webleads-tracker

Start-up

La Supérette, agence de communication responsable made in Clermont

La Supérette, agence de communication responsable made in Clermont

Le Journal de l’éco a rencontré Nadine Mathieu, co-fondatrice de l’agence de communication responsable La Supérette installée à Chamalières. L’agence fait partie des heureux gagnants des Trophées de l’éco Innovation 2017.


Pouvez-vous nous présenter votre agence  ?

Nadine Mathieu : “La Supérette est une agence de communication responsable et libriste co-gérée par Alice Thellier et moi-même, créée en juin 2017. Elle a installé ses rayons à Equinoxe, le coworking de la communication situé à Chamalières, où chacun partage et mutualise ses compétences.”

 

Dites-nous en plus sur la création de votre agence ?

Nadine Mathieu : “Nous avons été accompagnées par l’espace InfoJeunes et le dispositif Auverboost. Nous sommes actuellement en portage salarial chez Smart pour tester l’activité, dans l’idée de créer une SCOP à la fin de notre première année d’activité.”

 

Aujourd’hui, quels sont les objectifs, les enjeux pour votre agence ?

Nadine Mathieu : “Nous souhaitons sensibiliser les professionnels à une communication éthique et responsable mais tout aussi efficace. À l’heure actuelle, trop peu de gens réalisent que la transition écologique passe par une amélioration des pratiques dans absolument tous les domaines, et ce incluant la communication.”

 

En quoi votre démarche est-elle innovante ?

Nadine Mathieu : “Chaque dispositif de communication finit tôt ou tard par se matérialiser sous forme de support. Ceux-ci nécessitent, dès leur fabrication jusqu’à leur diffusion et fin de vie, des matières premières et de l’énergie. L’impact environnemental peut être plus ou moins important selon les critères choisis.

Nous prenons donc en compte l’environnement dès la mise en place de la stratégie de communication de l’entreprise via une démarche ACV (Analyse du Cycle de Vie). Dès lors, grâce à une approche co-créative et ludique avec le client sur son projet, nous déterminons précisément le public ciblé et réalisons ses dispositifs en prenant en compte chaque étape de leurs vies.

Par exemple, les documents imprimés sont éco-conçus en suivant les préconisations du guide de l’éco-communication de l’ADEME. Concrètement, cela impacte le choix des formats et du papier (origine PEFC, grammage) mais aussi la conception graphique en limitant l’utilisation d’aplats de couleurs pures et les informations vite obsolètes pour garantir la pérennité du document imprimé. L’impression se fait auprès d’un imprimeur proche géographiquement du client et labellisé Imprim’Vert. Nous prenons en compte la diffusion du support pour déterminer au préalable le bon nombre d’impressions et éviter le gaspillage.”

Concernant le volet web, nous nous référons aux 115 bonnes pratiques de l’éco-conception web et mutualisons nos compétences avec Aristys Web, agence web clermontoise et spécialisée en ecoconception web.

En termes d’éthique, nous communiquons en privilégiant l’authenticité et la transparence des messages (ne pas induire en erreur, ne pas inciter à avoir un comportement non responsable). Cela se traduit notamment sur la stratégie SocialMedia : il faut « citer pour inciter » !
Nous sommes toujours en recherche de solutions les plus responsables mais tout autant efficaces.”

 

La Supérette, drôle de nom pour une agence de communication ?

Nadine Mathieu : “La supérette c’est la notion de proximité, elle se veut accessible à tous. Ce doit être aussi simple d’avoir de la communication responsable que d’aller à la supérette du coin.”

 

Quel est votre positionnement par rapport aux agences concurrentes ?

Nadine Mathieu : “Le concept de « communication responsable » n’est pas nouveau mais nous l’avons adapté à l’écosystème clermontois et cherché des partenaires qui partagent nos valeurs : des imprimeurs locaux et transparents et une agence web (Aristys web) spécialisée en éco-conception de sites Internet.

Nous sommes également accompagnées par un mentor en communication responsable engagé dans la démarche depuis plus de dix ans dans le Sud-Ouest.

Un autre point différenciant est notre démarche libriste, nous travaillons uniquement sous logiciels libres. Nous transmettons les fichiers sources et nous proposons ensuite de petites formations à la prise en main de ces logiciels.”

 

Pourquoi avoir mis en place cette démarche de “communication responsable” ?

Nadine Mathieu : “La communication a un rôle décisif à jouer dans la transition. C’est elle qui permettra de mettre en avant les projets et initiatives du futur mais avant toute chose, il est nécessaire qu’elle applique à elle-même les principes fondamentaux de l’ESS (Economie Sociale et Solidaire). Nous souhaitons sensibiliser à l’impact environnemental de la communication et montrer qu’il est possible de faire autrement tout en arrivant au même résultat.”

 

 

Votre agence La Supérette a fait partie des heureux gagnants des Trophées de l’éco Innovation 2017… Pourquoi avez-vous candidaté ?

Nadine Mathieu : “Nous souhaitions mettre en lumière une approche différente de la communication. Le Trophée de l’eco Innovation dans la catégorie « Communication » est une belle récompense et nous conforte dans notre démarche.”

 

Qu’avez-vous ressenti lorsque votre nom a été annoncé sur scène ?

Nadine Mathieu : “De la panique… car nous ne nous y attendions pas du tout puis beaucoup de joie. Nous étions déjà très émues que notre projet soit nominé, alors élu ! Quelle belle surprise !”

 

Autre chose à faire partager aux lecteurs du Journal de l’éco ?

Nadine Mathieu : “Nous réfléchissons actuellement à la création d’une cartographie des lieux alternatifs de Clermont Métropole. Nous souhaitons réaliser une carte illustrée et également une carte numérique (via Open Street Map) pour regrouper toutes les belles idées et actions qui voient le jour sur notre territoire.”



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !