webleads-tracker

Commerce

Le vêtement “sur mesure” n’est plus réservé aux privilégiés

Le vêtement “sur mesure” n’est plus réservé aux privilégiés

Les Français sont nombreux à ré adopter le costume, qui devient de plus en plus un attribut branché de la gent masculine. Une pièce unique traduit l’élégance de celui qui ose et de la rareté pour le produit porté. D’un point de vue sociologique, elle suscite l’accentuation de la confiance en soi de celui qui le porte.


Une expérience à l’anglaise ?
Bien installer dans d’imposant fauteuil en cuir, un verre à la main, une musique jazzy pour couronner l’ambiance, Thibault et Nathan, sont là pour vous aiguiller dans le choix des tissus, des coupes pour vos chemises, costumes ou encore manteau sur mesure.

Vous aurez le choix parmi 6 000 références de tissus, mais aussi fil, bouton, largeur du col, longueur de veste, choix d’une broderie à l’intérieur de la veste ou sur la chemise, absolument toutes les possibilités pour concevoir une pièce unique. La qualité est également au rendez-vous, les tissus sont fabriqués en Italie et en Angleterre, les matières utilisées sont naturelles et chaque veste est griffée par le drapier.

Sur le marché du sur mesure français, la Maison Blandin Delloye propose l’un des meilleurs rapport qualité/prix.

Thibault Gazel et Nathan Camus issus pour l’un de l’école de commerce de Clermont et pour l’autre de la faculté de Bordeaux, ont d’abord suivi une formation assurée par la marque. Fort de ce bagage, ils ont ouvert la huitième boutique de la marque Blandin Delloye, spécialisée dans le costume sur mesure.

Que les clients souhaitent des pièces pour le travail, pour une cérémonie ou bien un mariage, ils sont tous à la quête d’une nouvelle expérience qui diffère du prêt-à-porter. Ils cherchent une tenue adaptée à leur morphologie et personnalisable à l’infini.

Pour vivre l’expérience, rendez-vous au 68 rue Lamartine, à Clermont-Ferrand. Sachez-le, il faut sonner. L’acceuil est lieu aussi “sur mesure”.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !