webleads-tracker

Industrie

L’aide de l’Etat aux collaborateurs du BTP

L’aide de l’Etat aux collaborateurs du BTP

Jacques Billant, préfet du Puy-de-Dôme, a souhaité réunir le 13 septembre 2018 les membres du Service Public de l’Emploi Départemental au CFA du Bâtiment à Clermont-Ferrand. Sous la présidence de Béatrice Steffan, Secrétaire générale de la préfecture du Puy-de-Dôme, et en lien avec la FFB 63 représentée par Georges Faure, son président, et la CAPEB 63 représentée par Jean-Marc Proeres, son Secrétaire général, des actions concrètes ont été définies pour répondre aux problématiques importantes de recrutement au sein du secteur du Bâtiment et Travaux Publics dans le département.


En 2017, l’activité du Bâtiment s’est nettement accélérer avec +5%.
Dans le Puy-de-Dôme les effectifs salariés sont en hausse sur un an de +1,9 % (et de +1,6% sur la région Auvergne-Rhône-Alpes). Avec la relance d’activités, les offres d’emploi sont en forte hausse annuelle dans le BTP : + 57% au niveau national.
Ces objectifs sont bien définis afin de pour répondre aux besoins du recrutement. Dans un premier temps, ce serait de construire un plan d’actions répondant aux besoins en recrutement du territoire, permettre une adéquation entre les besoins des entreprises et les compétences des salariés, qui reste aujourd’hui difficile. Puis, l’intégration sociale des publics éloignés de l’emploi, les possibilités d’évolution au sein d’un secteur d’avenir, la possibilité de se qualifier et de voir ses compétences reconnues. Pour le service public de l’emploi, il s’agira de renforcer la communication entre partenaires et avec le secteur professionnel afin de mieux connaître les évolutions des métiers et de construire des formations adaptées aux besoins des prochaines années.

Quelques enjeux prioritaires
La satisfaction des offres d’emploi non pourvues : Seront explorées les pistes de recrutement en direction des publics les plus éloignés de l’emploi, notamment les demandeurs d’emploi des quartiers de la politique de la ville, les personnes en parcours d’insertion par l’activité économique (IAE), ou encore les bénéficiaires d’une protection internationale (réfugiés).

La relance de l’apprentissage : Les nouvelles mesures inscrites dans la loi contribueront à favoriser l’apprentissage : 500 € d’aide au permis de conduire pour les apprentis majeurs, une augmentation de 30 euros par mois pour les moins de 20 ans en CAP ou en Bac professionnel, la possibilité d’entrée en apprentissage tout au long de l’année.

Le développement de la qualification et la formation pour tous : La mise en place de parcours pré qualifiants et qualifiants pourra être mobilisée en partenariat avec les entreprises dans le cadre du Plan Investissement Compétences (PIC), mis en place par le gouvernement.



Communiqué de presse

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !