webleads-tracker

Auvergne

Les chiffres de l’agriculture auvergnate et puydômoise

Les chiffres de l’agriculture auvergnate et puydômoise
La Made in France passe aussi par la viande bovine

A l’occasion du Salon de l’Agriculture qui se tient à Paris depuis samedi dernier, le Journal de l’Eco dresse le bilan de l’agriculture sur le territoire Auvergnat, et plus précisément au cœur du Puy-de-Dôme. La France compte plus de 440 000 exploitations agricoles dont 54 000 ont été recensées dans la région Auvergne-Rhône-Alpes en 2019. Parmi les 12 départements de la région, le Puy-de-Dôme reste en tête au palmarès du plus grand nombre de fermes devant l’Isère et la Drôme.


L’agriculture du Puy-de-Dôme

Avec un chiffre d’affaires estimé à 380 millions d’euros, le secteur agricole puydômois est porté par l’activité de l’élevage de bovins pour la viande et des grandes cultures qui représentent ensemble près de la moitié des 7377 exploitations agricoles du département. Celles-ci sont complétées par les 1283 fermes de l’élevage laitier ainsi que les autres herbivores, et ne laissent ainsi que très peu de parts aux autres types de productions agricoles. Le Puy-de-Dôme tient cependant une petite place dans l’agriculture viticole avec une production de plus de 10 000 hectolitres de vin en 2017.

Le Puy-de-Dôme est un pilier de la production végétale, principalement au cœur de la région Auvergne-Rhône-Alpes où il est le deuxième département producteur du blé tendre derrière l’Allier et où il représente près de la moitié de l’exploitation de maïs semence. Ces chiffres sont expliqués par l’impact du géant Limagrain implanté sur le territoire qui exporte le maïs à l’international et transforme le blé localement par le biais de l’entreprise Jacquet, et joue ainsi un rôle crucial dans la chaîne d’agriculture du département.

Face au département de la Drôme, dont les enjeux écologiques actuels en ont fait le premier département français en termes d’exploitations biologiques, le Puy-de-Dôme reste en retrait du nombre de productions bio avec seulement 5,3% de la surface agricole consacrée. Le territoire puydômois reste également derrière les moyennes régionales et nationales qui dédient respectivement 6,6% et 8,2% de leurs exploitations à la production bio.

Malgré ces faiblesses, la région Auvergne est forte et incontournable de la filière qualité. Elle compte 5 fromages certifiés AOP sur les 45 que comptent le territoire français : le Saint-Nectaire, la fourme d’Ambert, le Cantal, le Bleu d’Auvergne et le Salers.

Des chiffres alarmants

Les fermes françaises connaissent néanmoins une crise dont les multiples raisons réduisent progressivement leur nombre sur le pays. Entre 2010 et 2016, la France a connu une baisse de près de 11% d’exploitations agricoles. Cette baisse est également ressentie de manière forte sur le territoire puydômois dont près de 80% des fermes ont disparu depuis 1970. Aujourd’hui, le secteur agricole du département emploie environ 10 000 actifs permanents et compte près de 2000 élèves et apprentis.

Malgré cette importante crise du monde de l’agriculture, le territoire du Puy-de-Dôme compte près de 160 nouvelles installations agricoles par an. Les filières d’élevage restent plus impactées par cette tendance en baisse que les cultures végétales.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !