webleads-tracker

Actu

Lancement de l’exposition numérique Blaise Pascal

Lancement de l’exposition numérique Blaise Pascal

À l’approche du quatrième centenaire de Blaise Pascal (né en 1623 à Clermont-Ferrand), Clermont Auvergne Métropole et l’Université Clermont Auvergne renouvellent leur partenariat. Ils ont signé ensemble leur engagement à soutenir le Centre International Blaise-Pascal.


Celui-ci veille à développer la connaissance et le rayonnement de l’illustre mathématicien, physicien, inventeur, philosophe, moraliste et théologien auvergnat que demeure Blaise Pascal. La structure organise et fédère les recherches sur son œuvre et sa vie.

Une exposition ludique et attractive
Ce partenariat se concrétisera notamment par la création de l’exposition virtuelle, Un provincial nommé Blaise-Pascal, mise en ligne sur Overnia, la bibliothèque patrimoniale numérique. Elle se découvre sur téléphone, ordinateur ou tablette. L’exposition est 100% virtuelle. Elle retrace le parcours du mathématicien, Blaise Pascal, avec ses pensées, ses expériences et revient sur ses inventions comme la machine à calculer ou encore le triangle arithmétique. Huit mois de travail ont été nécessaires pour la réaliser.

“Il y a des animations, beaucoup de vidéos et de sons, par exemple l’expérience du Puy-de-Dôme est expliqué par un dessin animé. Il faut que ça parle à l’œil avant de parler au cerveau” détaille Dominique Décôte, professeur émérite à l’université Clermont Auvergne.

Pour découvrir l’exposition pas besoin de se déplacer, un simple accès internet suffit.

“Le langage est vulgarisé, même les plus jeunes peuvent tout comprendre”, déclare Rachel Brault, bibliothécaire.

On le sait moins, mais c’est à ce même Blaise Pascal que l’on doit l’invention des premières lignes de transports en commun. En effet, le clermontois qu’il était, est allé vivre à Paris. Sur place, devant – déjà – l’immensité de la ville et les distances entre les lieux d’influences, il eut l’idée de louer des calèches avec chevaux et de les faire circuler sur un parcours précis, par rotations successives. Le transport en commun était né.

Nourrie par les collections
Cette exposition a aussi été nourrie des collections du muséum Henri-Lecoq, du musée d’art Roger-Quilliot, du concours du Centre International Blaise-Pascal et du Laboratoire de Mathématiques Blaise Pascal de l’Université mais aussi de la société Michelin et de la Bibliothèque Nationale de France.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !