webleads-tracker

Formation, éducation

Ma thèse en 180 : Le « one-man-show » des thésards à Clermont-Ferrand

Ma thèse en 180 : Le « one-man-show » des thésards à Clermont-Ferrand
Les onze finalistes auvergnats du concours “Ma thèse en 180”

La finale régionale du concours « Ma thèse en 180 », qui s’est déroulée le 25 avril dernier à Clermont-Ferrand et sa lauréate Noémie Mermet, étudiante en doctorat à l’Université d’Auvergne ont apporté une illustration grandeur nature de la modernité de la recherche auvergnate.


C’est ce qu’on appelle un « pitch » de haute voltige : une présentation claire,  ludique et accessible, pour vulgariser un sujet très complexe en seulement 3 minutes. Devenu indispensable à l’ère du Web 2.0 et des réseaux sociaux, cet exercice de communication est l’enjeu principal du concours  « Ma thèse en 180 secondes France » auquel participent cette année quelques 23 universités de 15 régions dont l’Auvergne. Co-organisée par le CNRS et la Conférence des présidents d’université (CPU), la finale nationale se disputera à Lyon, le 10 juin prochain.

Sortir de l’isolement
Noémie Mermet y sera. « Je me suis beaucoup amusée, confie la lauréate de l’Auvergne qui a raconté de manière gaie et imagée « Les fourberies des neurones PKC gamma », les résultats de ses recherches sur la douleur réalisées au sein du laboratoire Neurodol. Cet exercice nous sort de l’isolement, nous oblige à faire un travail de vulgarisation et rend plus clair notre objectif final. Résumer en 3 minutes ce qu’on fait pendant 3 ans représente un vrai défi ».
En effet, loin de l’image de la soutenance d’une thèse de doctorat, le public de l’amphi Pascal à l’Université Blaise Pascal a assisté à des shows sur des sujets aussi variés que l’agriculture, le sourire, la consommation du cannabis, la culture celtique dans le répertoire shakespearien, etc.

1 000 euros pour les lauréats
« Cet exercice de communication est très intéressant car il nous confronte avec le véritable but de nos recherches, leur application dans la vie, ajoute Catherine Laporte, étudiante en médecine dont la thèse est consacrée à la prise en charge de la consommation du cannabis par le généraliste chez l’adolescent. Pour me préparer, j’ai commencé par faire la liste de tous les messages que je voulais passer et ensuite j’ai enlevé ce qui était complexe et annexe. Pour arriver à un seul message illustré par une image sous forme de diapositive ».
Une préparation minutieuse mais très enrichissante et ludique, comme l’ont confirmé à tour de rôle les 11 participants à la finale régionale.  Et une prestation visiblement très appréciée par le public. Le Conseil régional a attribué 1 000 euros aux deux premiers lauréats : Noémie Mermet et Sabine Chabrat. En espérant que ce concours fasse parler de la recherche auvergnate jusqu’au Canada, où se déroulera la finale internationale.

Noémie Mermet et Sabine Chabrat, lauréates du concours « Ma thèse en 180 » en Auvergne

Noémie Mermet et Sabine Chabrat, lauréates du concours « Ma thèse en 180 » en Auvergne



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !