webleads-tracker

Commerce

La Fabrique du hot-dog fait voyager les papilles

La Fabrique du hot-dog fait voyager les papilles

C’est l’histoire de deux cousins, passionnés de voyages et amateurs de fast food. Installés dans le centre-ville clermontois, Antoine et Louis ont ouvert leur restaurant spécialisé dans le hot-dog multiculturel et fait-maison. Récit.


22 mai 2018. Grand jour pour Antoine Montfollet et Louis Toury qui ouvrent les portes de leur premier restaurant : La Fabrique du hot-dog. Installé rue St-Genès à Clermont-Fd, le nouveau concept de restauration fait carton plein auprès des adeptes des sandwiches américains.

Nous avons toujours eu envie de nous associer. Nos échanges universitaires nous ont permis d’aller au Mexique et en Colombie où la restauration rapide est un secteur d’activité très important. Le hot-dog y est roi et tout le monde en consomme.

De la restauration rapide mais fait-maison à partir de produit frais et de saison. Autre touche d’originalité : les recettes d’ici et d’ailleurs, inventées par les deux cousins et gérants.

L’idée nous est venue en Amérique Latine. Le hot-dog est là-bas un produit plus développé qu’en France et il est consommé par tous. Pour les recettes, nous nous sommes inspirés de ce qui se fait actuellement avec le burger en l’appliquant au hot-dog. Nous avons essayé d’associer les cultures culinaires du monde à nos sandwiches afin de faire voyager nos clients.”

Les deux jeunes entrepreneurs ont mis du cœur à l’ouvrage pour monter leur projet. Après avoir réalisé leur étude de marché et trouvé un local, ils ont enchaîné deux mois de travaux, à la force de leurs bras.

“A La fabrique du hot-dog, tout est fait-maison même les tables.”

La rédaction vous conseille le hot-dog El Mexicano, avec du guacamole maison. De quoi s’offrir une pause déjeuner gourmande au cœur du centre-ville. “Nous proposons même un hot-dog végétal. Il y en a pour tous les goûts !“, assure tout sourire Louis qui se voit déjà développer son concept partout en France.

Catty Boirie



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !