  • La création et l’organisation de Trophées de l’international
  • Un renforcement de la coopération avec les acteurs territoriaux
  • La remise de certificats CCE à de jeunes étudiant(e)s

 

Etes-vous confiant pour l’avenir ?

Une présidence réussie est une présidence aussi bien transmise : depuis 2 ans je suis allé chercher auprès de certains et certaines l’envie, la capacité de poursuivre ce travail de développement du territoire

La cession en partie de la société Babymoov m’a permis de conclure avec Arnaud Thiollier qui présidait la commission parrainage et qui m’apparaissait comme l’un les plus adaptés à ce contexte ; les deux premiers mois de son mandat me confirment que le comité continuera à rendre les services dont le territoire a besoin, et avec des nouvelles initiatives.

Vous avez quitté les CCE ?

Je fais toujours parti du bureau où la nouvelle mandature m’a nommé président d’honneur ce dont je les remercie et participe à ce tuilage tout en hébergeant chez EDF le stagiaire qui nous permet de donner de l’ampleur à nos actions.

Mais en effet je suis engagé vers une autre animation, celle de la présidence de la Fondation Chaine des puys faille de Limagne, réunissant outre EDF, Michelin, Limagrain, Volvic, Aubert et Duval, Rockwool, Paprec.

Un nouveau challenge pour moi et l’action du groupe sur le territoire dont mon fil conducteur outre la participation de cette fondation au plan de gestion du bien ayant obtenu le label de l’Unesco est d’en faire aussi un outil d’accompagnement de la valorisation économique et touristique.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !