webleads-tracker

Conseil, Audit, Expertise

La “semaine de la franchise” est passée par Clermont-Ferrand

La “semaine de la franchise” est passée par Clermont-Ferrand

La Semaine pour entreprendre en franchise, à l’initiative de la Fédération Française de la Franchise (FFF), a inscrit Clermont-Ferrand sur la liste des villes accueillant conférences et rencontres professionnelles. Du 5 au 11 octobre, des franchisés ambassadeurs de Clermont-Ferrand ont ouvert leurs portes au grand public.


Une semaine pour découvrir la franchise

Organisée dans 12 villes dont Clermont-Ferrand, la semaine de la franchise présente le système de la franchise, ses fondamentaux, ses avantages et exigences. L’opération est placée sous le parrainage du Secrétariat d’État en charge du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS).

Cette opération de communication s’adresse à un plus large public, en deux temps forts : des conférences dans les Chambres de Commerce et d’Industrie avec des experts et des chefs d’entreprise venus témoigner de leur expérience, suivies de rencontres individuelles avec des franchisés ambassadeurs qui ouvrent leurs portes.
Grâce aux portes ouvertes, les porteurs de projet peuvent échanger et recevoir des conseils avisés de personnes porteuses d’une expérience réussie en franchise. Ces ambassadeurs de leur réseau dans les villes participantes ouvrent leurs portes lors de cette semaine, pour présenter leur activité et les avantages du modèle. Le site internet de la manifestation permet de trouver les coordonnées de ces ambassadeurs afin de les contacter pour prendre rendez-vous.

Comme les précédentes, cette 6ème édition a pour ambition de susciter des vocations d’entreprendre en franchise, et informer les candidats sur la création d’entreprise en franchise.
A l’initiative de la FFF depuis 2010, la Semaine est positionnée comme le 2ème temps fort de l’année pour la fédération, après Franchise Expo Paris. « La Semaine pour entreprendre en franchise permet de familiariser les porteurs de projet au modèle, de les accompagner dans leur réflexion et leurs démarches. L’occasion unique d’échanger avec des franchisés déjà installés afin de recueillir conseils et informations concrètes pour se lancer sereinement dans l’aventure » souligne Chantal Zimmer, Déléguée générale de la FFF.

Entreprendre en (toute) franchise

Dans le public venu à la CCI de Clermont-Ferrand s’informer sur la franchise, la moyenne d’âge confirme la tendance déjà observée ; les 18-34 ans sont les plus nombreux à désirer se lancer dans l’entrepreneuriat. La franchise permet de le faire en bénéficiant du savoir-faire, de la formation et de l’accompagnement d’une enseigne. Elle permet de se lancer tout en étant épaulé. D’emblée, le créateur appartient à un réseau et peut s’appuyer sur l’expérience de ses aînés. Ils sont un peu plus de 68 000 en France à avoir créer leur entreprise en franchise. Il existe environ 1800 réseaux de franchises en France (1796 en 2014).  Ces réseaux génèrent un chiffre d’affaires de 51,45 milliards d’euros et emploient aujourd’hui 335 271 salariés, selon une enquête de la fédération..
Tous les secteurs d’activité sont concernés,  la vente ou les services, des plus grands noms aux  plus modestes.

La formation, initale et continue

Le franchiseur apporte toujours une formation initiale à son franchisé qui peut venir d’une branche professionnelle totalement différente, voire même ne rien connaître au métier : “on va vous apprendre un métier et après une période d’immersion en entreprise, vous serez apte à gérer vous même votre entreprise”, explique Boris Flèche lors de ses conférences. 70 % des franchisés viennent du salariat. C’est un outil de reconversion professionnelle qui a fait ses preuves.
Entre franchiseur et franchisé, c’est une relation de confiance et d’assistance en continue. Le franchiseur va contrôler le respect du concept qu’il a lui même créé, il est responsable de la stratégie du réseau et de sa pérennité. Le franchisé est un entrepreneur avant tout, indépendant.
La FFF met à la disposition  de ses adhérents un organisme de formation en interne, “l’académie de la formation”, et des experts présents  sur des salons de la création et reprise d’entreprise.

Contractualiser en franchise

ll n’y pas de règle établie en matière de coût. Généralement, le franchisé devra s’acquitter d’un droit d’entrée, bien que certains franchiseurs n’en demandent pas. Les royalties reversées au franchiseur sont en moyenne de 2 à 10 % du chiffre d’affaires. Enfin, les enseignes qui investissent dans la publicité feront payer à leurs franchisés une redevance pour participation aux frais, de l’ordre de 0,5 à 5% du chiffre d’affaires.
L’investissement total comprend donc le droit d’entrée, l’aménagement du local, le besoin en fonds de roulement. L’apport personnel est en moyenne de 30% de l’investissement, sachant que les banques vont rarement au delà de 70%. Les réseaux qui ne demandent pas de droit d’entrée ni de royalties fonctionnent sur un autre système : exclusivité des produits vendus sur lesquels ils prennent une marge. Au futur franchisé d ‘étudier l’offre sachant que le franchiseur devra, dans tous les cas, mettre à disposition sa marque, son concept, ses techniques et son savoir-faire font qu’une personne n’ayant aucune expérience dans le domaine peut réussir.

Une fédération pour faire réseau

Avec ses 160 réseaux adhérents, ce que propose la FFF, c’est de renforcer cet accompagnement dans l’information, la communication, l’échange d’expérience, l’accompagnement juridique, l’aide au développement et la formation.
La FFF est là pour rappeler que le franchisé est un entrepreneur à part entière, et que le lien commercial qu’il entretient avec un franchiseur ne diminue en rien ses responsabilités : c’est lui qui réalise les investissements et gère son entreprise, en toute indépendance. Le franchisé, vis à vis de son franchiseur, s’engage sur la qualité et le respect des procédures et savoir faire de l’enseigne, dont il devient l’ambassadeur.

Partenaire de nombreux salons régionaux, la FFF participera au salon de Paris Franchise Expo au mois de mars, qui réunira 450 réseaux de franchises ainsi qu’une cinquantaine d’experts sur 4 jours. Un événement qu’il est d’ores et déjà possible de découvrir via leur site internet dédié. La FFF est également co-organisateur du salon Top Franchise Méditerranée  les 16 et 17 novembre avec plus de 100 exposants en recherche de développement sur le bassin méditerranéen.

Des fidèles partenaires

La Semaine pour entreprendre en franchise est organisée en partenariat avec l’APCE, CCI Entreprendre, le MEDEF, Réseau Entreprendre, le CNCC et l’association 100 000 entrepreneurs. Pour cette 6ème édition, Banque Populaire, LCL, Fiducial, GAN Assurances et pour la première année, Google, soutiennent l’opération et apportent leurs expertises professionnelles lors de conférences. Chacun trouve dans ces rencontres l’occasion de mieux faire connaître les aspects financiers, juridiques de la création d’entreprise : “Pour les banques, la franchise offre plus de garanties” ou comme le dit une franchisée témoin : ” quand on parle de franchise, trois mots me viennent à l’esprit : facilitateur, accélérateur, sécurisant.” C’est la forme la plus aboutie de la création d’entreprise.

En savoir plus

A propos de la Fédération française de la franchise : avec plus de 160 réseaux adhérents sélectionnés sur leur engagement à respecter le Code de déontologie européen de la franchise, représentant 45 % des franchisés français, la FFF est une interface essentielle entre pouvoirs publics, créateurs de réseaux, entrepreneurs et investisseurs. Elle dialogue avec les pouvoirs publics et les élus locaux sur l’indispensable modernisation du commerce et des services marchands, dont la franchise est l’un des vecteurs les plus puissants.
Un site Internet



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !