webleads-tracker

Agri & Agro

Les blés du futur en discussion à Clermont-Ferrand

Les blés du futur en discussion à Clermont-Ferrand

Près de 200 chercheurs de 16 pays ont participé la semaine dernière au Congrès international d’innovation sur le blé. Les variétés de blé de demain et les synergies entres programmes de recherche nationaux pour de futures collaborations, étaient au centre de l’attention.


Territoire de pointe pour la recherche agronomique, et notamment celle sur le blé, avec les équipes de l’INRA de Crouël et le pôle de compétitivité Céréales Vallée, Clermont-Ferrand accueillait la semaine dernière un colloque international d’innovation. A l’invitation du projet français Breedwheat, associant des laboratoires de recherche publique, des entreprises et le pôle de compétitivité, prés de 200 chercheurs ont présenté leurs travaux et cherché des axes de travail communs dans la capitale auvergnate. Pour Grégoire Yves Berthe, directeur général de Céréales Vallée, l’enjeu de ces rencontres est de préconiser l’innovation. « Nous partageons nos savoirs-faire, car nous avons tous le même objectif. Il faut produire plus pour satisfaire la demande mondiale avec moins, et avec de nouvelles variétés qui acceptent les à-coups climatiques », résume Grégoire Yves Berthe.

L’aliment de base d’un tiers de la population

Première céréale cultivée dans le monde, le blé est à la base de l’alimentation de près d’un tiers de la population mondiale. Si les surfaces de production restent stables, la production est de plus en plus soumise à des contraintes environnementales et climatiques. Pour relever le défi de nourrir près de 10 milliards d’êtres humains en 2050(*), les scientifiques étudient les facteurs génétiques et physiologiques impliqués dans des caractères comme la résistance à la sécheresse et aux maladies, un meilleur rendement ou la teneur en protéines.

Des projets transnationaux ont déjà pu voir le jour à partir de discussions engagées depuis le G20 agricole, comme la création d’une base de données regroupant plusieurs bases nationales, sous l’égide de la Wheat Initiative (initiative de coordination de la recherche sur le blé au niveau mondial). Pour Jacques Le Gouis, chercheur et coordinateur de Breedwheat, « on doit essayer de développer des outils communs, notamment autour de la caractérisation des variétés existantes (la banque des variétés de blé tendre se trouve à Clermont-Ferrand N.D.L.R) ou des marqueurs moléculaires afin d’éviter des redondances ». Avec des technologies toujours plus performantes qui créent du big Data, de nombreux outils devraient voir le jour. Dans la continuité de ces discussions, la Wheat Initiative se réunira en janvier prochain à San Diego.

(*) estimation INSEE 2015



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !