webleads-tracker

Santé

La CPAM invite à ouvrir son carnet de santé numérique

La CPAM invite à ouvrir son carnet de santé numérique

À la faveur de la campagne nationale de communication incitant chacun à ouvrir son Dossier Médical Partagé (DMP), la Caisse primaire d’Assurance Maladie du Puy-de-Dôme poursuit ses actions d’information et d’accompagnement auprès du grand public comme des professionnels de santé, afin d’inscrire ce nouveau service dans les usages au même titre que l’utilisation de la carte vitale ou celle du compte ameli.


Après avoir été progressivement déployé depuis la fin 2016 dans neuf départements dont le Puy-de-Dôme, le Dossier Médical Partagé (DMP) est désormais disponible dans toute la France. Gratuit et confidentiel, ce carnet de santé numérique permet de conserver des informations médicales et de les partager avec les professionnels de santé de son choix, qui peuvent l’alimenter via leur logiciel métier ou depuis le site dmp.fr. Cela favoriserait la coordination, la continuité et la qualité des soins, qui va permettre à chacun d’être mieux soigné.

Il facilite ainsi une prise en charge médicale de meilleure qualité en limitant le risque d’interactions médicamenteuses, les allergies ou les incompatibilités de traitements. Il permet aussi d’éviter les examens et les prescriptions redondants.

Un service hautement sécurisé

Pour se connecter, le patient reçoit un code à usage unique adressé par sms ou par mail. De plus, seuls les professionnels de santé qu’il autorise peuvent y accéder. Les DMP sont conservés par un hébergeur de données de santé ayant reçu un agrément du ministère en charge de la Santé. Ainsi protégées, les informations présentes dans les DMP ne peuvent être exploitées à des fins commerciales, d’études ou autre.

Une campagne de communication ciblée

C’est 1 882 503 personnes qui disposent déjà d’un dossier médical partagé en France dont 53 500 dans le Puy-de-Dôme. Depuis le 9 novembre, une campagne de communication s’établit sur différents supports avec trois spots télévisés diffusés sur les principales chaînes de la TNT, puis un spot émis sur des radios locales, avec des affiches visibles dans une cinquantaine d’agglomérations et des bannières présentes sur des sites internet et les réseaux sociaux. L’objectif de cette campagne est bien de diffuser l’information le plus facilement et le plus rapidement possible afin que les personnes changent leur comportement et connaissent l’existence de ce nouveau service de santé.



Communiqué de presse

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !