webleads-tracker

Bien-vivre

Les effets de la posture assise en entreprise

Les effets de la posture assise en entreprise

Aujourd’hui, nous passons de plus en plus de temps assis, statique derrière un ordinateur toute la journée, en moyenne 7 heures par jour. Les conséquences d’un travail assis prolongé constituent aujourd’hui un problème de santé au travail.


La prévention est donc particulièrement importante pour éviter que des douleurs s’installent, et elle passe par la mise en place de recommandations et conseils, associée à un suivi en ostéopathie souvent bénéfique. Explications de Judith Grosset et Nicolas Rodet, membre du réseau Oostéo qui intervient pour des séances d’ostéopathie en entreprise.

Quelles sont les conséquences d’une position assise prolongée ?

Les douleurs et pathologies consécutives à la position assise prolongée sont appelées troubles musculo-squelettiques ou TMS. Ils regroupent l’ensemble des symptômes et pathologies déclenchées par votre activité professionnelle.

On rapporte aujourd’hui davantage de cas de douleurs ou troubles précis liés à la position assise :

  • Les raideurs et douleurs cervicales, associées ou non à de l’arthrose.
  • Les douleurs musculaires dans la région des muscles trapèzes (haut du dos).
  • Les tendinites de l’épaule.
  • Les varices et troubles de la circulation veineuse.

Quels sont les facteurs favorisant l’apparition de douleurs liées à la position assise ?

Mauvaise ergonomie du poste de travail 

En effet, une mauvaise ergonomie du poste de travail est responsable d’une position inadaptée entraînant une sollicitation plus importante des muscles du dos, du cou et des épaules.

  • Gestes répétitifs plusieurs heures d’affilée
  • Périodes de pauses insuffisantes

La position assise statique entraîne une mise en tension musculaire par raccourcissement prolongé de certains muscles du dos et du cou notamment.

De plus, sur le plan physiologique, la douleur peut provenir d’une diminution même minime de l’approvisionnement en oxygène d’un muscle, d’un nerf, d’un tendon… ce qui pourrait expliquer qu’en restant immobile de manière plus ou moins prolongée, on accentue ce manque d’oxygénation musculaire ce qui entretient la douleur.

 

Sédentarité en dehors des heures de travail

Un manque d’activité physique en dehors des heures de travail entraîne un manque de tonicité musculaire responsable d’une fatigabilité plus importante à l’effort ainsi qu’une exposition au risque de blessure articulaire, musculaire et tendineuse plus importante.

De plus, la sédentarité peut favoriser le développement de certaines maladies cardiovasculaires, métaboliques (diabète), etc.

 

Comment prévenir ou soulager les douleurs liées à la position assise ?

  • L’ergonomie du poste de travail doit être la priorité N°1 : siège adapté et ajusté, hauteur de l’écran, repose pieds, coudes et avant-bras relâchés sur les accoudoirs, etc.
  • Des pauses de repos doivent être faites régulièrement pendant lesquelles il est important de se mobiliser (marche, mouvements d’étirements spécifiques), et de s’hydrater fréquemment (eau pure).
  • Un travail sur la gestion du stress qui peut accentuer certaines douleurs et contractures musculaires notamment au niveau des muscles du dos et du cou : exercices de respiration, de relaxation quotidien, pratique du yoga…
  • La pratique d’une activité sportive régulière adaptée 1 à 2 fois par semaine.
  • Un suivi régulier chez votre ostéopathe. En effet, l’ostéopathie est en première ligne pour la prévention et le traitement des TMS.

 

Ostéopathie & prévention et traitement des TMS

La consultation en ostéopathie se déroule de la façon suivante :

L’ostéopathe va dans un premier temps se renseigner sur la profession du patient, son ergonomie au travail, sa qualité de vie professionnelle et privée (stress, sommeil, hygiène de vie…). Ces indications pourront l’orienter sur les zones sur-sollicitées au travail et donc à investiguer en priorité.

L’ostéopathe va ensuite effectuer un diagnostic palpatoire complet à la recherche de la cause principale du symptôme, puis un traitement adapté et des conseils pour éviter une éventuelle récidive.

Certains troubles musculo-squelettiques nécessiteront plusieurs séances du fait de leur ancienneté et/ou de l’installation d’une pathologie organique (arthrose…).

Un traitement préventif avant l’apparition des douleurs est à envisager également, à hauteur d’environ 2 consultations pas an.

 

Plus d’informations : oosteo.com

Un article de Oostéo, réseau créé en 2014 et qui compte aujourd’hui plus de 500 ostéopathes adhérents.

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !