webleads-tracker

Commerce

Le Dressing des enfants, une e-boutique clermontoise spécialisée dans la mode enfants 100% made in France

Le Dressing des enfants, une e-boutique clermontoise spécialisée dans la mode enfants 100% made in France
Crédit photos : Patrice Lanoe

Jennifer Benonie Echaubard a mis un point d’honneur a défendre les droits des enfants à travers le monde en ne choisissant que des marques françaises, fabricant en Europe dans de bonnes conditions et ceci pour une somme « raisonnable ». Il lui paraît intolérable, question d’éthique, de faire coudre les vêtements par des petites mains chinoises, indiennes ou Bengalies.


Ce parti-pris de choisir des marques de fabrication française correspond à la naissance de la fille de Jennifer Benonie Echaubard en 2012 quand le moment est venu de l’habiller. Cette mère de famille s’est rendue compte de la difficulté de trouver des textiles de bonne qualité en respectant les conditions de vie des enfants et à des prix abordables. En effet, dans un premier temps, elle table sur un panier moyen à 50€ pour toute commande via « Le Dressing des enfants ». Ces chiffres, pour un lancement d’une e-boutique en prenant en compte un cahier des charges précis, paraissent tout à fait réalistes.

Jennifer a bien les pieds sur terre et a tout mis en œuvre pour réaliser son projet de création d’entreprise, créée le 19 février 2015. Son parcours est digne d’une battante de 29 ans qui a su saisir toutes les opportunités pour bâtir sa propre société. Après un bac en commerce, un BTS management et une licence en management à l’IUT, le tout en alternance dans le magasin Quiksilver de Clermont-Ferrand, Jennifer a pu occuper, une fois son diplôme en poche, un poste de responsable-adjoint dès la première année, puis le poste de responsable du magasin dix mois après.

Fulgurante ascension grâce « à un patron en or, comme elle le dit sans détour. En effet, après être restée 6 ans chez Quiksilver, son patron l’a chapeautée au moment où elle a eu l’idée de monter son propre site internet. Mais Jennifer ne compte pas rester sur ses acquis : « je trouvais que j’étais un peu légère en terme de négociation-fournisseur. Je ne me trouvais pas assez compétente, donc j’ai pris un poste de commerciale pour la grande distribution. Ceci m’a bien formée en terme de négociation avec les fournisseurs car dans la grande distribution, c’est assez âpre. Quand j’ai estimé que j’étais opérationnelle, j’ai fait une rupture de contrat conventionnelle avec mon employeur pour monter ma propre société », raconte-t-elle.

Fière de son parcours, Jennifer énumère toutes les aides dont elle a pu bénéficier tant son projet était tangible et validé par un conseiller Pôle Emploi : « j’ai été aidé financièrement par Clermont Agglomération où j’ai obtenu un prêt d’honneur à taux zéro. Et je fais aussi parti des Lauréats du Concours Auverboost de la Région Auvergne qui m’a attribué une aide financière pour mon projet. »

Elle trouve son bonheur au Salon Playtime de Paris

Après une étude de marché, Jennifer s’est mise en quête de fournisseurs : «  Je voulais vraiment que cela se passe bien avec les marques avec lesquelles j’allais travailler. Je ne voulais pas être juste un numéro et je ne voulais pas non plus qu’elles soient un numéro », nous confie-t-elle. Elle trouve son bonheur au Salon Playtime de Paris réunissant 400 marques de créateurs prêt-à-porter, accessoires exclusivement pour l’enfant. Pendant ce salon, elle a pu rencontrer les créateurs qu’elle avait sélectionnés.

Jennifer Benonie Echaubard est bien consciente qu’elle n’est pas la seule sur le marché : ses deux gros concurrents sont : MeliJoe, basé à Paris, offrant 120 marques, et Smallable qui va plus la concurrencer sur des marques de créateurs. « Mais, ajoute-t-elle, nous ne sommes pas très nombreux sur le marché. Sur le bassin de Clermont-Ferrand, j’apporte de nouvelles marques, les trois marques de prêt-à-porter que j’ai, je les ai en exclusivité sur Clermont-Ferrand, c’est d’ailleurs pour cette raison que je propose pour les gens de la région une livraison le jour même de la commande.

Jennifer Benonie Echaubard fait part de ses projets : « A court terme, je souhaiterai des nouvelles marques pour toutes les saisons. Je suis donc en cours de négociation avec Babymoov’ qui est clermontois et donc très important à mes yeux. A moyen terme, c’est-à-dire vraisemblablement pour l’année prochaine je compte développer la gamme : pour l’instant, je fais du 0 à 8 ans et ça passera à 0/16 ans et enfin, à plus long terme, il y a deux projets qui me tiennent à cœur : L’ouverture à l’Europe et à l’international et une gamme de vêtements propre à mon site, que je vendrai vraiment en exclusivité. »

Pour rencontrer cette jeune-femme chef d’entreprise en personne, rendez-vous au Salon des Créateurs à Polydome en septembre prochain et n’hésitez pas à consulter le site Internet de e-commerce qu’elle a réalisé elle-même !

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !