webleads-tracker

Services aux entreprises

Les Dômes Numériques à Issoire : quand l’informatique auvergnate est la moins chère

Les Dômes Numériques à Issoire : quand l’informatique auvergnate est la moins chère
Christophe Dorey, gérant des Dômes Numériques

Partant du constat que les entreprises évoluent dans un univers informatique de plus en plus complexe, Christophe Dorey a décidé de créer les Dômes Numériques pour en simplifier l’utilisation et l’accessibilité. Implantée dans la pépinière d’entreprises Evol’Yss d’Issoire Communauté, la jeune entreprise connaît un développement plus que satisfaisant et envisage même d’embaucher à la rentrée de septembre 2014.


Juriste de formation, Christophe Dorey a obtenu une licence en droit des affaires à l’université de Dijon. Il se destinait à une carrière d’avocat. La vie en a décidé autrement. Afin de financer ses études, il obtient un job de conducteur de petit train touristique au PAL, cinquième parc d’animations et de loisirs en France. Mais un accident l’oblige à arrêter et c’est alors que son directeur lui conseille de s’essayer au commerce. Il se découvre une fibre commerciale qui ne se démentira plus. « A partir de ce moment-là, j’ai complètement ré-orienté ma vie et intégré une entreprise qui appartenait au groupe Suchard. » Il y reste 7 ans avant de devenir ingénieur d’affaires pour un grand groupe américain, leader mondial dans le domaine du traitement de courrier.

Les postes s’enchaînent : « J’ai longtemps été directeur régional de grandes entreprises telles que Bouygues Telecom ou encore Brothers. Les aléas de la vie ont fait que mon fils est tombé malade et j’ai dû arrêter de travailler pour m’en occuper. J’ai eu le choix entre être carriériste ou prendre soin de mon enfant. J’ai choisi cette deuxième option, sans aucun regret. A partir de ce moment-là, il ne fallait plus hésiter et je me suis rapproché de la région où se trouvait mon fils, c’est-à-dire l’Auvergne. J’ai alors réfléchi durant une année à la façon dont je pouvais organiser ma vie de manière à être proche de lui tout en continuant à avoir une activité professionnelle. L’idée m’est donc venue de créer mon entreprise dans le monde de l’informatique, de la bureautique et de la gestion documentaire. » L’entreprise Les Dômes Numériques voit ainsi le jour le 1er octobre 2013.

Christophe Dorey créé son entreprise seul. « Je suis très indépendant ! », insiste t-il. Cependant, cela ne l’empêche pas de s’entourer malgré tout d’une amie qui possède un cabinet d’expertise comptable afin de réfléchir à l’aspect financier et établir un prévisionnel sur 3 ans. « Le plus long a été la réflexion, mais à partir du moment où j’ai eu l’idée, j’ai mis en œuvre mes connaissances et mon réseau pour être bien conseillé. Je n’ai pas considéré que créer une entreprise représente une aventure compliquée. » Les prévisionnels ayant été élaborés convenablement, les banques n’ont pas hésité à suivre Christophe Dorey et à lui prêter les sommes nécessaires pour se lancer. « Il faut être de bonne composition, ne pas partir avec des a priori. Il faut aller au CFE (Centre des Formalités des Entreprises) avec un peu de patience, certes, mais si l’on garde le sourire, les choses se passent bien. »

Aujourd’hui, les entreprises privées ou les collectivités publiques sont confrontées à un environnement informatique de plus en plus complexe

Les Dômes Numériques s’appuient sur un constat : « Aujourd’hui, les entreprises privées ou les collectivités publiques sont confrontées à un environnement informatique de plus en plus complexe. Il faut être capable de s’adapter à la problématique du client. Les usagers se servent d’outils et ils n’ont pas toujours conscience de leur caractère délétère. Ils achètent parce que ce n’est pas cher. Mais ils oublient que si un vendeur de périphériques, telles que des imprimantes, ne vend pas cher sa machine, c’est parce qu’il veut vendre très cher ses consommables. Je m’inscris dans la logique inverse en vendant des machines certes plus chères mais qui ont un coût à l’usage extrêmement faible. Au final, si nous analysons combien cela a couté pour le client, je suis trois fois moins cher sur une période de cinq ans. »

Les entreprises gèrent également beaucoup plus de données d’archivage. De la DATA comme cela se dit dans le jargon informatique. Des statistiques prouvent qu’une personne va passer environ 10 minutes par heure à chercher soit dans son ordinateur, soit dans ses archives. Christophe Dorey travaille donc sur la GED (Gestion Electronique de Documents), en mode hébergé ou en mode natif sur les serveurs des clients. Le but est vraiment de rationaliser la recherche de documents et de ce fait réaliser des économies. « Il y a de plus en plus de données dans l’entreprise, insiste Christophe Dorey. Ces donnée sont souvent imprimées et après, il faut les retrouver. Avec la numérisation, il est possible de retrouver un document en quelques clics. »

Les Dômes Numériques s’est donc donné pour mission de rendre l’informatique simple et accessible aux entreprises. « Je me consacre aux PME-PMI mais je peux m’adapter à des entreprises plus importantes. Dernièrement, j’ai été missionné par Abicom, une société informatique renommée sur la place de Clermont-Ferrand pour travailler avec la communauté de communes de Moulins afin de dématérialiser leurs documents. », se félicite Christophe Dorey.

L’entreprise installée à Issoire au domicile de son dirigeant depuis sa création a déménagé depuis le mois d’avril 2014 dans les locaux de la pépinière d’entreprise Evol’Yss. « La pépinière m’offre une visibilité que je n’avais pas auparavant en travaillant de chez moi. C’est très important. Evol’Yss met à disposition tous les outils pour bien travailler et se développer : fibre Internet, téléphone illimité, photocopieurs, assistantes, salles de réunion. Financièrement, c’est très intéressant pour une jeune entreprise. » Preuve de ce dynamisme, la bonne santé financière des Dômes Numériques. Un prévisionnel de l’ordre de 60 000 euros avait été prévu pour le premier exercice de l’entreprise. Or, celui-ci a déjà été atteint en seulement 4 mois d’activité. « C’est très encourageant ! », reconnaît Christophe Dorey en ajoutant : « Mais c’est le fruit de beaucoup de travail et de prospection. Il n’y a que le terrain qui fait la réussite. Si vous restez derrière un bureau, les gens ne viennent pas à vous. ». Fort de ces bons résultats, le jeune créateur d’entreprise envisage de recruter pour la rentrée de septembre un responsable technique et un commercial.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !