webleads-tracker

Information économique locale

Non classé

Le Centre de Collaboration France-Russie à Clermont-Ferrand : au coeur de nombreux projets entre les entreprises

Le Centre de Collaboration France-Russie à Clermont-Ferrand : au coeur de nombreux projets entre les entreprises

D’origine russe, Julia Pierrat entretient une longue histoire d’amour avec la France depuis de nombreuses années. Elle a d’ailleurs fait ses études en partie à Clermont-Ferrand. Une ville qui allait l’inspirer pour son avenir professionnel. Son centre est un véritable lieu d’échanges pour des projets commerciaux, industriels, linguistiques ou encore culturels. Cette jeune dirigeante nous dresse ses motivations et les services qui peuvent rapprocher les entreprises françaises et russes.


“Il y a environ 20 ans, j’ai eu la passion pour la langue française grâce à ma formation en Lettres à l’université. J’ai eu l’opportunité de pouvoir travailler en France et d’y améliorer mon expression. Ce choix fut donc tout simplement naturel.” Au-delà du parcours professionnel, la décision de Julia Pierrat d’aller en France tenait avant tout d’une attache particulière et surtout d’une soif de connaissance. “Clermont-Ferrand était une chance de développer mon savoir en matière d’échanges internationaux. La ville représente beaucoup de manifestations culturelles. La région en elle-même a des intérêts notamment géographiques car située au centre, à trois heures de Paris et deux heures de Lyon. Partir là-bas était un privilège d’autant plus que j’étais la seule de ma promotion à y avoir eu droit.”

Grâce à sa motivation, Julia Pierrat a pu accomplir tous les objectifs qu’elle s’était fixée. Aucune ambition n’a été de trop dans son cursus universitaire. “Détentrice d’un Bac+5, j’ai un diplôme d’interprète d’espagnol et français obtenu en Russie et un DESS en entreprise que j’ai passé à Clermont-Ferrand”. Son énergie, forgeant son état d’esprit, lui a permis de cumuler de l’expérience. Son impression travail était un excellent moyen de la mettre en avant. “L’expérience est quelque chose de très important pour moi car j’ai besoin de connaître le fonctionnement de l’entreprise, savoir par exemple si elle est solide et quel pourrait être son potentiel. C’est pour cela que j’ai travaillé dans une entreprise clermontoise d’imprimerie. Sur place, j’ai pu m’occuper de la gestion de projets, du personnel, gérer des filiales ou encore réaliser de la prospection commerciale.”

En évoluant dans cette branche et construisant ainsi sa propre vision des choses, l’idée de travailler pour les entreprises françaises va germer chez Julia Pierrat. “A l’origine, j’avais le souhait de me mettre à mon compte. En y réfléchissant, avec la connaissance que j’ai de la mentalité russe et de la culture, je pouvais proposer de précieux services. Il y a de réelles possibilités d’entreprendre entre la France et la Russie”. Malgré un contexte économique difficile au niveau national, les entreprises françaises pourraient gagner à échanger avec celles russes et inversement selon la jeune créatrice. “Il est vrai que la situation est loin d’être simple pour les entrepreneurs ou les chefs d’entreprises. Pour trouver de nouveaux marchés, le développement à l’export est vraiment intéressant. La Russie est un vrai choix car ce pays aime la France. Cette appréciation est de longue date grâce au partage de la langue toujours populaire. L’image solide de la mode et du luxe transparaît toujours.”

Fort de cette démarche, le Centre de Collaboration France-Russie devait ouvrir ses portes en avril 2010. “Sa fondation ne fut pas très compliquée car j’avais une bonne vision du fonctionnement d’entreprise. Je me suis adressée à la CCI et à divers conseillers pour le montage du projet et du business plan. Un cabinet de comptable fut également sollicité. Je n’ai vraiment pas hésité à me déplacer partout”. L’apparente simplicité des différentes étapes de construction ne doivent pas cacher les impressionnants et nombreux services que propose Julia Pierrat. “Je m’adresse aux entreprises françaises qui fabriquent ou proposent des services (un bureau d’études par exemple), aux administrations et un peu aux particuliers.”

La dirigeante du centre est compétente sur de nombreux points : “je travaille sur le développement de l’export en Russie et dans les pays de la Communauté des États Indépendants (Géorgie, Biélorussie, Ukraine, Arménie…), je conseille et expertise, j’accompagne le transfert des tâches françaises vers la Russie dans le cadre de l’implantation (un travail en binôme avec un avocat est nécessaire). Autres possibilités, la gestion des projets bilatéraux en matière économique, industrielle ou culturelle, la traduction et l’interprétation de divers textes (contrats juridiques, commerciaux, notariaux…). Pour les particuliers, ce sera la traduction d’actes de naissance ou de naturalisation”. Cette responsable qualifiée est apte à proposer aux entreprises des études de marchés pour la Russie. Elle analyse le produit, les aspects, accompagne les démarches, cherche les clients, les fournisseurs… Le terme de collaboration n’a jamais été aussi bien mis en avant.

C’est un ensemble qui permet de rassurer les entreprises en comblant les difficultés qu’ils peuvent rencontrer. “Les français ont du mal avec la barrière de la langue, les transactions commerciales ou encore le suivi de livraison qui peut être compliqué. Pour les russes, c’est le côté convivial, culturel et aventurier qui les surprennent. Ils sont plus simples dans leur approche”. Un suivi expert qui tient bien compte des mentalités. Une approche et une ouverture d’esprit unique qui permettent d’entreprendre plusieurs projets. “Cette année, j’ai contribué à la mise en place des échanges dans le domaine de la coutellerie de la ville de Thiers et d’une région russe des Monts de l’Oural où le savoir-faire coutelier est également très développé”.

En préférant traiter directement avec ses clients, Julia Pierrat crée une relation aussi pointue que conviviale. Cela permet la réussite du centre ainsi que son développement progressif. “En 2010, deux entreprises m’ont sollicitée en prospectant. Ensuite, ce fut une vingtaine par an avec des projets différents durant un an ou plus longtemps”. Cette évolution positive permet de penser à l’avenir et à ces possibilités : “Pour 2015, l’objectif est d’ouvrir une structure à Moscou pour être plus réactif aux demandes. L’accompagnement commercial à plus long terme est évoqué aussi.” Julia Pierrat avance toujours plus, effectue sur l’instant et pense pour l’après, sans compter les déplacements. Un rythme de vie soutenu qui ne l’empêche pas de gérer sa vie privée. “Je suis très satisfaite de mon parcours. Tous les jours, je suis fière, surtout quand je termine un projet. Tout ce que je fais se déroule bien pour l’instant et j’ai envie d’en apprendre plus.”

Ce centre est un vecteur d’espoir et de découverte pour les entreprises. La curiosité et la passion de Julia Pierrat ont donné une vision humaine et encourageante des nombreux échanges possibles. Dans un contexte internationale plus complexe, la France et la Russie ont finalement beaucoup de choses à partager localement. Et si ce centre de collaboration était un vrai regard vers l’autre ? Une façon de se découvrir et de construire ensemble.



Un article de Adrien DOUSSOT

À lire aussi

Si vous avez aimé ce site,
partagez le !