webleads-tracker

Conseil, Audit, Expertise

La fédération CINOV tenait son congrès national à Clermont-Ferrand

La fédération CINOV tenait son congrès national à Clermont-Ferrand

CINOV, la fédération des syndicats des métiers de la prestation intellectuelle, du conseil, de l’ingénierie et du numérique, rassemblait tous ses adhérents du 21 au 23 avril 2016 au Polydome de Clermont-Ferrand. Plus de 250 chefs d’entreprise se sont réunis autour de la thématique de la mobilité. Une occasion d’interroger Dominique Sutra Del Galy, président fédéral, sur les attentes et perspectives de cette branche.


Produire de la richesse « impalpable »

Dominique Sutra nous présente la raison d’être de sa fédération, qu’il résume « comme le rassemblement de métiers « immatériels », que le grand public a souvent bien du mal à comprendre ». Il détaille : « L’ingénierie, le conseil et le numérique sont des prestations de service, des prestations intellectuelles, des métiers impalpables et pourtant essentiels, présents dans toutes les branches de l’économie. »
Face à la tentation de certains clients de rogner sur leurs dépenses en ingénierie, le président fédéral CINOV affirme que « le travail de prestation intellectuelle est un inversement proportionnel au coût du produit final ». Comprenez par là que plus un projet est bien pensé en amont, plus le coût de production sera faible : « Je suis moi-même dirigeant d’une entreprise d’ingénierie spécialisée dans l’aménagement de la ville et du territoire. Par exemple dans la réalisation d’un bâtiment, si l’on veut construire vite et bien à moindre coût, il faut investir grandement dans la prestation intellectuelle. D’autant plus que quand on conçoit quelque chose, on construit dans la durée, sur 20, 30 voire 40 ans. »
L’ambition de CINOV est donc clairement affichée : faire connaître et reconnaître l’apport de ces métiers dans la performance d’un projet, mais aussi impliquer ses adhérents dans des visions plus prospectivistes de ce que seront les projets de demain. Par exemple en s’adaptant aux nouvelles façons de travailler induites, entre autre, par le numérique. Dominique Sutra Del Galy témoigne : « Nous travaillons de plus en plus sur un mode collaboratif, en considérant qu’on n’a pas la science infuse, certains disent même qu’il faut travailler « en meute ». CINOV est un levier pour développer les réseaux, des réseaux de compétences complémentaires. »
Enfin le président fédéral, par ailleurs chef d’entreprise, réaffirme que ces métiers ne peuvent pas être délocalisés : « C’est l’une des grandes forces de la France. Il n’est pas sûr que demain nous construisions encore des voitures sur notre territoire, par contre que nous les concevions, oui ! Nous avons un savoir-faire qu’on ne peut délocaliser, mais qu’on peut exporter à l’étranger. »

La mobilité au cœur du débat

Ce congrès 2016 était tourné vers la thématique de la mobilité. Un programme ambitieux au regard de la multitude d’applications possibles en la matière : nouveaux modes de transports durables, mobilités numérique, mobilités des données vers un environnement connecté, mobilités bouleversées par de nouvelles formes de travail… Dominique Sutra Del Galy poursuit : « Nous avons conscience qu’il y a un pas à franchir pour nos adhérents, même si certains d’entre eux ont déjà pris le pas. Cette mobilité dont tout le monde parle est fondamentale, et peut revêtir des formes bien différentes. »
Ces deux jours de congrès étaient rythmés par divers ateliers, conférences, mais surtout marathons de bonnes idées, autour de trois axes majeurs : la mobilité des personnes, des entreprises, et enfin les outils de cette mobilité. Le président nous détaille : « On a d’abord la mobilité de l’individu, qui ne reste plus toute sa carrière au même endroit et au même poste. Aujourd’hui on peut changer plusieurs fois de métier dans sa vie, et tester plusieurs formes de travail : être auto-entrepreneur, puis salarié, puis chef d’entreprise. La mobilité économique est finalement celle de l’entreprise qui doit être visionnaire dans son offre de service , pour être la plus efficiente possible. On pense qu’il faut par exemple générer de nouveaux métiers pour faciliter l’achat de nos clients. Enfin, il y a les outils de cette mobilité, qu’elle soit géographique ou numérique. Jusqu’où pouvons nous maîtriser notre environnement ? »

De nombreuses réflexions basées sur la participation active des adhérents, que la fédération compte bien mettre à profit : « Nous souhaitons maintenant constituer une sorte de livre blanc pour consigner tout le travail et les idées exprimées dans ce congrès. Nous voulons exprimer notre vision de la mobilité et la diffuser à tous nos adhérents, aux institutions, au public. »

A propos de CINOV

CINOV est l’une des deux fédérations représentatives de la branche conseil, ingénierie et numérique. Elle fédère 14 syndicats techniques et 16 chambres régionales. La fédération co-anime la Convention Collective Nationale de la branche conseil, ingénierie et numérique. CINOV est composée de 70% d’ingénieurs et cadres, collaborant dans plus de 60 000 structures, dont plus de 80% sont des TPE/PME.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !