webleads-tracker

Société

Investissement | La région Auvergne-Rhône-Alpes pourra t-elle sauver le thermalisme

Investissement | La région Auvergne-Rhône-Alpes pourra t-elle sauver le thermalisme

Alors que le thermalisme est en pleine crise et entraine dans sa chute les stations thermales comme Chaudes-Aigues, l’Auvergne-Rhône-Alpes semble frileuse à investir dans un plan massif de relance. Pour Stéphane Chaudesaigues, fondateur du collectif citoyen Chaudes-Aigues Village Développement, la Région se doit de soutenir ses activités thermales.


Depuis le début de l’année 2020, la situation économique à Chaudes-Aigues dans le Cantal est devenue catastrophique. Si la clôture du thermoludisme à Caleden, étendard du village, avait préjudicié la petite commune de l’Aubrac depuis septembre 2018, c’est tout le centre thermal qui a fermé boutique jusqu’à nouvel ordre.

Face à la situation dramatique qu’ils traversent, les acteurs du thermalisme ont interpellé Édouard Philippe pour la mise en place de solutions concrètes et rapides. Des réponses ont été concédées par le Premier ministre, mais à la fois la date, comme les conditions de réouverture des stations thermales, demeurent floues.

Le collectif citoyen Chaudes-Aigues Village Développement (CAVD) et son fondateur, Stéphane Chaudesaigues appellent à un soutien des collectivités territoriales.

Les régions de France ont bien mis en place des aides face à la Covid-19. L’Auvergne-Rhône-Alpes, pour sa part, a ouvert un « fonds d’urgence Tourisme ». À l’heure où le déconfinement a été amorcé mais que de nombreux établissements publics comme les centres thermaux peinent à entrevoir le bout du tunnel, paralysés par le spectre d’une deuxième vague, la région Auvergne-Rhône-Alpes doit faire le maximum pour secourir les 13 départements et collectivités territoriales qui la constituent. Face aux besoins, le thermalisme ne semble pas être la première priorité.

Aujourd’hui, c’est à craindre que la détermination et l’optimisme de ses habitants ne suffisent plus.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !